Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Difficiles négociations entre le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz et les associations du personnel de la Confédération

    Berne (ots) - Les organisations de la CNPC persistent à demander la compensation intégrale du renchérissement

    Les associations du personnel de la Confédération ont rencontré le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz dans le cadre des négociations salariales et relativement à la situation de la caisse de pensions de la Confédération (Publica). Bien que l’entretien ait été ouvert et amical, les parties en pré-sence ne sont pas encore parvenues à se mettre d’accord.

    La Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) a clairement fait savoir que, conformément aux promesses faites antérieurement et au plan financier en vigueur, elle tenait à la compensation intégrale du renchérissement. Or, le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz, au vu de la situation actuelle, n’entend plus l’accorder. C’est là un important différend qui fera l’objet de nouvelles négociations après la pause estivale.

    Au chapitre des réformes en suspens de la caisse de pensions, les associations du personnel n’acceptent pas les réductions des rentes qui sont prévues. Il est en effet socialement injuste et, étant donné les suppressions d’emplois déjà décidées, absurde pour l’État employeur d’empêcher les classes de traitement inférieures et moyennes de prendre normalement leur retraite à 62 ans. L’avalanche de démantèlements prévus en ce qui concerne la caisse Publica (prolongation de la durée de cotisation, relèvement de l’âge de la retraite ou baisse des rentes en cas de retraite anticipée) est totalement déplacée d’un point de vue de politique du personnel et inacceptable aux yeux de la CNPC.

    Syndicats et Conseil fédéral sont d’accord au sujet de l’ordonnance élaborée avec ceux-ci en vue d’une exécution socialement acceptable des mesures de réorganisation du personnel déjà décidées. Pour la CNPC toutefois, il ne saurait absolument pas être question de nouvelles suppressions d’emplois. Le 16 mai dernier, le peuple s’est clairement prononcé dans les urnes pour une État performant. Comprimer le personnel serait prendre le contre-pied de cette volonté.

    Il y a lieu de se réjouir du fait que, lors des négociations d’aujourd’hui, malgré la diversité de leurs membres, les associations du personnel sont restées unies derrière leurs revendications. Le message est clair : la Confédération doit être un employeur sur qui l’on puisse compter. La résistance du personnel aux frustrations a ses limites, comme l’on clairement montré les actions de protestation organisées l’an dernier par la CNPC.

    Pour tout renseignement :

Hans Müller, APC et président de la CNPC, 079 406 93 38 Corinne Schärer, ssp, 079 219 94 20 Rolf Zimmermann, secrétaire de la CNPC, 079 756 89 50



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: