Bundesamt für Statistik

Services à la population: répartition territoriale entre 1995 et 2001. Concentration accrue des services en région urbaine

      (ots) - En 2001, 20% des communes suisses disposaient d’une
pharmacie au
moins, 43% d’un cabinet médical et 46% d’une banque. Les magasins
d’alimentation, les écoles enfantine et obligatoire ainsi que les
restaurants et cafés étaient quant à eux présents dans 65% à 90% des
communes. Par rapport à 1995, pour la plupart des services
considérés, la diminution du nombre total d’établissements s’est
accompagnée de leur concentration dans les régions urbaines. Dans
ces dernières, les distances d’accès étaient par ailleurs
sensiblement plus courtes, la pharmacie la plus proche, par exemple,
se trouvant en moyenne à moins de 700m dans les centres urbains mais
à près de 10km dans les communes agricoles. Ce sont là quelques
résultats d’une analyse réalisée par l’Office fédéral de la
statistique (OFS).
Entre 1995 et 2001, le recul de l’infrastructure a touché surtout
les régions rurales. Pour tous les services considérés, la part de
communes dotées d’un établissement au moins y a en effet diminué,
passant notamment de 46% à 38% pour les banques, de 60% à 55% pour
les magasins d’alimentation et de 83% à 80% pour les écoles
enfantine et obligatoire. Cette part a par contre augmenté dans les
régions urbaines, principalement pour les cinémas et les services de
santé, passant dans ce cas de 67% à 69% pour les cabinets médicaux
et de 39% à 41% pour les pharmacies.
Les services de santé concentrés dans les villes…
En 2001, les densités de cabinets médicaux et de pharmacies étaient
environ dix fois plus élevées dans les villes que dans les régions
périphériques rurales : on dénombrait en effet, pour 10’000
habitants, plus de 20 cabinets médicaux et près de quatre pharmacies
dans les centres, contre environ 3 cabinets et moins de une
pharmacie dans les communes agraires et agricoles. En terme
d’emplois, la répartition était similaire.
…les autres bien présents en région périphérique
En 2001, les écoles enfantine et obligatoire, les magasins
d’alimentation, les restaurants et cafés ainsi que les banques
étaient par contre plus largement répartis que les services de
santé, leurs densités étant même parmi les plus élevées dans les
régions périphériques, où l’accessibilité est plus difficile. Pour
les banques en particulier, mais aussi pour les magasins, les
emplois étaient davantage concentrés, surtout dans les centres, mais
aussi dans leur banlieue et dans les communes touristiques et
industrielles. Les écoles enfantine et obligatoire présentaient la
répartition territoriale la plus homogène.
Les régions touristiques bien dotées
Pour tous les services pris en compte, les établissements et les
emplois étaient en 2001 parmi les plus denses dans les régions
touristiques, en particulier dans leurs centres. Un niveau
d’équipement élevé doit en effet y être assuré, non seulement pour
la population résidante, mais aussi pour celle de passage. On y
comptait par exemple, pour 10’000 habitants, 125 restaurants et
cafés (moyenne suisse : 37), 16 magasins d’alimentation générale
(7,5), 3 pharmacies (2,3) et dix banques (4,4).
Des distances plus grandes dans les régions rurales
Si 50% de la population du pays habitait en 2001 à moins de 500
mètres en moyenne d’un magasin d’alimentation ou d’un cabinet
médical, les distances étaient plus grandes dans les régions
rurales. Une personne résidant dans une commune agricole effectuait
en moyenne plus de 9 kilomètres pour atteindre la prochaine
pharmacie, contre environ 700 mètres si elle résidait dans un
centre. Une telle disparité d’accessibilité se retrouve également
pour les cabinets médicaux (5km, respectivement 500m) et pour les
magasins d’alimentation (3km, respectivement 400m).
--------------------------------------------------------------------
Délimitation du thème
Le terme Services à la population est plus large que la notion
usuelle de service public. Il englobe les commerces, services et
équipements, marchands et non marchands, publics et privés, utilisés
par la population dans ses activités courantes ou occasionnelles.
Le thème des services à la population est analysé par l’Office
fédéral de la statistique (OFS) selon deux axes : analyse de la
répartition territoriale de l’offre en services et analyse de
l’accessibilité de ces services. Les premiers résultats présentés
ici se basent principalement sur les recensements des entreprises de
1995 et 2001 et se concentrent sur la répartition territoriale de
sept services, à savoir les écoles enfantine et obligatoire, les
cabinets médicaux, les pharmacies, les restaurants et cafés, les
magasins d’alimentation générale, les banques ainsi que les cinémas.
--------------------------------------------------------------------
OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE
Service de presse

Renseignements:
Barbara Jeanneret, OFS, section Analyses spatiales, tél. : 032 713
62 91
Nouvelles parutions:
Actualités OFS : « Services à la population : répartition
territoriale 1995–2001 – Analyse sur la base des recensements des
entreprises », n° de commande : 042-0127. Prix : gratuit,
disponibles sur le site Internet de l’OFS à l’adresse suivante :
http://www.statistique.admin.ch » Thèmes » Disparités régionales et
internationales

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: