Bundesamt für Berufsbildung und Technologie

BBT: Détente significative sur le marché des places d’apprentissage

Un document

      Berne (ots) - La situation s’améliore sur le marché des places
d’apprentissage. Après le recul en 2002 du nombre de contrats
d'apprentissage de 70’947 à 68’535 (–3%), les chiffres fournis dans
le dernier Baromètre des places d’apprentissage publié par l'Office
fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT)
sont à la hausse. Sur la base de la valeur médiane obtenue par
comparaison des résultats de l’enquête auprès des entreprises et de
celle effectuée auprès des jeunes, le nombre de nouveaux contrats
d'apprentissage conclus d’ici à la fin 2003 devrait s'élever à
70’000 environ. Le jour de référence pour l'enquête a été fixé au 31
août 2003.

    L'enquête effectuée auprès des entreprises a permis de mettre en évidence une croissance significative aussi bien de l'offre globale de places d’apprentissage que du nombre de places d’apprentissage encore vacantes. C'est ainsi que 79’000 places d'apprentissage sont offertes en 2003 contre 76’500 en 2002. Quant au taux de places d’apprentissage encore vacantes, il franchit à nouveau la barre des 10% (soit, au jour de référence, près de 9’000 places), alors que le taux se situait à 8% en 2002, à 10% en 2001 et à 11% en 2000. En outre, les entreprises de Suisse romande et du Tessin tout particulièrement, où le début de l'apprentissage est fixé traditionnellement à l'automne, estiment que près de 4’000 places d’apprentissage pourront encore être repourvues.

    Les tendances positives qui ressortent de l'enquête auprès des entreprises confirment l'estimation fournie par l'enquête auprès des jeunes. En effet, au jour de référence, la plupart des jeunes entre 14 et 20 ans qui recherchaient une place d’apprentissage ont trouvé une solution.

    Jusqu'ici, quelque 64’500 jeunes disposent d’une place d’apprentissage, contre 59 000 jeunes en 2002. Le taux est légèrement supérieur à celui de l'année précédente (2002: 48%, 2001: 50%, 2000: 53%). Ainsi, pour la première fois depuis 3 ans, plus de la moitié des jeunes interrogés ont commencé un apprentissage (hommes: 59%, femmes: 44%). Par ailleurs, comme en 2002, 26% des jeunes ont décidé de poursuivre leur scolarité (gymnase: 12%, autres écoles 5%, 10e année scolaire: 9%). 1% des jeunes suivent une formation élémentaire et 4% n'ont toujours pas trouvé de solution (environ 5’000), contre 5% l'an dernier (environ 6’000).

La part des jeunes qui ont opté pour une solution transitoire (stage de langue, stage, engagement social, entrée directe dans le monde du travail) atteint 18% (hommes: 14%, femmes 23%); elle a donc baissé à nouveau pour atteindre le même niveau qu'en 2001 (20% en 2002). Sur les jeunes interrogés qui ont choisi une solution transitoire, 20’500 (16’%) d'entre eux tenteront leur chance en 2004 à nouveau sur le marché des places d’apprentissage. Ces chiffres ont augmenté pour la première fois en 2002 depuis 1998 et signifient que la « liste d'attente » s'allongera d’autant l'année prochaine.

    Cette année encore, le secteur de la construction (2003: 19%, 2002: 21%) et celui de la restauration (2003: 19%, 2002: 11%) comptent les pourcentages les plus élevés de places d’apprentissage vacantes. Dans les professions de l'industrie de la métallurgie et des machines, le taux de places vacantes est passé de 9% en 2002 à 14% en 2003. À l'opposé, les professions administratives et de la santé, avec des taux respectifs d'occupation des places d’apprentissage de 96% et de 98%, comptent parmi les profession les plus prisées.

    Sous l’angle des nationalités, tout comme l’an dernier, 80% des jeunes Suisses disposent déjà d’une place d’apprentissage (2002: 80%, 2001: 82%, 2000: 82%) alors que le taux de jeunes étrangers souhaitant suivre un apprentissage et ayant déjà trouvé une place s’élève seulement à 65% en 2003 (2002: 64%, 2001: 68%, 2000: 58%). On relève aussi des disparités régionales entre zones rurales et urbaines. Le taux de jeunes ayant trouvé une place d’apprentissage se monte, en zone rurale, à 81% (2002: 82%, 2001: 80%) et, en zone urbaine, à 75% (2002: 74%, 2001: 78%).

    Pour la première fois, les jeunes ont été questionnés sur leurs motifs et leurs expériences en matière de recherche de places d’apprentissage. Il ressort que la famille, les amis et les connaissances jouent un rôle déterminant (41%) dans le choix de l’apprentissage. Les professions les plus recherchées demeurent les professions administratives (femmes: 32%, hommes: 15%) et chez les hommes les professions de l’industrie de la métallurgie et des machines (40%). 64% des jeunes interrogés se déclarent « très satisfaits » de la solution trouvée (2002: 61%) et 29% en sont, pour leur part, « satisfaits » (2002: 31%).

Renseignements: Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), Communication, Helen Stotzer, tél. 031 322 83 63, helen.stotzer@bbt.admin.ch Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), centre de prestation Formation professionnelle, Hugo Barmettler, tél. 031 323 20 29, hugo.barmettler@bbt.admin.ch

Internet: Baromètre des places d’apprentissage : www.bbt.admin.ch (Formation professionnelle // Dossiers & Projets // Baromètre des places d’apprentissage)



Plus de communiques: Bundesamt für Berufsbildung und Technologie

Ces informations peuvent également vous intéresser: