Bundesanwaltschaft BA

Soupçons de corruption à l'EPFL: le Ministère public de la Confédération a ouvert une enquête

Berne (ots) - Berne, le 14 juillet 2003. Le Ministère public de la Confédération mène depuis le 16 mai dernier, en étroite collaboration avec la Police judiciaire fédérale et la Police de sûreté vaudoise, des investigations entre autres à l'encontre d'un fonctionnaire fédéral, travaillant à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Ce dernier est soupçonné de corruption passive (art. 322quater CP) et gestion déloyale des intérêts publics (art. 314 CP). Suite à la plainte déposée par l'EPFL le 12 mai dernier, le principal intéressé, un fonctionnaire fédéral, a été arrêté et interrogé par les enquêteurs de la Police judiciaire fédérale et du Ministère public de la Confédération. Divers locaux ont été perquisitionnés et du matériel saisi. Dès le 24 juin et jusqu'au 11 juillet, le prévenu a été maintenu en détention préventive en raison du danger de collusion. En effet, les informations recueillies et les indications données par le prévenu ont étayé les soupçons de mise en place d'un système de corruption lié à l'attribution de mandats. Il semble qu'un système de corruption aurait été mis en place au sein de l'EPFL depuis plusieurs années et qu'il impliquerait des entreprises de la région. Selon les premières informations des enquêteurs, l'intéressé se serait probablement fait verser par des entrepreneurs des commissions illégales pour chaque nouvelle attribution de mandat effectuée grâce à son intermédiaire. Les recherches des enquêteurs se sont concentrées sur les entreprises de la région qui seraient impliquées dans cette affaire. Plusieurs prévenus soupçonnés de corruption active (art. 322ter CP) ont déjà été entendus. Compte tenu des actions encore menées dans le cadre de cette enquête en cours et de l'évolution future de la procédure, les autorités de poursuite pénale ne sont pas en mesure de fournir plus de détails pour l'instant. La responsable de l'information: Andrea Sadecky, porte-parole suppléante du MPC, tél. 031 / 324 324 0

Ces informations peuvent également vous intéresser: