Ces informations peuvent également vous intéresser:

Les plates-formes B2B ineltec et sicherheit 2019 seront annulées

Bâle (ots) - MCH Group n'organisera pas les deux salons professionnels «ineltec» et «sicherheit» ...

1919-2019: la Lia Rumantscha fête ses 100 ans d'existence Un festival linguistique et culturel riche en émotions et en surprises

Coire (ots) - L'année 2019 marque les 100 ans de la Lia Rumantscha (LR). L'organisation linguistique ...

International Public Media Conference (IPMC) - Echange sur l'avenir des médias de service public

Berne (ots) - Le 4 mars prochain, soit un an après le rejet de l'initiative «No Billag», se tiendra à ...

08.02.2018 – 15:10

SWI swissinfo.ch

Media Service: Le CIO butte sur des contradictions internes

Bern (ots)

Le fait que les athlètes nord et sud-coréens défileront ensemble dans le stade olympique de Pyeongchang est notamment dû aux efforts du Comité international olympique (CIO). L'organisation, qui a son siège en Suisse, sert-elle de médiateur dans les conflits politiques? Cette question revient sur le tapis avant chaque édition des JO. «Les Jeux olympiques nous montrent à quoi pourrait ressembler le monde si nous nous laissions tous guider par l'esprit olympique, fait de respect et de compréhension», avait déclaré le président du CIO Thomas Bach il y a trois semaines à Lausanne. Les délégations des deux frères ennemis coréens venaient alors de s'entendre pour que les sportifs des deux pays défilent ensemble sous une même bannière aux JO d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud.

C'est donc totalement dans l'esprit de la Charte olympiqueLien externe, selon laquelle les JO doivent réunir des athlètes du monde entier en un endroit «pour un monde meilleur et pacifique». Mais toujours est-il que cette idée ne correspond pas à des JO qui sont aussi une compétition entre les nations et un reflet des réalités politiques. Limites atteintes Cette compétition entre nations, le président sud-coréen Moon Jae-in en a fait l'expérience. Sa popularité a décliné après l'annonce que les deux Corée allaient aussi former pour Pyeongchang une équipe féminine commune de hockey sur glace. La perspective d'avoir ainsi plus de peine à remporter une médaille a refroidi précisément ceux qui avaient élu Moon Jae-in en mai 2017, notamment en raison de sa promesse d'améliorer les relations avec la Corée du Nord. «Les limites de telles actions deviennent ici déjà visibles. A nos yeux, une telle équipe mixte est peut-être géniale. Mais pour beaucoup de Sud-Coréens, le sacrifice sportif est en l'occurrence trop important», déclare Samuel GuexLien externe, spécialiste de la Corée au Département d'études est-asiatiques de l'Université de Genève.

https://www.swissinfo.ch/fre/efforts-de-paix-à-pyeongchang_le-cio-butte-sur-des-contradictions-internes/43880640

Contact:

Kathrin Ammann
+41 31 350 97 85
Kathrin.Ammann@swissinfo.ch

Tous
Abonner SWI swissinfo.ch
  • Version imprimable
  • Version PDF

Lieux dans ce communiqué

Sujets abordés dans ce communiqué