Bundesanwaltschaft BA

BA: Le MPC enquête sur de supposées méthodes illégales utilisées, dans des affaires de drogue, au cours des années nonante

Berne (ots) - Berne, le 17 septembre 2003. Le Ministère public de la Confédération conduit, depuis plusieurs mois, une enquête de police judiciaire sur des méthodes illégales qui auraient été supposément utilisées lors d’investigations internationales menées par la police, en matière de drogue, au cours des années nonante. Diverses personnes ont été entendues en Suisse et à l’étranger dans le cadre de la procédure. Jeudi dernier, l’une d’elles a été placée en détention provisoire. Le Ministère public de la Confédération conduit l’enquête de police judicaire ouverte contre inconnu, en avril de cette année, pour blanchiment d’argent, corruption et infractions à la loi sur les stupéfiants. Au cours des années nonante, des enquêteurs brésiliens, français, italiens et suisses ont étroitement collaboré avec un réseau d’informateurs. Ces derniers, agissant en tant qu’intermédiaires entre les fournisseurs de drogue et les acheteurs, se livraient également au trafic. Ils bénéficiaient de certains privilèges que leur concédaient les policiers ; en contrepartie, ils leur ont permis de mener à bien des opérations internationales, dans le cadre d’enquêtes sous couverture, opérations auxquelles les forces de police suisses ont pris part. Un soupçon pèse sur les policiers, celui de s’être laissés aller à commettre des actes illégaux dans ce contexte. Le Ministère public de la Confédération dispose, depuis le printemps 2003, d’informations à cet effet, qui reposent sur les dires de plusieurs témoins. Elles l’ont conduit à ouvrir la présente procédure. Il semblerait, selon elles, qu’au début et au milieu de la décennie, de la drogue saisie par la police aurait été revendue ; le produit de la vente aurait été versé, entre autres, à des tiers, à savoir aux informateurs impliqués dans les investigations sous couverture. L’enquête menée par le Ministère public de la Confédération a pour but d’analyser les indices dont il dispose. Il convient d’établir s’ils sont pertinents au regard du droit pénal et de déterminer le rôle qui a été celui des personnes impliquées, agissant en Suisse ou depuis la Suisse. Plusieurs personnes ont été entendues, dans notre pays comme à l’étranger. L’une d’elles a été placée en détention provisoire, jeudi dernier, à la fin de son audition. Il s’agit d’un collaborateur de l’Office fédéral de la police qui a été relevé de ses fonctions le jour même. Toutefois, la procédure du Ministère public de la Confédération ne porte pas sur les activités actuelles de l’intéressé au sein de la Police judiciaire fédérale où il a été engagé, en qualité d’enquêteur, voici à peine deux ans, mais sur ses activités antérieures. La présomption d’innocence vaut pour lui. Pour des raisons relevant de la confidentialité de l’enquête et de la protection de la personnalité, il est impossible, à ce stade de l’affaire, de fournir plus de détails sur la procédure. Le responsable de l'information : Hansjürg Mark Wiedmer, chef d'information MPC, tél. 031 / 324 324 0

Ces informations peuvent également vous intéresser: