Bundesamt für Statistik

Les investissements dans la construction en Suisse en 2004

(ots) - Les investissements dans la construction en Suisse en 2004 Nette hausse des dépenses dans la construction En Suisse, les dépenses dans la construction ont considérablement augmenté en 2004 par rapport à l'année précédente. Cette hausse devrait se poursuivre en 2005, au vu des projets de construction annoncés. Tels sont les principaux résultats provisoires de l’enquête annuelle de l’Office fédéral de la statistique (OFS) sur les investissements dans le secteur de la construction. Les dépenses dans la construction (investissements plus travaux d’entretien publics) se sont nettement accrues par rapport à l’année précédent, de 5,6% ou 2,5 milliards de francs, pour atteindre 47,1 milliards de francs. Si l’on tient compte du renchérissement, estimé à 1,6% dans la construction, leur hausse réelle représente 3,9%. Les données disponibles laissent entrevoir une nouvelle progression significative pour l'année 2005. Nette progression dans le bâtiment Les investissements dans le bâtiment ont augmenté de 6,8% en 2004, pour s’établir à 34,6 milliards de francs (sans les travaux d’entretien publics). Cette progression est imputable essentiellement aux maîtres d’ouvrage privés, qui y ont contribué à raison de 29,6 milliards de francs (+7,5% par rapport à 2003). Les deux tiers de ces investissements privés ont servi à la construction de bâtiments d’habitation, favorisée par le niveau historiquement bas des taux d’intérêt hypothécaire. Les maîtres d'ouvrage publics ont augmenté leurs investissements dans le bâtiment de 2,9% à 5 milliards de francs. Les communes ont accru leurs investissements de 12,9% et réalisé, avec 2,5 milliards de francs, près de la moitié du volume d’investissement des maîtres d’ouvrage publics, tandis que les cantons réduisaient pour leur part leurs investissements dans le bâtiment de près de 10%. Compte tenu des données provisoires pour 2005, on peut s’attendre à ce que les investissements dans le bâtiment progressent fortement. Légère progression dans le génie civil Le volume des investissements dans le génie civil a augmenté de 1,4% en 2004, pour s’établir à 8,9 milliards de francs (sans les travaux d’entretien publics). Cette hausse est due en premier lieu aux maîtres d'ouvrage privés, qui ont investi nettement plus dans les transports et communications qu'en 2003. En revanche, les investissements des maîtres d'ouvrage publics dans le génie civil ont reculé légèrement, de 0,1%, en raison des coupes budgétaires décidées par la Confédération (-1,4%). L’évolution positive dans le secteur du génie civil promet de se poursuivre, compte tenu des projets annoncés pour 2005. Nouvelles constructions et transformations Par rapport à 2003, les investissements dans les nouvelles constructions et les transformations ont progressé de 5,7% pour atteindre au total 43,4 milliards de francs. Cette somme concerne pour les deux tiers des nouvelles constructions (29 milliards de francs ; +7,6% par rapport à 2003), le tiers restant ayant été investi dans les agrandissements et transformations (14,4 milliards de francs ; +2,1%). Pour 2005 également, on peut s’attendre à ce que la progression observée dans les projets de nouvelles constructions et d’agrandissements et transformations se poursuive. Les résultats publiés dans le présent communiqué de presse sont provisoires. Les investissements dans la construction comprennent l’ensemble des dépenses liées à la réalisation d’un ouvrage. Les coûts de construction comprennent les travaux préparatoires, les frais de l’ouvrage proprement dit, toutes les installations fixes destinées à un usage spécifique de l’ouvrage, les travaux de raccordement dans les limites de la parcelle et les frais de construction annexes. N’entrent pas dans cette définition les coûts afférents à l’acquisition du terrain, les travaux de raccordement en dehors de la parcelle, les coûts pour l’équipement en objets mobiles et les travaux d’entretien publics. Les dépenses dans la construction englobent tant les investissements dans ce secteur que les travaux d’entretien publics. La catégorie des autres maîtres d’ouvrage comprend l’ensemble des maîtres d’ouvrage qui ne font pas partie du secteur public (Confédération, cantons, communes), soit les investisseurs institutionnels, les assurances, les banques, les entreprises privées de gaz et d’électricité, les chemins de fer privés, les entreprises de construction et sociétés immobilières ainsi que les particuliers et les autres investisseurs. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse Renseignements: Fabia Ndiaye-Laini, OFS, section Statistiques monétaires des entreprises, tél. : 032 713 61 69 Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46 Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: