PwC

PwC: le leader du marché veut affermir sa position

Zurich (ots) - Pour l'exercice 2009/10 arrêté le 30 juin 2010, la société d'audit et de conseil PwC a réalisé en Suisse un chiffre d'affaires brut de CHF 704 millions (-/+ 0%) et un chiffre d'affaires net de CHF 614 millions (-1%), confirmant ainsi sa position de leader sur le marché helvétique. Pour consolider sa position de numéro un en Suisse, PwC a identifié des segments de croissance prometteurs grâce à une analyse des marchés, des segments et des nouveaux besoins des clients. L'année dernière, PwC a une nouvelle fois investi 10% de son chiffre d'affaires dans la formation et le perfectionnement de ses collaborateurs. PwC mise sur la diversité et emploie en Suisse des collaborateurs de 58 pays aux parcours très variés. Parmi les jeunes diplômés en sciences économiques, PwC est pour la douzième fois consécutive l'employeur le plus prisé de la branche. Le produit d'honoraires brut de PwC Suisse ressort à CHF 704 millions pour l'exercice 2009/10, dont CHF 378 millions reviennent à la division Audit (2008/09: CHF 382 millions), CHF 230 millions au Conseil juridique et fiscal (2008/09: CHF 224 millions) et CHF 96 millions au Conseil économique (2008/09: CHF 99 millions). Son produit d'honoraires net s'élève à CHF 614 millions (Audit CHF 354 millions, Conseil juridique et fiscal CHF 180 millions et Conseil économique CHF 80 millions). Ces résultats ont permis à PwC de consolider encore sa position de leader. Markus R. Neuhaus, CEO de PwC Suisse, affirme: «PwC est le numéro un de l'audit et du conseil en Suisse. Durant les années à venir, nous entendons développer encore cette position de force. Nous voulons saisir les opportunités qui se présentent de manière ciblée et avons identifié onze segments de croissance. Ces «Growth Units» constituent le coeur de notre stratégie de croissance. Les postes-clés sont confiés à des collaborateurs expérimentés, et nous recrutons également des spécialistes chevronnés afin d'exploiter rapidement le potentiel identifié.» Durant l'exercice écoulé, PwC a suivi plus de 12'500 clients, dont environ 7400 PME. Parmi les entreprises cotées à la SIX Swiss Exchange, 101 (plus de 42%) ont confié à PwC un mandat de révision externe. Sur l'ensemble de la palette de services, PwC entretient des relations client avec 79% des entreprises cotées en Suisse. Elle est aussi très bien implantée sur le marché des petites et moyennes entreprises et réalise un tiers de ses produits d'honoraires dans ce segment. PwC est donc aussi le leader suisse des sociétés d'audit et de conseil dans le secteur des PME. PwC emploie 2623 collaborateurs dans ses 15 bureaux de Suisse. 58 nationalités sont représentées; 73% des employés sont des citoyens suisses et 41% sont des femmes. L'âge moyen des collaborateurs de PwC est de 34 ans. La qualité de l'audit externe est décisive Au cours de l'exercice écoulé, la division Audit a réalisé un produit d'honoraires brut de CHF 378 millions. Son chiffre d'affaires, en baisse de 1 %, représente 54 % du chiffre d'affaires brut de l'entreprise (net: CHF 354 millions CHF, +1 %). La qualité est le critère essentiel pour pouvoir croître sur le marché compétitif de l'audit. La révision constitue la base de la confiance des parties prenantes dans les comptes annuels et, partant, dans l'entreprise auditée. À ce sujet, Hans Wey explique: «Dans le contexte économique et social actuel, la transparence des rapports financiers est plus importante que jamais. La responsabilité du conseil d'administration ou du comité d'audit dans l'établissement de directives relatives à la clarté et à la transparence gagne en importance. Pour satisfaire à la réglementation croissante, une documentation rapide des décisions importantes est de plus en plus essentielle. En collaboration avec la direction, le conseil d'administration peut veiller à ce que les décisions capitales relatives aux estimations comptables et aux questions complexes en matière de bilan soient documentées de manière claire. En tant qu'organe de révision, nous aidons les conseils d'administration et les directions à atteindre leurs objectifs. Nous leur apportons la sécurité et pouvons leur faire partager notre vaste champ de connaissances et notre expérience.» Le Conseil juridique et fiscal en nette progression La division Conseil juridique et fiscal a progressé de 3 % avec un produit d'honoraires brut de CHF 230 millions (net: CHF 180 millions, + 1 %). Le Conseil juridique et fiscal de PwC a nettement progressé, au second semestre surtout, et est à présent plus solide que jamais. On enregistre une forte demande de conseil concernant les questions fiscales transfrontalières, les prix de transfert et la TVA. En revanche, le marché des transactions d'entreprises conserve un niveau faible. Le besoin de conseil en gestion des ressources humaines est, quant à lui, en augmentation. Markus Neuhaus explique cette tendance: «De nombreuses entreprises se penchent de manière approfondie sur les systèmes de rémunération. Il est essentiel d'adopter une approche globale, prenant en compte tous les aspects d'un système de rémunération - y compris les aspects entrepreneuriaux, juridiques, fiscaux et comptables. La conception intégrale d'un système de rémunération ne se limite pas aux composantes variables du salaire des cadres dirigeants ou aux plans de participation du personnel. Elle englobe également les dépenses liées aux assurances sociales, aux charges salariales annexes ou aux plans de prévoyance.» Outre les questions de rémunération, trois autres aspects font partie des priorités des gestionnaires de ressources humaines: la composition optimale du personnel, la gestion des talents et la gestion de la mobilité. Les échanges toujours plus importants de collaborateurs issus de différents pays posent des problèmes fiscaux et juridiques complexes. Les conseils en matière d'efficience et d'efficacité sont très demandés Le produit d'honoraires brut de la division Conseil économique a reculé de 3 % au cours de l'exercice écoulé, pour s'établir à CHF 96 millions (net: CHF 80 millions, -8%). La demande de prestations de conseil a repris au second semestre. De nombreuses entreprises souhaitent augmenter l'efficience et l'efficacité de leur organisation. Elles introduisent des instruments de gestion financière modernes, réorientent leur fonction financière, améliorent leur architecture informatique et transfèrent les travaux de routine vers des Shared Service Centres. La demande de conseil est particulièrement forte de la part des établissements financiers. En raison de la crise, ces entreprises ont supprimé plus de capacités que celles des autres secteurs. À présent, elles manquent souvent de ressources pour mettre en oeuvre leurs projets et font appel à des conseillers externes. Selon Markus R. Neuhaus, «la santé représente un marché de croissance pour le conseil. Il s'agit en effet d'un marché présentant un grand nombre d'interfaces et d'acteurs: les entreprises du secteur des sciences de la vie, les hôpitaux, les caisses maladie, mais aussi le secteur de l'alimentation et les fournisseurs d'installations de wellness. Dans les années à venir, des méthodes de prévention et de traitement totalement nouvelles feront leur apparition et des technologies innovantes telles que les consultations médicales par téléphone révolutionneront le secteur de la santé. Tous les acteurs du marché doivent se préparer à de nouveaux modèles de gestion dans le secteur de la santé.» Vous trouverez désormais nos communiqués de presse aussi sous: www.twitter.com/PwC_Switzerland ots Originaltext: PricewaterhouseCoopers AG Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Claudia Sauter Communications Senior Manager PwC Suisse E-Mail: claudia.sauter@ch.pwc.com

Plus de communiques: PwC

Ces informations peuvent également vous intéresser: