Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Caritas Suisse: La santé ne peut pas être un luxe

    Lucerne (ots) - Caritas et Promotion Santé Suisse lancent un nouveau projet dans les Épiceries Caritas. Les personnes touchées par la pauvreté vont être encouragées à s'alimenter sainement et à bouger plus. En effet, dans notre pays riche, tout le monde n'a pas les mêmes chances de vivre une vie longue et en bonne santé. Cela se voit déjà dans l'alimentation et le mouvement: la pauvreté rend malade.

    Avec ce nouveau projet «Épiceries Caritas - espace santé!», Caritas et Promotion Santé Suisse empruntent des voies innovantes pour l'égalité des chances en matière de santé. On sait que plus le niveau de formation, le revenu et la situation professionnelle d'un individu sont bas, plus le risque de maladie est élevé. Comme l'a dit Sonja Kaufmann, présidente de la coopérative des Épiceries Caritas à la conférence de presse d'aujourd'hui à Berne: «Les personnes à bas niveau de formation ont trois fois plus de risque de souffrir d'obésité ou de surpoids que les personnes qui ont un bon niveau de formation, car lorsqu'on a un budget serré, l'argent manque pour se nourrir de façon équilibrée». Par conséquent, la lutte contre la pauvreté représente un important moyen d'atteindre l'égalité des chances en matière de santé. Le monitorage annuel de l'indice de masse corporelle de Promotion Santé Suisse le montre: les écoliers dont les parents ont un statut socioéconomique bas sont eux-mêmes plus souvent obèses ou en surpoids. Thomas Mattig, directeur de Promotion Santé Suisse: «Pauvres ou riches, toutes et tous devraient avoir les mêmes chances de vivre en bonne santé. Avec Caritas, nous pouvons nous adresser de façon ciblée aux personnes défavorisées qui seraient difficiles à atteindre autrement».

    «Alors que les personnes pauvres ne peuvent pas s'offrir des fruits et des légumes frais, on jette chaque année plus de 1000 tonnes de fruits et légumes dans le commerce de détail en Suisse», dit Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse. Pour pouvoir mener durablement le projet Épiceries Caritas - espace santé!, il faut conclure des parrainages-produits notamment pour les fruits et légumes.

    Grâce au projet «Épiceries Caritas - espace santé!», les personnes touchées par la pauvreté peuvent se procurer dès maintenant des fruits et légumes à des prix particulièrement avantageux. On les encourage par là à manger de façon plus saine. Lors de leur achat, on leur fournit en outre des informations utiles concernant une alimentation plus saine et on leur suggère de bouger plus. Un projet pilote mené à l'Épicerie Caritas de Zurich-Oerlikon a montré que le projet intéresse la clientèle: «Grâce aux rabais consentis sur les fruits et légumes, on a vendu trois fois plus de ces produits durant la période d'essai», selon Rolf Maurer, directeur de la coopérative des Epiceries Caritas. Le projet est mené dans toutes les Epiceries Caritas à travers la Suisse. Dans certaines régions, des actions supplémentaires sont organisées pour rendre la population attentive.

    Le projet Épiceries Caritas - espace santé sera scientifiquement accompagné

    Le projet «Épiceries Caritas - espace santé!» Sera accompagné par l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Berne.

    «Ce projet relie de manière convaincante des améliorations au plan structurel et un rôle actif de la part des personnes concernées. Du point de vue scientifique, il représente donc une étape importante dans la promotion de la santé en Suisse», explique Thomas Abel, professeur de recherche en matière de santé à l'Université de Berne.

    Qui peut faire ses achats dans les Epiceries Caritas?

    Pour pouvoir faire ses achats dans une Epicerie Caritas, il faut être en possession d'une carte d'achat. Celle-ci est délivrée par les offices sociaux, les institutions paroissiales et privées et les Caritas régionales. Elle représente une aide financière pour les personnes défavorisées

    - qui vivent au seuil ou en dessous du seuil de pauvreté,

    - qui doivent recourir à l'aide sociale,

    - qui doivent recourir à des prestations complémentaires, ou

    - qui sont engagées dans un processus d'assainissement de dettes.

    Il n'y a pas de distribution gratuite d'alimentation. Les clientes et clients ne reçoivent pas l'aumône et ils sont responsables d'eux-mêmes. La carte d'achat est personnelle et doit être renouvelée chaque année.

    On peut télécharger les photographies de la conférence de presse et du projet «Épiceries Caritas - espace santé!» sur le site www.caritas.ch/actuel (photos).

ots Originaltext: Caritas Schweiz / Caritas Suisse
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Caritas Suisse:
Grégoire Praz, porte-parole de Caritas Suisse
Mobile:    +41/79/637'62'85
Internet: www.epiceriecaritas.ch/sante

Service médias de Promotion Santé Suisse
Tél.:  +41/31/350'04'04
E-Mail: media@promotionsante.ch.

Épicerie Caritas de Berne:
Reto Mischler, contact presse de Caritas Berne
Mobile: +41/78/823'45'05

Épicerie Caritas Yverdon:
Fabien Perret-Gentil, responsable du secteur vente
auprès de Caritas Vaud
Tél.: +41/21/622'06'22



Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: