Mobility Carsharing Schweiz

Mobility remplace 27'600 voitures privées

Les Suisses sont de plus en plus nombreux à changer leur comportement de mobilité. Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch/fr/pm/100010161 / L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "obs/Mobility Carsharing Schweiz/GAETAN BALLY"

Lucerne (ots) - Une étude d'Interface confirme que Mobility réduit la circulation et ménage l'environnement. Sans ce prestataire de services de car sharing, il y aurait 27'600 véhicules privés en plus sur les routes suisses, soit l'équivalent d'un embouteillage de Lucerne à Lugano.

Le car sharing est en plein essor. La Société Coopérative Mobility a récemment annoncé que son portefeuille clientèle avait encore grossi: aujourd'hui, 120'300 Suisses utilisent les véhicules partagés, soit 7,4% de plus que l'an passé. Cela a une incidence positive sur la circulation, comme l'explique Patrick Eigenmann, porte-parole de l'entreprise: «Un car sharer sur trois vend sa première ou sa deuxième voiture, et ne se déplace ensuite plus qu'en TP, à vélo et avec Mobility. Ainsi, grâce à nous, 27'600 voitures privées de moins circulent sur les routes suisses», soit presque autant que toutes les voitures immatriculées dans le canton de Nidwald. Ou pour reprendre l'image utilisée par Eigenmann: «Alignées, ces voitures formeraient une file s'étendant de Lucerne à Lugano.»

Moins d'émissions de CO2

L'étude «Evaluation Carsharing» (Interface Études politiques Recherche Conseil) de laquelle sont tirés ces résultats démontre l'effet bénéfique de Mobility sur la circulation, mais aussi sur l'environnement. Rien que l'an dernier, les clients de car sharing ont économisé 8.8 millions de litres de carburant et 20'500 tonnes de CO2, soit l'équivalent de 542'000 trajets entre Saint-Gall et Genève.

Davantage de trajets en TP

Ces effets durables sont dus au changement de comportement de mobilité des car sharers. D'une part, après avoir adhéré à Mobility, ils possèdent moins de véhicules privés, voire y renoncent tout à fait. D'autre part, ils parcourent quotidiennement la même distance moyenne que le reste de la popu-lation suisse titulaire d'un permis de conduire, mais effectuent 50% de ces trajets avec les transports publics (contre 18% pour le reste de la population).

   Résumé de l'étude: www.mobility.ch/evaluation_carsharing (en 
   allemand) 

Contact:

Patrick Eigenmann, responsable Communication & Médias,
p.eigenmann@mobility.ch



Plus de communiques: Mobility Carsharing Schweiz

Ces informations peuvent également vous intéresser: