Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Séminaire à Davos "L'aménagement des bassins versants de montagne"

    Berne (ots) - Berne, le 16 septembre 2002

Les bassins versants bien entretenus assurent une meilleure protection contre les dangers naturels

    La conservation et l'entretien intégraux des bassins versants dans les régions de montagne sont des mesures importantes permettant de protéger la population et les biens contre les dangers naturels. Seuls des bassins versants intacts permettent en effet de maintenir dans certaines limites le risque de glissements de terrain, de coulées de boue ou d'inondations. Parallèlement aux mesures de prévention, il faut exploiter les régions de montagne dans le respect de la nature ; il convient en outre d'éviter de construire dans les zones menacées. Cet appel est lancé par les participants d'un séminaire international qui débute aujourd'hui à Davos et durera jusqu'à mercredi.

    Le séminaire "L'aménagement des bassins versants de montagne" rappelle l'importance d'une conservation et d'un entretien intégraux des bassins versants de rivières et de ruisseaux. Lorsque la neige, la glace, l'eau, les troncs qui flottent ou les alluvions menacent les habitants de plaine, seuls des bassins versants intacts dans les régions de montagne permettent de maintenir le risque dans certaines limites. Dans son allocution de bienvenue, M. Werner Schärer, directeur fédéral des forêts à l'OFEFP, a indiqué que les sources de dangers pouvaient être réduites grâce à des mesures de prévention prises à temps, telles que l'entretien des forêts protectrices et des bassins versants. Mais il ajoutait : "même une société industrielle riche comme la Suisse qui peut se permettre de recourir à une technologie de pointe dans le domaine de la sécurité ne peut offrir une garantie de protection absolue contre les dangers naturels".

    C'est pourquoi il faudrait que les zones menacées par des avalanches, des chutes de pierres ou des inondations ne soient pas habitées, dans la mesure du possible. Lorsque ces zones le sont tout de même, il faudrait adapter l'utilisation du territoire au risque. Le recours à des systèmes d'alerte et à des ouvrages de protection ne doit être envisagé qu'en dernier ressort. Et M. Schärer d'ajouter : les régions de montagne doivent être exploitées selon le principe du développement durable, afin que la nature puisse y survivre et y améliore la qualité de vie des habitants.

Résolution concernant la conservation de régions de montagne intactes

    Différents experts ont pris la parole lors du séminaire organisé par l'OFEFP et par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) afin de préparer l'avenir des régions de montagne. Ils ont tiré les leçons des catastrophes naturelles passées. Ils ont répondu aux questions suivantes : Comment un entretien moderne des bassins versants contribue-t-il à la conservation de régions de montagne dans lesquelles il fait bon vivre ? De quelle manière une gestion intégrale des risques améliore- t-elle la sécurité des habitants des régions de montagne ? M. Hosny El-Lakany, chef du Département des forêts de la FAO et vice- directeur général a rendu compte des expériences de cette organisation internationale dans le monde entier. Les représentants d'une douzaine de pays ont tiré un bilan des activités de prévention et des succès rencontrés sur ce point ces deux dernières années.

    L'adoption d'une résolution commune permettra aux spécialistes de donner un signal à l'intention du monde politique, de l'administration et du grand public. Cette résolution énumère différentes démarches visant à conserver des régions de montagne intactes et à protéger la population contre les dangers naturels. Elle souligne que l'utilisation du territoire doit tenir compte de la topographie et des conditions naturelles et qu'une coordination entre les différents acteurs (agriculture, sylviculture, aménagement du territoire, transports, aménagement des cours d'eau et tourisme) est indispensable dans la perspective du développement durable de ces régions. L'entretien des forêts de protection figure en bonne place dans la liste des mesures prioritaires. L'agriculture et la sylviculture pourraient contribuer davantage encore au maintien des paysages ruraux dans l'arc alpin et favoriser encore plus la chaîne du bois. Enfin, comme l'écosystème alpin est particulièrement sensible aux changements climatiques, les experts invitent les gouvernements à mettre en uvre le Protocole de Kyoto.

Des avalanches aux inondations

    Le groupe de travail sur l'aménagement des bassins versants de montagne s'est réuni pour la première fois il y a 50 ans, à la suite des avalanches de l'hiver 1950/51. Le séminaire de Davos a lieu lui sous le signe des inondations en Europe de l'Est et en Chine. Au début, l'accent était mis sur l'échange d'expériences concernant les avalanches. Aujourd'hui, l'accent est mis sur la protection de la population contre les dangers naturels et sur une gestion naturelle des bassins versants. Dès le début, l'un des objectifs du groupe de travail, qui est soutenu par la Commission européenne des forêts, a été d'échanger des expériences et des informations au delà des frontières. Le groupe de travail se compose de spécialistes de l'environnement, de l'agriculture et de la sylviculture ainsi que de la recherche. Ils se réunissent tous les deux ans. C'est la Suisse, représentée par l'OFEFP, qui a organisé la 23e session qui coïncide avec l'Année internationale de la montagne.

OFEFP  OFFICE FÉDÉRAL DE L'ENVIRONNEMENT, DES FORÊTS ET DU PAYSAGE Service de presse

Renseignements

- M. Werner Schärer, directeur fédéral des forêts, OFEFP, tél.  031 324 78 36 - M. Peter Greminger, OFEFP, chef du secteur Forêts protectrices et dangers naturels, tél. 079 277 51 86 (seulement les 16 et 17 septembre 2002)