Eidg. Volkswirtschaftsdepartement (EVD)

Les écoles supérieures tournées vers l'avenir

Berne (ots) - Les écoles supérieures seront mieux positionnées grâce à la nouvelle ordonnance qui entre en vigueur au 1er avril 2005. Plus souple, l'Ordonnance sur les écoles supérieures veut rapprocher les formations de la pratique et de l'économie. Elle constitue également un pas important vers l'unification du système suisse de formation professionnelle. La nouvelle ordonnance sur les écoles supérieures a été imposée par l'entrée en vigueur, au début 2004, de la nouvelle loi sur la formation professionnelle (LFPr). Celle-ci a notamment fait passer toutes les professions auparavant régies par les cantons – dont celles des domaines de la santé, du social et des arts – à la responsabilité de la Confédération. La nouvelle ordonnance remplace ainsi pas moins de neuf anciens documents. La formation et les études post-diplômes ont été volontairement mises en prise directe avec la pratique et l'économie: les organisations du monde du travail sont impliquées lors de l'élaboration des plans d'études cadres. Introduits dans le nouveau texte, ceux-ci fourniront, pour chaque filière, une base commune au niveau national. On est ainsi en mesure d'assurer une parfaite adéquation entre les qualifications des diplômés et les exigences du marché du travail. La validation des plans d'études cadres incombe à la nouvelle Commission fédérale des écoles supérieures. Composée de représentants des organisations de la branche, des écoles, des cantons et de la Confédération, cette commission sera constituée dans les prochains mois. Elle sera également chargée d'examiner si les filières remplissent les conditions de reconnaissance. La nouvelle ordonnance renforce le principe de l'apprentissage tout au long de la vie et présente une plus grande souplesse. Elle offre par exemple aux écoles supérieures la possibilité de proposer des formations post-diplômes ou la reconnaissance des filières en anglais, particulièrement importante pour les domaines du tourisme et de la restauration. Les écoles supérieures font partie du niveau tertiaire de notre système de formation professionnelle, dans le prolongement de la formation initiale. Elles délivrent annuellement quelque 3 000 diplômes dans les domaines suivants: technique, économie, tourisme et économie familiale, hôtellerie, agriculture et sylviculture. Avec l'intégration des domaines de la santé, du social et des arts, le nombre de diplômes devrait doubler. Renseignements: Martin Stalder, OFFT, responsable du secteur Formation professionnelle supérieure, tél. 031 323 75 67

Ces informations peuvent également vous intéresser: