Bundesamt für Statistik

BFS: Statistique des apprentis 2004

      (ots) - Statistique des apprentis 2004

Le nombre de places de formation augmente au même rythme que celui des jeunes en fin de scolarité

    Selon les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS), 191'000 jeunes suivaient une formation professionnelle en Suisse en 2004. Plus de 71'000 (+3000) commençaient leur apprentissage, tandis que 57'000 le terminaient avec succès. Dans l’ensemble, peu de changements ont été observés dans la liste des apprentissages les plus prisés. En 70 ans, la part des jeunes ayant achevé une formation professionnelle reconnue a enregistré une progression importante et continue. En 2004, on comptait environ 3000 places de formation de plus que l’année précédente (+4%). Parallèlement, le nombre de jeunes de 16 ans a aussi augmenté de quelque 3000 personnes (+3,5%), une évolution démographique que le marché du travail a donc pu compenser en 2004. En outre, le nombre d'entrées a continué de croître dans les écoles préparant à la maturité. L'apprentissage reste, en Suisse, la principale voie d’entrée dans le monde professionnel, puisque plus de deux tiers des 16 à 21 ans la choisissent. Environ 191'000 jeunes suivaient une formation professionnelle en 2004 et quelque 5000 effectuaient une formation élémentaire. Près d’un quart des apprentis ont été formés dans le domaine commercial et autant dans les professions techniques ; un dixième des apprentis ont achevé un apprentissage dans la vente et un autre dixième dans la construction. Evolution observée dans les branches De nouvelles places d’apprentissages ont été créées en 2004, notamment dans les arts et métiers. On a relevé une augmentation notable, par rapport à l'année précédente, du nombre de contrats d'apprentissage conclus dans la construction (notamment chez les maçons, les carreleurs et les couvreurs), dans l’horticulture (chez les jardiniers avant tout), dans le travail du bois (surtout chez les menuisiers-ébénistes et les charpentiers), dans l’alimentation (notamment chez les boulangers) et dans la restauration et l’hôtellerie (surtout chez les cuisiniers et les sommeliers). A noter que le nombre de places d'apprentissage avait diminué dans la plupart de ces branches entre la fin des années 1990 et le début des années 2000. En 2004, on a observé un recul du nombre de nouveaux contrats d’apprentissage dans l’industrie graphique (notamment chez les polygraphes) et dans l’informatique (entrées dans les écoles supérieures d’informatique incluses). L’économie/l'administration (professions commerciales), les salons de coiffure ainsi que l'électronique et l'automation n’ont pas contribué de manière significative à la création de nouvelles places de formation en 2004. Le nombre de ces dernières avait en revanche augmenté entre 1999 et 2002 dans l’électronique et l’automation. Les jeunes femmes et les jeunes hommes ont pu profité dans la même mesure des nouvelles offres de places de formation en 2004. Evolutions régionales Pour ce qui est de l’évolution régionale des nouveaux contrats d’apprentissage au cours de ces dix dernières années, on constate une progression avant tout dans la région de Zurich et en Suisse orientale, progression qui s’est quelque peu affaiblie récemment (+3%). En Suisse romande, le nombre des nouveaux contrats d’apprentissage a augmenté de 7% de 2003 à 2004. Dans la Suisse du Nord-Ouest (Berne y compris), il s'est également accru considérablement en 2004 (+5,5%), après avoir diminué ces dix dernières années. Les apprentissages les plus prisés Alors qu’elles avaient le choix entre quelque 250 apprentissages professionnels, 75% des nouvelles apprenties ont opté pour une des quinze professions préférées des femmes. Parallèlement, les quinze apprentissages les plus cotés chez les hommes concentrent près de 60% des nouveaux apprentis. Depuis plus de vingt ans, la formation d’employé(e) de commerce attire le plus d’apprentis, quel que soit leur sexe. On constate cependant des différences importantes entre les professions préférées des femmes et celles des hommes : si les jeunes femmes se destinent toujours le plus souvent à la vente, aux soins médicaux ou aux soins corporels, les jeunes hommes préfèrent en général les métiers techniques, les formations de l’industrie des métaux et des machines et celles de la construction. 70 ans de formation professionnelle en Suisse La loi fédérale sur la formation professionnelle (LFPr) est entrée en vigueur en 1934. A l’époque, un quart seulement des jeunes terminaient une formation professionnelle reconnue par la Confédération (« apprentissages professionnels reconnus par l’OFIAMT »). Leur part est passée à environ 60% depuis lors (sans les professions du domaine des soins, de l’éducation, de l’agriculture, qui ne sont réglementées par la LFPr que depuis 2004). Le nombre des certificats de fin d’apprentissage reconnus a surtout augmenté chez les femmes (de 11% à 52% ; hommes : de 38% à 67%).

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

    Renseignements: Anton Rudin, OFS, section Formation scolaire et professionnelle, tél. : 032 713 66 93 Nouvelles parutions: Actualités OFS, Statistique des contrats d’apprentissage et des examens de fin d’apprentissage 2004, Neuchâtel 2005, n° de commande : 366-0400 (paraîtra prochainement).

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: