SRG SSR

Economies, partenariats et nouvelles priorités pour la SSR

Bern (ots) - Berne, 28 juin 2018. Moins de quatre mois après le net rejet de l'initiative No Billag à 71,6%, la SSR lance un programme de réformes à long terme. Le Conseil d'administration SSR a approuvé hier le cadre du plan d'économie et d'efficience défini par le Comité de direction.

Ainsi qu'annoncé le 4 mars 2018, la SSR amorce un programme d'économie et de redéploiement pour les quatre prochaines années. Elle entend économiser 100 millions de francs, dont 20 seront réinvestis dans ses offres. Elle réagit ainsi à la baisse et au plafonnement de sa quote-part de redevance décidé par le Conseil fédéral, ainsi qu'au recul des recettes publicitaires. Elle se prépare simultanément à relever les défis à venir.

Accroissement de l'efficience et économies de 100 millions de francs

Le net rejet de l'initiative No Billag est aussi le signe que le peuple suisse apprécie la qualité des programmes de la SSR, dans toutes les régions. Le programme d'économie doit donc affecter le moins possible les offres radio, tv et numériques.

Les économies seront réparties comme suit entre les différentes unités d'entreprise de la SSR: 20 millions de francs pour SRF, 15 millions à la RTS, 15 millions à la Direction générale, 10 millions à la RSI, 1 million à la RTR et 1 million pour SWI swissinfo.ch. Les économies communes à toutes les unités - en particulier dans les domaines des infrastructures et de la distribution - s'élèvent, quant à elles, à 40 millions de francs. Une réduction significative des coûts immobiliers est ainsi prévue dans l'ensemble des régions - réduction qui respectera l'ancrage régional de la SSR.

Pour atteindre l'objectif d'économie, des suppressions de poste sont inévitables. A l'échelle de l'entreprise, ces quatre prochaines années, il faut s'attendre à la suppression d'environ 250 postes à temps plein. Si une grande partie de ces suppressions s'effectuera par les fluctuations naturelles, des licenciements sont aussi à prévoir. D'ici fin septembre, la SSR préparera la planification détaillée puis la discutera avec son partenaire social et ses collaborateurs pour une mise en oeuvre à compter de 2019. Un plan social sera appliqué pour les collaborateurs concernés.

Des coopérations et des partenariats privé-public

La SSR souhaite jouer un rôle actif et utile dans le paysage médiatique suisse avec différents partenariats. Elle partage d'ailleurs désormais et depuis quelques mois ses vidéos d'information avec plus de 40 prestataires média privés. Elle en fera de même, dès 2019, avec une partie de ses archives. Elle lancera aussi cet été, avec trois associations privées, un «Swiss Radioplayer».

Un centre de compétences a été récemment créé, grâce à une collaboration avec l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), les universités de Genève, de Lausanne, de Neuchâtel et de Suisse italienne, ainsi que Ringier. Cette initiative est ouverte et des discussions sont en cours avec d'autres hautes écoles et entreprises de médias en Suisse romande. Il soutiendra et accompagnera des projets dans le domaine de l'innovation média. Un partenariat existe aussi à Zurich entre l'EPFZ, Ringier, Tamedia, la NZZ et la SSR.

Par ailleurs, le 26 juin, la SSR a vendu sa participation de 33 % dans la régie Admeira à ses deux co-actionnaires Swisscom et Ringier. Pour la SSR, il est plus important que jamais de s'unir pour développer la place médiatique suisse et la renforcer face à la concurrence internationale. Le développement très prometteur d'Admeira, sa capacité d'innovation et la qualité des offres médiatiques représentées par la plus grande régie de Suisse sont, pour la SSR, autant de raisons de continuer à lui faire confiance pour la commercialisation de ses spots publicitaires et de ses offres de sponsoring. En vendant ses actions, la SSR souhaite aussi encourager l'entrée de nouveaux actionnaires avec de nouveaux inventaires, au capital de la régie.

Réorientation et priorités

Ces quatre prochaines années, la SSR investira 20 des 100 millions économisés pour se démarquer plus encore et pour accroître sa valeur ajoutée. Notamment:

Dans le domaine culturel: Avec des investissements dans la fiction suisse - les séries tv en particulier - en collaboration avec des partenaires externes. Par ailleurs, la SSR arrêtera les interruptions publicitaires durant les films de prime time sur la RTS, sur SRF et sur la RSI à compter du 1er janvier 2019.

Dans le domaine interactif: Avec le développement d'une plate-forme numérique interactive permettant, grâce aux sous-titrages et aux doublages, une utilisation personnalisée et simplifiée des contenus produits par la SSR en s'affranchissant des barrières linguistiques. De plus, dans le domaine numérique, la SSR renoncera dès 2019, en règle générale, à publier des textes sans lien avec des contenus audio ou vidéo sur les sites d'information en ligne de la RTS, de SRF et de la RSI. Elle entend en cela souligner le caractère spécifique de son offre en ligne par rapport à celle des journaux payants.

La SSR entend aussi adapter son parc immobilier aux besoins futurs de sa production audiovisuelle et digitale. En ce sens, le possible déménagement d'une partie de la rédaction radio SRF de Berne à Zurich fera encore l'objet d'un examen approfondi sur les plans économiques et professionnels d'ici à l'automne 2018.

Le Conseil d'administration et le Comité de direction de la SSR considèrent que les mesures annoncées sont un pas important pour l'évolution de l'entreprise, dans un contexte de bouleversement médiatique sans précédent. Le plan d'économie et d'efficience sera examiné dans le détail en fin d'année par le Conseil d'administration, après consultation des partenaires sociaux, pour approbation et mise en oeuvre en janvier 2019.

Contact:

Service de presse SSR, Edi Estermann
medienstelle.srg@srgssr.ch / tél. 031 350 95 95



Plus de communiques: SRG SSR

Ces informations peuvent également vous intéresser: