auto-schweiz / auto-suisse

auto-suisse: Consommation de carburant et émissions CO2 significativement à la baisse en 2012

Berne (ots) - juin 2013. La consommation moyenne de carburant de toutes les voitures de tourisme neuves immatriculées en 2012 a baissé de 6,39 (2011) à 6,21 litres. Cela correspond à une réduction de 2,8 pourcents. Dans la même période, les émissions de CO2 ont également diminué de 2,6 pourcents, et certes de 155 à 151 g/km. Ces chiffres sont d'autant plus étonnants que le poids moyen à vide a de nouveau augmenté pour atteindre 1'510 kg (2011: 1'483 kg).

Les efforts et les investissements des fabricants qui y sont liés, montrent des effets dans des moteurs et des techniques de propulsion de plus en plus efficients. En revanche, la prédilection des acheteuses et des acheteurs suisses de voitures pour des véhicules plus grands et plus lourds - toujours plus souvent avec moteur diesel et transmission à toutes roues motrices - reste inchangée.

Contrairement aux valeurs de consommation et des émissions de CO2 à la baisse depuis des années, il y a eu une légère inversion de la tendance pour le volume cylindrée du moteur des voitures neuves: il se situe avec une augmentation de 25 cm3 en comparaison de l'année précédente maintenant à 1'805 cm3 - une augmentation qui doit cependant être recherchée seulement dans les classes de cylindrée à partir de 2'000 cm3. Dans les classes de cylindrée plus basses, la tendance pour des moteurs encore plus petits est prédominante comme auparavant.

Les chiffres actuels des ventes prouvent que le trafic motorisé privé et professionnel se trouve sur le bon chemin. La consommation réduite de carburant et l'efficience augmentée sont très éloquentes. Mondialement, les fabricants de véhicules font déjà depuis des années des grands efforts - liés à des investissements à hauteur de plusieurs dizaines de milliards - afin d'améliorer continuellement la compatibilité avec l'environnement et la sécurité de leurs produits. Le revers de la médaille est que les responsables politiques et les autorités doivent enfin reconnaître qu'au trafic motorisé individuel revient une signification centrale d'un point de vue économique. Cela s'accorde mal avec le fait que devant l'arrière-plan d'une croissance du trafic légèrement réduite, les heures d'embouteillages sur les routes nationales suisses (et avec cela également le dommage économique) augmentent quand-même. Rapporté à la protection du climat, ceci signifie que du trafic fluide et moins d'embouteillages impliquent moins de CO2, des coûts plus faibles, plus d'efficience et par conséquent plus de qualité de vie.

Contact:

Andreas Burgener
Directeur
www.auto-suisse.ch
Tél: 031 306 65 65
e-mail: a.burgener@auto-schweiz.ch
www.cleverunterwegs.ch


Plus de communiques: auto-schweiz / auto-suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: