Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Caritas-Montagnards: bénévoles nombreux, mais insuffisants
L'agriculture de montagne a de plus en plus besoin de bénévoles

Lucerne (ots) - En Suisse, l'agriculture de montagne fait face à des défis économiques de plus en plus impor-tants. Cela se ressent aussi à Caritas-Montagnards: le nombre de demandes de soutien émanant de familles de paysans de montagne a fortement augmenté par rapport aux années précédentes. Cette année, plus de 500 bénévoles ce sont déjà proposés. Et pourtant, beaucoup de familles de paysans de montagne attendent encore un coup de main.

Beaucoup de familles de paysans de montagne subissent une forte pression économique et sociale. Dans les zones de montagne, il est de plus en plus fréquent que des imprévus tels qu'une maladie, un accident ou des intempéries rendent les conditions de vie précaires et soulèvent des questions existentielles. «Quand la fonte des neiges fait apparaître les dégâts qu'une avalanche a causé aux pâturages et aux surfaces exploitables, les travaux de déblayage supplémentaires peuvent pousser tous les membres d'une famille aux limites de leur résistance», explique le responsable de Caritas-Montagnards, Daniel Grossenbacher. Les interventions de bénévoles soulagent les intéressés et les aident à traverser ces moments difficiles.

Au début de ce mois de juin, c'est-à-dire avant même les mois d'été où le travail à la ferme est particulièrement intense, Caritas-Montagnards a d'ores et déjà organisé plus de 8000 heures de bénévolat dans le cadre d'un engagement en montagne. Mais comme les besoins qui lui ont été signalés correspondent à un volume de travail nettement plus important, l'oeuvre d'entraide cherche encore des auxiliaires dévoués qui n'ont pas peur de mettre la main à la pâte. Les bénévoles se rendent chez les familles de paysans et aident à parer au plus urgent. Par exemple dans la famille d'Alfred Beck, un exploitant agricole de 53 ans qui a vu sa capacité de travail réduite par intermittence depuis qu'il a été piqué par une tique. Le médecin a diagnostiqué un cas de borréliose: «Au bout de quelques jours, j'avais déjà repris confiance, grâce à l'aide apportée par les bénévoles», assure l'intéressé.

A côté de l'aide directe et de la solidarité témoignée aux familles, l'échange entre agriculteurs et personnes principalement issues de milieux urbains est aussi un enrichissement mutuel. «C'était très intéressant et assez surprenant de découvrir à quel point la vie est dure dans les régions de montagne. J'étais heureux de me sentir vraiment utile», résume Marco Forte, un habitant de Hagendorn âgé de 26 ans, après une semaine à Reichenbach dans une famille de six personnes.

Pour effectuer un engagement en montagne, il faut avoir entre 18 et 70 ans, être motivé-e et en bonne santé. Aucune connaissance spécifique n'est requise. Un engagement dure au moins cinq jours. La nourriture et l'hébergement sont pris en charge; seul le voyage aller et retour est à la charge des bénévoles. Les inscriptions pour une ou plusieurs semaines d'engagement en montagne se font par le biais du site www.montagnards.ch .

Avis aux rédactions:

Des photos peuvent être téléchargées du site: www.caritas.ch/photos

Contact:

Interviews et des informations de fond:
Céline Pernet
Chargée de projet, Caritas-Montagnards
Tél.: +41/21/341'93'39
Mobile: +41/79/818'15'75
E-Mail: cpernet@caritas.ch


Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: