Krebsliga Schweiz

Stratégie nationale contre le cancer: Organisation intégrée des services de santé: L'intégration du patient

Bern (ots) - Pour réaliser l'intégration du patient oncologique, il faut promouvoir la collaboration interdisciplinaire et interprofessionnelle et développer des offres spécifiques, afin de l'accompagner et de le soutenir de manière optimale et de façon adéquate au cours du dépistage, du traitement et de la prise en charge. La Stratégie nationale contre le cancer a présenté ce jeudi à Berne deux exemples montrant la manière dont ce défi est relevé à l'hôpital de l'Île.

Franziska Geese, Advanced Practice Nurse, au Département d'urologie, de l'Hôpital universitaire de Berne est partie du constat que les patients atteints de cancer de la prostate et leurs proches n'étaient pas suffisamment soutenus sur le plan psycho-social. Un projet mettant la pratique avancée en soins infirmiers au centre de la coordination d'un groupe de travail interprofessionnel interne et externe a permis de renforcer la prise en charge du patient et de ses proches, avec pour effet une amélioration de la qualité de vie et de la prise de décision.

Roland Giger, PD Dr med., Médecin-chef et directeur adjoint, à la Clinique universitaire d'ORL et chirurgie cervico-facial de l'Hôpital universitaire de Berne, a présenté la journée multi-professionnelle d'information sur les opérations du patient atteint de tumeur ORL mise en place dans son service. Le patient retire des bénéfices de cette suite d'entretiens préalables avec des spécialistes sur tous les domaines médicaux et psycho-sociaux liés à l'intervention et à ses suites. Cette journée a aussi pour effet de diminuer la durée de l'hospitalisation ainsi que le facteur de stress du patient et de ses proches. Elle renforce par ailleurs la communication entre les différents groupes professionnels paramédicaux et médicaux, ce qui raccourci certains processus.

Améliorer la qualité de vie

En conclusion, il faut accompagner et soutenir les personnes dans toutes les phases de la maladie, de manière à pouvoir favoriser et maintenir une bonne qualité de vie. Cela suppose que les personnes soient informées et disposent des conditions nécessaires pour assumer leur part de responsabilité et avoir leur mot à dire. Cela implique aussi qu'elles soient en mesure de faire face à la maladie ou à ses suites de façon autonome, pendant, entre et après les traitements.

Contact:

Philippe Groux, chef de projet SNC, 
philippe.groux@nsk-krebsstrategie.ch
Ligne directe 031 389 94 63


Plus de communiques: Krebsliga Schweiz

Ces informations peuvent également vous intéresser: