Schweizerischer Bauernverband

Les délégués de l'USP demandent aux parlementaires d'assumer leurs responsabilités

Brugg (ots) - Plus de 330 délégués paysans et de nombreux invités ont assisté à l'Assemblée des délégués de l'Union Suisse des Paysans qui s'est tenue aujourd'hui à Berne. Outre la gestion des affaires courantes, c'est l'appel lancé au Parlement, exigeant une révision de la PA 2011, qui est venu marquer cette 74e édition. M. Rudolf Schwarzböck, Président des Organisations agricoles européennes, est intervenu comme orateur invité. L'Assemblée des délégués de l'Union Suisse des Paysans (USP) a eu lieu aujourd'hui à la Kursaal de Berne. Sujet principal à l'ordre du jour : le paquet de réformes de la politique agricole 2011, qui figurera aussi, lors de la session d'hiver, à l'agenda du Conseil des États, puis du Conseil national. Les délégués de l'USP ont adopté un appel dans lequel ils exigent que les parlementaires revoient la PA 2011. Sans remaniements, la PA 2011 actuelle compromettrait sérieusement la production indigène de haute qualité de denrées alimentaires et de matières premières, ainsi que les prestations d'intérêt général ancrées dans la Constitution. Au même titre, elle mettrait en danger un nombre considérable d'emplois dans les secteurs en amont et aval. Il faudra donc baisser le rythme de telle sorte que les restructurations restent supportables d'un point de vue social. Par ailleurs, les délégués ont invité les députés à tenir les promesses formulées par leurs partis respectifs. Retournement de tendance pour l'agriculture Dans son allocution d'ouverture, le Président de l'USP, Hansjörg Walter, a observé que l'agriculture a subi de profonds changements à l'échelle mondiale. La situation d'abondance actuelle semble arriver à son terme et faire place à une phase de pénurie. Il a noté que les besoins croissants en énergie et la raréfaction des réserves fossiles ouvrent de nouvelles perspectives aux cultures énergétiques renouvelables. En revanche, Hansjörg Walter a exprimé son mécontentement quant à la situation des prix qui règne en Suisse. La ruineuse guerre des prix entre les commerces de détail se poursuit inlassablement au détriment des prix à la production. De plus, c'est pourtant l'agriculture qui doit à chaque fois endosser la responsabilité de prix à la consommation élevés. A tort, comme l'a souligné le Président de l'USP, car même si l'agriculture fournissait ses produits gratuitement, les prix en magasin resteraient encore plus élevés en Suisse qu'à l'étranger. "Nous bénéficions d'une cote de popularité importante en Suisse et c'est sur cet atout que nous devons nous concentrer ", a conclu M. Walter à la fin de son allocution, faisant référence au premier rang obtenu par l'agriculture dans un sondage publié le mois dernier. Des nouveaux visages à la Chambre de l'agriculture Les points à l'ordre du jour ont été traités sans incident notable : le procès-verbal de la dernière assemblée, le rapport annuel 2005, le rapport d'activités 2007 et les cotisations annuelles 2007 ont été approuvés. Donat Schneider (LOBAG), Philippe Jobin (Prométerre), Olivier Pichonnat (Prométerre), Seline Heim- Keller (St. Gallischer Bauernverband), Agnes Greminger (Thurgauer Bauernverband), Hans Frei (Zürcher Bauernverband), Monique Perrottet Richard (Fédération Suisse des Vignerons), Benjamin Henchoz (FPSL), Hansjörg Schmid (FPSL), Christian Schürch (IP- Suisse), Frédéric Baudraz (Gallo Suisse) et Heinz Gensetter (Association des maîtres horticulteurs suisses) ont été élus à la Chambre de l'agriculture. Autres pays, mêmes problèmes L'Assemblée des délégués s'est achevée par une conférence de M. Rudolf Schwarzböck, Président du Comité des Organisations Professionnelles Agricoles de l'Union Européenne (COPA). Il a relevé la bonne collaboration entre le COPA et l'USP, surtout sur les questions touchant à l'OMC. Il a dressé un tableau des tâches qui attendent les familles paysannes d'Europe. Pour lui, la politique agricole commune de l'UE constitue un succès dans ses grandes lignes. Pour pouvoir faire plus avec moins de moyens, il faudra surtout attacher de l'importance à l'aspect de la compétitivité à l'avenir. En même temps, il restera indispensable de renforcer le soutien politique et l'égalité des chances. Selon le Président du COPA, les exigences internes de plus en plus élevées s'avèrent incompatibles avec une diminution croissante des obstacles à l'importation. Les propos tenus par M. Schwarzböck ont donc bel et bien démontré que les paysans européens doivent faire face aux mêmes problèmes que les paysans suisses ! Renseignements: Urs Schneider, Directeur adjoint, Responsable Communication, portable: 079 438 97 17 Sandra Helfenstein, porte-parole de l'USP, portable: 079 826 89 75 www.sbv-usp.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: