Office féd. de la statistique

Statistique administrative des hôpitaux de l'an 2000: premiers résu

1,39 million de cas traités dans les hôpitaux suisses Neuchâtel (ots) - En 2000, les hôpitaux suisses ont traité 1,39 million de cas, dont la durée d'hospitalisation s'élevait à 12,8 jours en moyenne. Le coût moyen d'un cas s'est chiffré à 9000 francs, soit à 830 francs par jour. Il était une fois et demi plus élevé dans les hôpitaux de prise en charge centralisée que dans les hôpitaux de soins de base. 14% des traitements hospitaliers ont eu lieu en dehors du canton de domicile du patient. Ce sont là les résultats pour l'an 2000 de la statistique administrative des hôpitaux de l'Office fédéral de la statistique (OFS), qui englobait pour la première fois tous les établissements hospitaliers. Cas et durée de séjour En 2000, environ 1,17 million de personnes (dont 69'570 nouveau-nés) ont été hospitalisées et 224'880 ont subi une semi-hospitalisation (traitements d'un jour) dans les 372 hôpitaux suisses ayant participé au relevé statistique. La durée moyenne de séjour étant de 12,8 jours, ce sont au total 14,08 millions de journées de traitement qui ont été dispensées. Dans les hôpitaux de soins généraux (cliniques spécialisées non comprises), la durée moyenne de séjour s'établit à 9,5 jours. 176'740 hospitalisations et semi-hospitalisations, soit 14% du total, ont eu lieu en dehors du canton de domicile du patient. Les petits cantons dont l'infrastructure hospitalière est plus faiblement développée disposent d'une offre moins spécialisée. Les cantons voisins doivent donc se doter des capacités nécessaires pour prendre en charge ces hospitalisations extracantonales. Coûts: disparités cantonales au sein d'une même catégorie d'établissement Les coûts des soins intra-muros se sont élevés en 2000 à 13,7 milliards de francs, soit à 9000 francs en moyenne par cas ou à 830 francs par jour. C'est dans les cliniques spécialisées où les séjours sont relativement longs que les journées d'hospitalisation ont été les moins onéreuses (480 francs par jour dans les cliniques psychiatriques et 440 francs dans les cliniques de réadaptation). Celles-ci ont une infrastructure médicale moins lourde et une densité de personnel plus faible que les centres de soins aigus. Cependant, comme la durée de séjour y est longue, les coûts par cas sont particulièrement élevés: en moyenne de 24'800 francs en psychiatrie et de 10'200 en réadaptation. Parmi les hôpitaux de soins généraux qui prodiguent des soins aigus, les établissements de grande taille étaient ceux où les séjours coûtaient le plus. Le coût du séjour était une fois et demi plus élevé dans les hôpitaux universitaires et les hôpitaux principaux, en raison de la complexité des cas qui y sont traités et de l'étendue de leur zone d'attraction, que dans les hôpitaux de plus petite taille (10'500 francs par cas ou 1240 francs par jour contre 6500 francs par cas ou 830 francs par jour). Les disparités entre les cantons sont particulièrement grandes dans le cas des cliniques psychiatriques. Un cas peut ainsi coûter de 6100 francs à 51'300 francs. Les dépenses journalières varient entre 334 francs au Tessin et 635 francs dans le canton de Bâle-Ville. Deux cantons se situent nettement en dehors de cette fourchette: Vaud avec 823 francs et les Grisons avec 1'208 par jour. Il est difficile d'expliquer de tels écarts si l'on ne connaît pas le profil des patients et la mission des établissements. (La statistique médicale des hôpitaux fournit plus d'informations à ce sujet.) Un nombre d'emplois variable selon la catégorie d'établissement En l'an 2000, les hôpitaux comptaient quelque 115'000 emplois à plein temps. Dans les hôpitaux de soins généraux, on a dénombré en moyenne 9,7 emplois à plein temps pour 1000 journées d'hospitalisation. Ce rapport varie selon la catégorie d'établissement. Les hôpitaux de prise en charge centralisée (hôpitaux universitaires et hôpitaux principaux) comptaient en moyenne 12,4 emplois pour 1000 journées d'hospitalisation, les hôpitaux de soins de base seulement 7,6. Les cliniques de réadaptation (4,5 emplois) et les cliniques psychiatriques (5,0 emplois) avaient le nombre d'emplois pour 1000 journées d'hospitalisation le plus faible. La prise en charge par les établissements de santé non hospitaliers Les 2291 établissements de santé non hospitaliers dont les données ont été relevées en 2000 ont fourni des soins intra-muros à 103'100 personnes (résidents) et des soins ambulatoires à 10'830 autres. Au total, on a dénombré quelque 36,3 millions de journées d'hébergement pour des résidents et près de 2,1 millions de journées de traitement pour des externes. Avec 5,3 milliards de francs, le secteur médicalisé représente la plus grande part de dépenses (98%) des établissements pour personnes âgées nécessitant des soins. Les établissements pour handicapés et pour toxicomanes ont quant à eux entraîné 2,3 milliards de dépenses en 2000. La situation varie beaucoup d'un canton à l'autre: alors que, dans le canton de Glaris, 23 personnes sur 1000 résidaient dans un établissement de santé non hospitalier, il n'y en avait que 10 dans le canton de Genève. La plupart des résidents vivaient dans des homes pour personnes âgées nécessitant des soins. Des traitements pour externes ont été dispensés essentiellement par des institutions pour handicapés ou pour personnes toxicodépendantes. Ces groupes de patients représentent un tiers des traitements dispensés dans ces institutions. Certains établissements de santé non hospitaliers sont largement médicalisés, alors que d'autres ne prodiguent pas de soins. Dans les homes pour personnes âgées nécessitant des soins, 50% des emplois étaient occupés par le personnel médical et soignant, contre 15% par le personnel des services sociaux et de conseil. Dans les établissements pour handicapés ou pour personnes toxicodépendantes, en revanche, cette dernière catégorie de personnel représentait 45% des emplois et le personnel médical et soignant seulement 20%. Statistique des établissements de santé (soins intra-muros) Cette statistique est établie à partir des relevés suivants: * relevé des données administratives des hôpitaux (statistique des hôpitaux) * relevé des données administratives des établissements de santé non hospitaliers (statistique des établissements de santé non hospitaliers). L'OFS publie avec ce communiqué les chiffres de la statistique des hôpitaux et de la statistique des établissements de santé non hospitaliers de l'an 2000. Les tableaux présentant les résultats détaillés sont publiés dans le bulletin «Statsanté 1/2002», accessible sur la page internet de l'OFS (http://www.statistique.admin.ch/stat_ch/ber14/fber14.htm). Les chiffres publiés se fondent sur les données de 99% des 376 hôpitaux et sur celles de 99% des 2303 établissements de santé non hospitaliers. Définition d'un établissement de santé (soins intra-muros) Dans un établissement de soins intra-muros, les patients (s'il s'agit d'un hôpital) ou les résidents (s'il s'agit d'un établissement de santé non hospitalier pour personnes âgées nécessitant des soins, pour handicapés ou pour personnes ayant des problèmes de dépendance) sont admis pour être traités ou pris en charge d'une manière ininterrompue pendant plus de 24 heures. La durée de séjour est en général supérieure à un jour et l'admission se fait sur prescription médicale. L'établissement dispose de locaux pour les soins intra-muros et il est doté d'un personnel qualifié. Définition de l'hospitalisation/ de la semi-hospitalisation Hospitalisation: occupation, prévue ou non, d'un lit d'une infrastructure intra-muros pendant 24 heures ou plus (y c. les décès, les transferts, les urgences). Semi-hospitalisation: occupation prévue d'un lit d'une infrastructure intra-muros (y c. les cliniques de jour) pendant moins de 24 heures (minuit compris ou non). ots Originaltext: OFS Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Edith Salgado-Thalmann, OFS, Section de la santé Tél. +41 32 713 62 61 Internet: http://www.statistique.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: