IG Impformation / Vaccinformation

L'armée tire un bilan positif de sa campagne de vaccination 2002 contre la méningite C

    Zurich (ots)  - Cette année, plus de 23'000 recrues ont participé volontairement à la campagne de vaccination contre la méningite C lancée par l'armée. A la clé, un résultat éclatant! Contrairement à ce qui s'était produit précédemment, les écoles de recrues 2002 n'ont eu à enregistrer aucun cas de méningite en 2002. Partant, la campagne sera reconduite l'an prochain.

    Entre 1999 et 2001, le nombre de cas de méningite a augmenté au sein de l'armée suisse. C'est pour cette raison qu'en accord avec l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), le médecin chef de l'armée le divisionnaire Gianpiero A. Lupi, avait décidé au printemps dernier de proposer aux recrues de se faire vacciner contre la méningite C. La raison en est simple: "En 2001, 50% de tous les cas de méningite enregistrés dans les écoles de recrues relevaient du type C. Or, il existe désormais un vaccin sûr et efficace contre cette maladie. C'est un devoir de le mettre à disposition de la troupe", explique le Dr Germain Daucourt, de la section du service médico-militaire. Les recrues appartiennent en effet à un groupe à risques (19-22 ans). Elles sont sept fois plus exposées que les civils du même âge. Au total, plus de 23'000 recrues ont été vaccinées en 2002. Le taux de vaccination, y compris les personnes vaccinées avant l'entrée à l'école, a dépassé 90%. Les coûts ont été pris en charge par l'armée. "Les médecins de troupe n'ont constaté aucun effet secondaire significatif", se réjouit le Dr Daucourt.

      Les recrues ont accueilli très positivement la campagne. "Elles
sont conscientes que la méningite C est une maladie infectieuse
dangereuse. Avant qu'elles entrent à l'école, nous leur avons
distribué une feuille d'information sur la maladie, le vaccin et les
risques encourus", ajoute le Dr Daucourt. La campagne 2002 aura coûté
un peu plus d'un million de francs. Son franc succès justifie la
dépense. Rappelons que le taux de mortalité de la méningite C se
monte à environ 7,5%. Au surplus, d'après le Dr Daucourt, "pour un
médecin, la vie d'un homme n'a pas de prix!" En 2003, une nouvelle
campagne de vaccination  aura lieu vu l'indication épidémiologique,
le haut degré d'approbation des recrues et le résultat obtenu cette
année.

    Vaccinformation appuie cette initiative de l'armée et de l'OFSP. Le succès de la campagne montre à quel point le vaccin est efficace. C'est pourquoi cette association préconise une prise en charge par les caisses maladie de la vaccination contre la méningite C des enfants de 0 à 4 ans - en particulier ceux qui fréquentent des crèches et des garderies - et des jeunes de 15 à 19 ans. En Suisse, il existe des vaccins très bien tolérés. Ils peuvent être administrés dès l'âge de deux mois, ce qui est une bonne nouvelle pour les parents des enfants confiés à une crèche.

    Vaccinformation

    Vaccinformation est une organisation qui a pour but d'éradiquer les maladies contre lesquelles un vaccin est efficace. Elle se compose de personnes directement touchées, de médecins et de scientifiques. Elle bénéficie de l'appui de personnalités politiques de premier plan.

(Ce communiqué de Vaccinformation a été élaboré avec l'aide du Dr Germain Daucourt, section du service médico-militaire.)

ots Originaltext: IG Impformation / Vaccinformation
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Vaccinformation
Service de presse
Case postale
8099 Zurich
Tél.         +41/1/430'40'54
Fax          +41/1/432'72'87
mailto:    info@impformation.ch
Internet: http://www.impformation.ch
[ 007 ]



Ces informations peuvent également vous intéresser: