Touring Club Schweiz/Suisse/Svizzero - TCS

Rétrospective sur 27 ans d'analyses des gaz d'échappement: Le TCS, pionnier dans la lutte antipollution Les voitures modernes sont propres

    Bern (ots) - Les voitures sont de plus en plus propres grâce aux progrès technologiques. C'est ce que révèlent les analyses des gaz d'échappement que le TCS a effectuées ces 27 dernières années. Par conséquent, il serait raisonnable de renoncer aux services antipollution additionnels entre les dates des expertises officielles. Ce constat vaut notamment pour les voitures répondant à la norme Euro 5.

    Depuis 1983, le TCS analyse systématiquement les gaz d'échappement de tous les véhicules testés. Il s'est aussi constamment engagé en faveur des nouvelles techniques réduisant les émissions de substances nocives. Durant le débat sur la mort des forêts au début des années quatre-vingts, le TCS a par exemple demandé l'introduction anticipée en Suisse de la norme US-83, donc du catalyseur.

    Les mesures indépendantes réalisées par le TCS attestent la baisse constante des émissions de substances nocives. Effectuées en toute neutralité et scientifiquement fondées, ces mesures ont aussi permis au TCS de combattre les tentatives de restreindre la mobilité individuelle sous le faux prétexte de la pollution atmosphérique provoquée par le trafic routier.

    En effectuant des tests de longue durée accompagnés d'analyses des gaz d'échappement, le TCS a pu prouver la fiabilité des catalyseurs et d'autres éléments techniques agissant sur les gaz d'échappement. Les émissions mesurées après 100 000 km ne dépassent pas les valeurs limites imposées aux voitures neuves au moment de l'homologation. Les résultats de toutes ces études scientifiques permettent d'affirmer aujourd'hui que l'on peut raisonnablement renoncer aux échéances spéciales pour les services antipollution obligatoires entre les dates des expertises officielles pour les voitures répondant à la norme Euro 5. Le système de diagnostic électronique embarqué surveille en effet constamment le circuit des gaz d'échappement et indique les éventuels dysfonctionnements moyennant une lampe-témoin.

    Infobox

    Depuis l'introduction des tests effectués par le TCS en 1983, les prescriptions sur les gaz d'échappement des voitures de tourisme ont été renforcées cinq fois, si bien que les émissions nocives des automobiles actuelles sont extrêmement faibles. Alors que les substances nocives limitées, soit le CO, les HC, les NOx et les particules de suie, étaient autrefois mesurées en grammes par kilomètre, il ne s'agit aujourd'hui plus que de microgrammes. Les émissions des moteurs à essence conformes aux normes Euro 4 et Euro 5 sont minimales. Un petit nombre seulement de voitures émettent à 130 km/h une quantité plus élevée de monoxyde de carbone (CO), d'hydrocarbures (HC) ou d'oxydes d'azote (NOx). Entre 2000 et 2004, environ 11% des voitures à essence émettaient beaucoup de NOx. Aujourd'hui, cette proportion n'est plus que de 3,5%. Equipées de filtres à particules pour respecter la norme Euro 5, les modèles diesel ne produisent presque plus que des NOx. Ces émissions seront encore une fois réduites de moitié avec l'introduction de la norme Euro 6 en 2014/2015, de sorte que ces voitures atteindront le niveau des versions à essence actuelles. Si les constructeurs continuent de veiller à ce que les émissions de substances nocives n'augmentent pas excessivement aux vitesses non comprises dans le cycle de mesure légalement prescrit, il ne sera sans doute pas nécessaire d'imposer une norme Euro 7 sur les gaz d'échappement.

Contact: Moreno Volpi, porte-parole, 022 417 27 16, 078 707 71 28, mvolpi@tcs.ch Erich Schwizer, chef de projet, 041 267 18 33, eschwizer@tcs.ch



Plus de communiques: Touring Club Schweiz/Suisse/Svizzero - TCS

Ces informations peuvent également vous intéresser: