Bundesamt für Statistik

Accidents de la circulation routière 2004

      (ots) - Accidents de la circulation routière 2004

Tendance générale favorable avec moins de victimes en 2004

    Les accidents de la circulation routière en Suisse ont causé la mort de 510 personnes en 2004. Après une année 2003 peu favorable qui avait vu le nombre de tués augmenter par rapport à l’année précédente (546, contre 513 en 2002), l’année 2004 renoue avec une amélioration de la sécurité routière. En comparaison européenne, la Suisse fait partie du peloton de tête, se classant nettement mieux que ses voisins immédiats, et n’étant dépassée que par Malte, la Suède, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Finlande. Ce sont là quelques faits marquants ressortant de la statistique des accidents de la circulation routière établie par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Nombre de blessés également à la baisse Le nombre de blessés graves a également connu une évolution favorable, passant de 5862 en 2003 à 5528 en 2004, soit une baisse de près de 6%, la plus importante de ces huit dernières années. Quant au nombre de blessés légers, il est réjouissant de constater qu’après plusieurs années de stagnation, il subit une diminution, passant de 24'236 en 2003 à 23'218 l’année passée, soit une baisse de l’ordre de 4%. Vers les objectifs de via sicura La Suisse compte se doter d’une nouvelle politique de sécurité routière (via sicura). Dans un premier temps, l’objectif est de réduire à moins de 300 le nombre annuel de morts et à moins de 3'000 le nombre de blessés graves dès 2010, pour ensuite diviser par deux ces nombres tous les dix ans. Pour atteindre le premier but intermédiaire, le nombre de tués devrait diminuer en moyenne de 8,5% par année, le nombre de blessés graves de 9,7% par année. En comparaison, ces nombres n’ont diminué que de respectivement 4% et 3% en moyenne annuelle depuis 1992. Motocycles à la traîne Si l’amélioration de la sécurité routière dans son ensemble est incontestable, tel n’est pas le cas pour les motocycles. Le nombre de victimes graves (c’est-à-dire de tués et de blessés graves) recensées parmi les conducteurs et les passagers de ces véhicules n’a pas cessé d’augmenter ces dernières années, passant de 1270 en 1998 à 1657 en 2004. Cette évolution défavorable est due, pour les années 1998 à 2002, au boom des motocycles légers, pour les années 2002 et 2003, aux « gros cubes » (motocycles de plus de 125 cm3) et enfin, pour l’année 2004, à une augmentation non encore expliquée des accidents impliquant des motocycles jusqu’à 125 cm3. Stabilisation du nombre de victimes dues à l’alcool, aux drogues ou aux médicaments Dans les accidents mortels ou avec blessés graves, la vitesse excessive est la faute présumée la plus souvent citée dans les annonces faites par la police. Depuis 3 ans, elle est la cause de la moitié des accidents mortels, contre le tiers seulement au début des années 90. De 1993 à 1998, le nombre de tués et de blessés graves dans les accidents avec influence de l’alcool, de drogues ou de médicaments a incontestablement diminué, de près de 20%. Mais depuis 1998, ces nombres semblent s’être stabilisés aux environs de 120 tués et 900 blessés graves par année, ce qui correspond aujourd’hui à une victime grave sur quatre. L’alcool est mentionné dans 90% de ces accidents. Mention honorable pour la Suisse en matière de sécurité routière Comparée à ses quatre voisins de l’Union européenne, la Suisse fait figure de bon élève en matière de sécurité routière. Avec un taux de 74 tués par million d’habitants en 2003 (69 en 2004), elle présente un résultat nettement meilleur que l’Autriche, l’Italie, la France et l’Allemagne, qui comptent respectivement 114, 104, 102 et 80 tués par million d’habitants. Seuls 5 pays de l’Union européenne (Malte, la Suède, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Finlande) ont de meilleurs taux que la Suisse, avec respectivement 41, 59, 62, 64 et 73 tués par million d’habitants. Les grands efforts réalisés par certains pays en matière de sécurité routière commencent à porter leurs fruits. La France, pourtant longtemps à la traîne dans le giron européen en matière de sécurité routière, a fait des progrès sensibles ces dernières années.

    La statistique des accidents de la circulation routière se base sur les accidents annoncés par les polices communales et cantonales. Elle comprend les accidents survenus sur la voie publique qui impliquent au moins un véhicule, motorisé ou non. Sont considérées comme personnes tuées les victimes décédées dans les 30 jours des suites de l’accident. Les blessés graves souffrent de troubles ou de lésions qui les empêchent d’avoir une activité normale pendant au moins 24 heures.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

Renseignements: Louis Fluri, OFS, section Transport, tél. : 032 713 62 50

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: