ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

CFF Cargo: Sur la route du succès - Mieux vaut tard que jamais!

    Bern (ots) - La répartition annoncée de CFF Cargo en un secteur international et un secteur national représente un premier pas - très tardif - dans la bonne direction. L'imbrication étroite prévue avec des entreprises privées devrait faciliter le transfert du know-how de la branche des transports routiers. Il est néanmoins indispensable que les autorités et la politique créent de meilleures conditions cadres par l'entremise d'une réforme du prix des sillons et d'une nouvelle réglementation des priorités du trafic ferroviaire. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue l'objectif selon lequel une entreprise ferroviaire doit proposer des prestations de transport sans devoir être subventionnée.

    C'est avec satisfaction que l'Association suisse des transports routiers ASTAG a pris connaissance de l'annonce de CFF Cargo, de créer une entreprise distincte pour les trafics de transit, afin de séparer le domaine des transports nationaux de celui des transports internationaux. Selon l'ASTAG, il est judicieux de tendre à une coopération étroite avec des entreprises de transport privées, sachant qu'une telle décision est attendue depuis longtemps. Le know-how logistique professionnel dont pourra bénéficier CFF Cargo permettra enfin à cette entreprise de rentabiliser son domaine international. «Après des années de pertes importantes, cette démarche était désormais incontournable», selon le commentaire de Adrian Amstutz, président central de l'ASTAG sur ce réalignement stratégique.

    Une coopération étroite avec la route également pour le trafic suisse

    Par contre, le fait de continuer à proposer une gamme complète de prestations coûteuses et donc tributaires des subventions dans le cadre du trafic suisse de wagons complets semble discutable. En effet, et particulièrement dans le service de distribution, le transport routier offre des avantages qualitatifs (flexibilité, rapidité, rayon d'action, environnement!) que le rail n'est pas en mesure d'égaler. «Il convient donc réfléchir sans oeillères idéologiques à la manière d'utiliser encore mieux les avantages du transport routier dans le trafic intérieur» exige Michael Gehrken, directeur de l'ASTAG. C'est pourquoi CFF Cargo doit absolument envisager une coopération encore plus étroite avec des transporteurs privés et surtout mettre un terme, dans un proche avenir, à la chasse aux subventions. «Il est inacceptable que le rail continue année après année à taper l'État de centaines de millions de francs provenant des impôts et du produit de la route dont l'affectation a été détournée à cet effet», estime Adrian Amstutz.

    Une réforme urgente du prix des sillons!

    Il est également absolument indispensable que la politique et les autorités concernées décident de mesures supplémentaires afin d'améliorer les conditions cadres. Une réorientation rapide est nécessaire afin de promouvoir la concurrence des entreprises ferroviaires avec, en priorité, une réforme du prix des sillons et une nouvelle réglementation des priorités en faveur du trafic marchandises. Dans ce contexte, il est important que tous les transporteurs routiers intéressés puissent bénéficier sans discrimination d'un accès libre au réseau ferroviaire. Le service public ne doit en effet pas être uniquement réservé à quelques rares personnages clé de l'économie et de la branche.

Contact: ASTAG Association suisse des transports routiers Michael Gehrken 079 613 75 64



Plus de communiques: ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Ces informations peuvent également vous intéresser: