Office féd. développement territorial

Etudes sur le tracé de la NLFA dans le canton d'Uri: présentation des résultats provisoires

Berne (ots) - Les représentants du canton d'Uri, des offices fédéraux du développement territorial (ARE) et des transports (OFT) ainsi que d'autres représentants de la Confédération ont été informés mercredi des résultats provisoires des études concernant les tracés des tronçons NLFA dans le canton d'Uri dont la réalisation a été ajournée. Il s'agit, en l'occurrence, de tronçons qui ne sont pas financés par le fonds FTP. Les discussions qui ont suivi ont notamment porté sur les six variantes "montagne" possibles ainsi que sur l'optimisation de la variante "vallée" au nord d'Altdorf avec cinq tracés différents dans la plaine de la Reuss. Par ailleurs, on a présenté les premiers résultats intermédiaires d'une étude sur des scénarios visant à améliorer l'aménagement de toute la plaine uranaise. Dans la question controversée du tracé de la NLFA dans le canton d'Uri, le Conseil fédéral s'est prononcé, dans sa décision de juin 2000, en faveur d'une variante dite "vallée" afin de raccorder le tunnel de base du Saint-Gothard à la ligne actuelle des CFF. Pour les tronçons reportés et non financés par le fonds FTP, il a en même temps chargé les offices compétents d'étudier la faisabilité d'une variante dite "montagne longue" et de sonder le potentiel d'optimisation de la variante "vallée" dans la région d'Altdorf / Flüelen. Les premiers résultats provisoires de ces études réalisées par un groupe d'ingénieurs indépendants sont maintenant disponibles. Faisabilité de la variante "montagne" Il ressort de ces travaux que les six variantes de tracé à travers la montagne peuvent être considérées comme techniquement réalisables. Elles sont fondées sur des systèmes d'exploitation différents, selon que le tronçon emprunte la vallée ou passe dans la montagne; elles comprennent toutes à Flüelen un raccordement du tunnel de l'Axen à la ligne actuelle ainsi que le contournement de cette localité. Deux des propositions soumises par les autorités uranaises prévoient pour le tronçon passant par la montagne une courte section à ciel ouvert d'environ deux kilomètres dans la région de Rynächt (variante "montagne longue avec parcours à ciel ouvert"). Selon les résultats provisoires, il paraît possible de raccorder l'actuel projet mis à l'enquête avec la variante "montagne longue avec parcours à ciel ouvert". Les tracés des quatre autres variantes seraient entièrement construits dans la montagne, les jonctions nécessaires étant dès lors réalisées en tunnel. Quant aux coûts, il faut relativiser les informations que l'on peut fournir actuellement. Par rapport à la variante "vallée" (du nord d'Altdorf jusqu'au raccordement du tunnel de l'Axen), la variante "montagne longue avec parcours à ciel ouvert" coûterait 50% de plus, alors que la réalisation d'une variante entièrement dans la montagne augmenterait les coûts de 60 à 70 pour cent. Ces majorations sont notamment dues à la longueur des tronçons en tunnel. Optimisation de la variante "vallée" Les cinq variantes de tracé à travers la plaine de la Reuss uranaise au nord d'Altdorf comprennent, à l'instar des variantes "montagne", un contournement de Flüelen et peuvent être réalisées sans viaduc. Hormis cet aspect positif, le potentiel d'optimisation est toutefois jugé assez faible et consisterait principalement en un regroupement des voies de communication, c'est-à-dire en un déplacement de la ligne ferroviaire à proximité de l'A2. Par rapport à la variante "vallée" prévue actuellement, ce tracé entraînerait des surcoûts compris entre 10 et 20 pour cent. Avenir de la plaine de la Reuss uranaise Outre les études portant sur le tracé de la NLFA, on a aussi présenté aux représentants du canton d'Uri et de la Confédération l'étude de planification " Plaine de la Reuss uranaise en 2030". Cette vallée est fortement entravée par la concentration d'infrastructures nationales. Les routes nationales A2 et A4, la ligne ferroviaire du Saint-Gothard ainsi que les trois lignes à haute tension parallèles sont à l'origine de fortes immissions dans cette vallée étroite, morcellant le paysage et limitant considérablement l'utilisation du sol. Le projet de l'étude de planification montre comment les tracés de la NLFA s'inscrivent dans un contexte plus vaste et comment il serait possible d'améliorer à long terme et globalement l'aménagement de la région située entre Flüelen et Erstfeld. Un premier scénario consiste en un déplacement de l'A2 dans la montagne, une mise sous terre partielle des lignes à haute tension, une planification coordonnée du développement des régions habitées de la vallée ainsi qu'une revitalisation du delta de la Reuss. Etudes achevées d'ici la fin de l'année Pour l'heure, on ne dispose que de résultats provisoires sur la faisabilité de nombreuses variantes (variante "montagne", optimisation de la variante "vallée" au nord d'Altdorf). Il en va de même de l'étude "Plaine de la Reuss uranaise en 2030". On ne pourra donc pas tirer de conclusions définitives avant la fin de l'année. Ces résultats permettront au Conseil fédéral de définir dans le plan sectoriel d'AlpTransit le tracé des accès au tunnel de base du Saint-Gothard (variantes "vallée" ou "montagne"). Toutefois, le financement de ces tronçons n'est pas encore couvert par l'arrêté sur le FTP. Des décisions du Parlement - sujettes au référendum facultatif - sont donc encore nécessaires pour le garantir. Evaluation du projet actuellement mis à l'enquête En marge de cette présentation, des informations ont été fournies sur l'évaluation actuelle ainsi que sur l'éventuel potentiel d'optimisation du projet mis à l'enquête. Le raccordement du tunnel de base du Saint-Gothard à la ligne actuelle des CFF dans la région d'Altdorf/Erstfeld - raccordement financé par le FTP - est actuellement examiné avec soin par les services spécialisés de la Confédération et du canton. Les prises de position requises seront disponibles d'ici à la mi-octobre 2001. Comme évoqué précédemment, il ressort des résultats intermédiaires de l'étude de faisabilité de la variante "montagne" que l'emplacement prévu pour le portail du tunnel permettrait aussi des variantes "montagne longue avec parcours à ciel ouvert" . On a déjà commencé les examens, étant donné la réduction de la hauteur de la plate-forme et la construction de la ligne en dessous du torrent de Schächen, demandées dans les oppositions. Les premiers résultats des études laissent penser que la deuxième revendication est techniquement réalisable, même si l'on ne dispose pas encore des résultats des calculs par modélisation concernant de possibles atteintes à la nappe phréatique. Les répercussions de la variante "passage de la voie sous le torrent de Schächen" sur d'autres infrastructures, le paysage, les eaux et le risque d'inondation doivent encore être élucidées. ots Originaltext: ODT / OFT Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Renseignements concernant l'étude "Plaine de la Reuss uranaise en 2030": Office fédéral du développement territorial, M. Pierre-Alain Rumley, président du comité du suivi La NLFA dans le canton d'Uri, mobile +41 79 335 76 80 Renseignements concernant les études sur la NLFA: Office fédéral des transports, M. Max Friedli, directeur, tél. +41 31 322 36 43

Ces informations peuvent également vous intéresser: