Pro Juventute

Seul deux enfants sur trois peuvent jouer à l'extérieur sans surveillance en Suisse
Une étude commanditée par Pro Juventute montre que le jeu libre est toujours plus rare pour les enfants dans notre pays

Nicolas De Nisco pour Pro Juventute. Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch/fr/nr/100019486 / L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "obs/Pro Juventute/Nicolas De Nisco"

Zurich/Lausanne/Giubiasco (ots) - Alors que les enfants dans les années 1970 passaient une grande partie de leur temps libre à l'extérieur et bougeaient chaque jour pendant trois à quatre heures, la situation est aujourd'hui bien plus morose: comme le montre une étude commanditée par Pro Juventute et publiée aujourd'hui, les enfants de Suisse alémanique jouent en moyenne 32 minutes par jour à l'extérieur sans surveillance, contre seulement 20 minutes par jour pour les enfants en Suisse romande. Un enfant sur trois dans notre pays ne peut pas jouer à l'extérieur ou alors seulement sous la surveillance constante d'adultes C'est ce qui ressort d'un sondage auprès de 649 familles de toutes classes sociales en Suisse alémanique et romande, réalisé par l'Université de Fribourg, l'Evangelische Hochschule de Ludwigsbourg et l'institut d'étude de marché GfK Switzerland pour le compte de Pro Juventute. Pro Juventute demande que les besoins d'espaces de liberté pour les enfants dans leur environnement soit pris plus au sérieux et mieux pris en considération dans le développement territorial et urbain.

«L'activité physique et le jeu libre favorisent la santé physique des enfants, ainsi que leur bien-être psychique, le langage, les émotions et le comportement social», explique Urs Kiener, responsable Principes de base chez Pro Juventute. «Mais alors que les enfants et les jeunes bougeaient en moyenne 3 à 4 heures par jour dans les années 1970, ils sont aujourd'hui assis pendant une grande partie de leur temps scolaire et libre», poursuit Urs Kiener.

Pour que les enfants puissent jouer à l'extérieur et bouger suffisamment, la qualité de l'environnement direct et les possibilités d'interaction et de contact avec des enfants de leur âge sont fondamentales. Autrement dit: la fréquence et la durée du jeu autonome à l'extérieur dépendent en grande partie de l'appréciation des parents sur les espaces de jeu (dangereux, accessibles et malléables ou non), mais aussi des possibilités d'interaction avec d'autres enfants dans leur environnement. Et ils le font beaucoup plus rarement qu'auparavant, comme le montre l'étude publiée aujourd'hui: en moyenne, un enfant en Suisse joue 47 minutes par jour à l'extérieur, dont 29 minutes de manière autonome et sans surveillance. Des différences notables existent entre la Suisse alémanique et la Suisse francophone. Dans les régions germanophones, les enfants jouent en moyenne 32 minutes à l'extérieur sans surveillance, contre seulement 20 minutes dans les régions francophones.

La qualité de l'environnement est déterminante

Un enfant sur sept (15%) dans notre pays ne joue absolument pas à l'extérieur et 20% des enfants ne jouent dehors que sous la surveillance constante d'adultes. L'influence la plus importante sur le temps que les enfants passent de manière autonome à l'extérieur est celle de la qualité de l'environnement. «Mais les enfants ne peuvent pas choisir leurs espaces, ils sont liés à leur environnement direct», explique Petra Stocker, coordinatrice du projet Espace de liberté et culture ludique chez Pro Juventute. Les ressources des familles ont un effet direct sur l'environnement dans lequel les enfants grandissent. Alors que 50% des enfants, dont les parents ont un niveau moyen de formation, vivent dans un cadre de vie plutôt bon ou très bon, ils ne sont que 19% lorsque leurs parents ont un faible niveau de formation. «Ces enfants sont doublement défavorisés, car ils passent moins de temps libre à l'extérieur et fréquentent rarement des manifestations et cours payants», poursuit Petra Stocker.

Ce que nous demandons: plus d'espaces adaptés aux enfants

«Les enfants ont un besoin naturel d'activité physique. S'ils en ont la possibilité, ils utilisent chaque minute libre pour jouer librement. En raison de la circulation croissante et de la forte urbanisation, les espaces publics qui pourraient permettre aux enfants de grimper et sauter sont de plus en plus rares», explique Urs Kiener.

Pour permettre aux enfants d'avoir à disposition les espaces de liberté nécessaires pour jouer dans leur environnement direct, Pro Juventute demande des normes de qualité pour des espaces de liberté adaptés aux enfants, un ancrage institutionnel des besoins des enfants et des jeunes dans le cadre du processus de planification territoriale ainsi que la participation des enfants et des jeunes dans l'organisation de l'espace public. «Les jeux d'enfants ne doivent pas être limités aux terrains de jeu. Les enfants doivent pouvoir jouer directement devant chez eux», telle est la demande de Petra Stocker de Pro Juventute.

Méthodologie:

- Commanditaire/directrice de publication: Pro Juventute

- Méthodologie et traitement des résultats:

Prof. Dr. Baldo Blinkert de l'Université de Fribourg (Allemagne) et Prof. Dr. Peter Höfflin de l'Evangelischen Hochschule de Ludwigsbourg (Allemagne).

- Centres d'intérêt: Des informations fondamentales font défaut sur les possibilités de jeu des enfants dans notre pays. L'étude traite les questions suivantes: Combien de temps les enfants en Suisse passent-ils à jouer dehors? Qu'est-ce qui détermine le temps passé à l'extérieur? Peuvent-ils rendre visite à leurs amis de manière autonome? Et existe-t-il des différences entre les régions linguistiques, la ville et la campagne ou les niveaux de formation?

- Méthode:

Sondage en ligne par GfK Switzerland, période de réalisation: 1er -15 février 2016. 649 familles avec des enfants âgés de 5 à 9 ans de Suisse alémanique et de Suisse romande ont été interrogées.

- Publication des résultats: 21 novembre 2016

Supports à télécharger:

- Téléchargement gratuit de l'étude en PDF: http://ots.ch/UBDYZ

Pour plus d'informations, des interviews et des photos:

Institut für Soziologie der Universität Freiburg, Prof. Dr. Baldo
Blinkert
+49 761 288364, baldo.blinkert@soziologie.uni-freiburg.de
Evangelische Hochschule Ludwigsburg, Prof. Dr. Peter Höfflin,
+49 7141 9745-213, p.hoefflin@eh-ludwigsburg.de
Pro Juventute, Petra Stocker, coordinatrice du projet Espace de jeu
et culture ludique
Pro Juventute, Urs Kiener, responsable Principes de base
Coordination des demandes des médias: Pro Juventute, Monique Ryf,
responsable régionale Suisse Romande
Tél. 021 622 08 17, E-mail: monique.ryf@projuventute.ch



Plus de communiques: Pro Juventute

Ces informations peuvent également vous intéresser: