Ja Komitee "Zukunft mit Komplementärmedizin" / Oui Pour les médecines complémentaires

L'initiative "Oui aux médecines complémentaires" a abouti

    Berne (ots) - Plus de 126'000 citoyens et citoyennes suisses ont signé l'initiative populaire "Oui aux médecines complémentaires", en sept mois seulement. La durée moyenne de la récolte des signatures pour les 50 dernières initiatives a été de 15 mois. Plus de 60'000 signatures ont déjà été authentifiées. Compte tenu du nombre minime de signatures non valables, il est acquis que l'initiative populaire "Oui aux médecines complémentaires" a abouti. Les signatures valables seront transmises à la Chancellerie fédérale en septembre 2005, un an après le lancement de la récolte des signatures.

    Plus de 126'000 signatures ont été récoltées en sept mois et le mouvement s'accélère: elles continuent à parvenir à nos bureaux à raison de 500 par jour. Le succès de la récolte confirme le désir de la population de voir les médecines complémentaires bénéficier d'un traitement loyal. La grande importance des médecines complémentaires sur le plan social échappe toujours  au législateur et au monde politique. Pour cette raison, les initiant(e)s demandent la prise en compte globale des médecines complémentaires dans la Constitution. La collecte des signatures se poursuivra jusqu'au 30 juin 2005. L'initiative sera remise à la Chancellerie fédérale en septembre 2005, un an très exactement après son lancement. Plus de 60'000 signatures ont déjà été authentifiées. Compte tenu du nombre minime de signatures non valables, il est acquis que l'initiative populaire "Oui aux médecines complémentaires" a abouti.

    Les initiant(e)s de l'initiative populaire "Oui aux médecines complémentaires" plaident pour un usage responsable de la médecine académique et des médecines complémentaires. "Les deux méthodes ont leurs avantages et leurs inconvénients", estime le Dr Hans-Ueli Al-bonico, membre du comité d'initiative et médecin-chef du département de médecine com-plémentaire de l'hôpital régional de l'Emmental, à Langnau. "La médecine académique présente de magnifiques résultats, mais les patients ressentent de plus en plus ses limites. Deux tiers de toutes les souffrances sont de nature fonctionnelle ou chronique. Dans ces cas, un traitement global est souvent nécessaire", selon le Dr Albonico.

    Les initiant(e)s rappellent qu'il ne s'agit pas d'intégrer à l'assurance de base des prestations non médicales. Les thérapeutes non-médecins et les praticiens de médecines parallèles doi-vent pouvoir exercer leur activité avec des règles législatives claires pour les autoriser à pratiquer et les soumettre à des contrôles de qualité. Le recours qualifié à des prestations de médecines complémentaires peut contribuer à faire baisser le coût de l'assurance de base.

ots Originaltext: initiative populaire "Oui aux médecines
Internet: www.presseportal.ch

Contact:
Walter Stüdeli
service de presse de l'initiative populaire "Oui aux médecines
complémentaires"
Tél.      +41/31/560'00'24
Fax:      +41/31/560'00'25
Mobile: +41/79/330'23'46
E-Mail: walter.stuedeli@koest.ch

Dr Hansueli Albonico
Tél.:    +41/34/402'14'19
E-Mail: albolem@hotmail.com



Plus de communiques: Ja Komitee "Zukunft mit Komplementärmedizin" / Oui Pour les médecines complémentaires

Ces informations peuvent également vous intéresser: