Tous
Suivre
Abonner Arbeitsgemeinschaft Tabakprävention Schweiz

23.03.2020 – 10:24

Arbeitsgemeinschaft Tabakprävention Schweiz

Coronavirus: réduire le risque en arrêtant de fumer

Bern (ots)

Le tabagisme est incontestablement un facteur de risque important pour de nombreuses maladies respiratoires. Les fumeurs présentent un risque nettement plus élevé de BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive). En Suisse, environ 400 000 personnes souffrent de la BPCO. Le COVID-19 est également une maladie pulmonaire, tout comme la grippe saisonnière, relativement inoffensive en comparaison, est une maladie respiratoire. Le tabagisme affaiblit le système immunitaire et augmente le risque de grave évolution des maladies respiratoires, qu'il s'agisse du COVID-19 ou de la grippe saisonnière.

L'Association suisse pour la prévention du tabagisme demande aux autorités sanitaires suisses de prendre les mesures suivantes:

   - À titre de mesure préventive pour réduire le risque de maladie 
     ou de complications graves à cause du Covid-19, nous 
     recommandons d'arrêter de fumer, d'utiliser des cigarettes 
     électroniques et d'éviter le tabagisme passif. Le Conseil 
     fédéral doit informer la population sur les effets négatifs du 
     tabagisme en lien avec le COVID-19.
   - Comme mesure d'urgence, nous demandons une interdiction 
     immédiate, complète et durable de la vente de tous les produits 
     du tabac et de la nicotine aux personnes de moins de 18 ans. 
     Afin de garantir une mise en oeuvre rapide de l'interdiction, le
     Conseil fédéral peut modifier l'ordonnance n° 2 sur les mesures 
     de lutte contre le coronavirus (COVID-19) (818.101.24) jusqu'à 
     l'entrée en vigueur de la loi sur les produits du tabac. 

Tabagisme et grippe

Une méta-analyse publiée en 2019 sur le lien entre tabagisme et grippe a montré que les fumeurs doivent être hospitalisés plus souvent. Ils sont également davantage susceptibles d'être transférés dans des unités de soins intensifs .

Risque potentiel dû à l'utilisation de cigarettes électroniques

L'utilisation de cigarettes électroniques peut, tout comme le tabagisme, également affecter la santé des poumons. On ne sait pas encore si elle peut entraîner une BPCO, mais de nouvelles données suggèrent que l'exposition aux aérosols des cigarettes électroniques endommage les cellules des poumons et augmente le risque d'infection par le coronavirus.

Il est connu que certains arômes contenus dans les cigarettes électroniques sont associés à des pathologies respiratoires telles que la bronchiolite oblitérante. Il existe aussi des éléments indiquant que certains composés présents dans les liquides utilisés pour produire la vapeur ont un effet immunosuppresseur.

L'article «Smoking or Vaping May Increase the Risk of a Severe Coronavirus Infection» paru récemment sur le tabagisme et l'utilisation des cigarettes électroniques résume bien les risques connus liés au COVID-19.

Double peine pour les fumeuses et les fumeurs

Le tabagisme est le principal facteur de risque de développement de nombreux cancers, maladies cardiaques et maladies pulmonaires. Les fumeurs meurent deux fois plus souvent de ces maladies jusqu'à l'âge de à 39 ans (!). Les personnes souffrant d'un cancer, d'une maladie cardiovasculaire ou d'une maladie pulmonaire font désormais partie du groupe à risque dans le cadre de la pandémie de coronavirus.

De l'utilité d'arrêter de fumer

Arrêter de fumer apporte déjà des avantages à court terme: après 24 heures, les poumons commencent à expulser du mucus et des résidus de fumée. Au bout de quatre semaines, la toux et l'essoufflement diminuent. Les cils des bronches commencent à repousser et peuvent à nouveau remplir leur fonction de protection en transportant des impuretés (poussière, pollen et agents pathogènes) hors des poumons.

Dans un récent article de BMJ, des spécialistes britanniques arrivent à la même conclusion: il est «plausible qu'une augmentation du nombre de personnes arrêtant de fumer puisse contribuer à réduire la transmission de COVID-19». Les approches à voies multiples qui comprennent des mesures pharmacologiques et comportementales sont les plus prometteuses. L'arrêt du tabac pourrait contribuer pour une petite part.

Aide pour arrêter de fumer

Quiconque a recours à de l'aide pour arrêter de fumer augmente ses chances d'y parvenir. Vous trouverez des informations sur la manière d'arrêter de fumer sur internet sur le site Stopsmoking.ch et en appelant la «ligne stop-tabac». Des conseillers professionnels pour arrêter de fumer sont disponibles au 0848 000 181 de 11 h à 19 h.

   - http://ots.ch/7TW0VI 
   - http://ots.ch/yt8B3d 

Contact:

Pour toute question, veuillez vous adresser à:
Luciano Ruggia, directeur de l'AT, luciano.ruggia@at-schweiz.ch, tél.
079 633 14 42