Eidg. Finanz Departement (EFD)

Résultats de l'enquête menée auprès du personnel de l'administration fédérale

Berne (ots) - 01 oct 2004 (DFF) Le personnel de l'administration fédérale demeure globalement satisfait mais la résignation est en hausse - également chez les responsables hiérarchiques: c'est ce qui ressort d'une enquête menée auprès de l'ensemble du personnel de la Confédération. Des analyses plus approfondies des résultats disponibles permettront de prendre des mesures à tous les niveaux de l'administration fédérale. Tous les quatre ans, l'administration fédérale tente de déterminer, par le biais d'une enquête anonyme menée sous la conduite de l'Office fédéral du personnel auprès de l'ensemble du personnel de la Confédération, quel est le niveau de bien-être du personnel et comment la politique du personnel est mise en œuvre. L'administration fédérale peut ainsi - si nécessaire - intervenir à temps. L'enquête menée auprès du personnel fait également partie des rapports remis périodiquement au Conseil fédéral et au Parlement. Pour la première fois, l'enquête 2004 auprès du personnel a été effectuée en grande partie par le biais d'Internet. Au total, plus de 16 000 formulaires ont été remplis, ce qui correspond à un bon taux de réponse (45% contre 44% en 2000). Parallèlement à l'enquête effectuée par écrit auprès d'environ 37 000 collaboratrices et collaborateurs, des entretiens complémentaires relatifs à la motivation et la flexibilité en période de changement ont été réalisés. Analyse des résultats sur la base d'un nouvel indice Les résultats ont été analysés sur la base d'un nouvel indice. Celui- ci comprend, outre la satisfaction du personnel, les aspects "résignation", "perception des changements comme une chance" et "motivation à travailler au sein de l'administration fédérale". Il englobe également les comportements adoptés, tels que l'initiative personnelle et le sens des responsabilités. Dans le même temps, il montre dans quels domaines les mesures mises en oeuvre ont eu des effets positifs sur la motivation des collaboratrices et des collaborateurs en période de changement. Principaux résultats en bref Le niveau général de satisfaction sur le plan du travail au sein de l'administration fédérale s'élève à 4,3 points (2000: 4,3) sur une échelle allant de 1 à 6, ce qui correspond à peu près à un "modérément satisfait". Les résultats sont très différents d'un office à l'autre et les moyennes varient de 3,3 à 5,3 points. La résignation s'est accrue au cours de ces quatre dernières années. Avec 2,4 points, elle est tout juste inférieure au seuil critique de 2,5 points. Contrairement à des enquêtes analogues effectuées au sein de grandes entreprises comparables, les responsables hiérarchiques de l'administration fédérale ne sont pas plus satisfaits que leurs collaboratrices et collaborateurs. Les changements qui s'annoncent au sein de l'administration fédérale (programmes d'économies, programme d'abandon des tâches, réorganisations) provoquent l'inquiétude d'un grand nombre de collaboratrices et collaborateurs. Certains perçoivent toutefois ces changements comme une chance. Trois quarts des collaboratrices et des collaborateurs aimeraient continuer de travailler au sein de l'administration fédérale, tandis que deux tiers d'entre eux désirent continuer d'exercer leur activité à leur poste actuel. Aucune corrélation prédéfinie ne peut être établie entre les évaluations annuelles des prestations des collaboratrices et des collaborateurs et les critères socio-démographiques tels que la langue maternelle, l'âge et le sexe. L'attitude positive du personnel de la Confédération face à au système de salaire au mérite a toutefois diminué. Actuellement, la moitié des collaboratrices et des collaborateurs a une opinion négative du système salarial. De nombreux collaborateurs et collaboratrices n'ont pas encore d'avis tranché sur la question. Un potentiel d'optimisation se situe avant tout dans l'utilisation de l'instrument de la définition des objectifs. Suite des opérations L'Office fédéral du personnel définit actuellement des mesures destinées à l'administration fédérale. Ces prochains mois, il convient de faire particulièrement attention à ce que la résignation des collaboratrices et des collaborateurs face à la mise en œuvre des mesures d'économies n'augmente pas davantage. Dans ce contexte, une information et une coordination centralisées revêtent une grande importance. Dans le cadre du processus de suppression et de restructuration de postes en cours (réorganisation offrant des perspectives au personnel), le centre de placement, actuellement en phase de mise en place, doit tenir compte entre autres du besoin d'information et des craintes des collaboratrices et des collaborateurs. Un accent particulier est mis sur le système salarial et avant tout sur l'instrument de définition des objectifs. Le système salarial doit être ancré plus fortement en tant que système de gestion. Cela conférerait une importance accrue à l'instrument de la définition des objectifs, instrument qui favorise la fixation en commun des objectifs, par les collaboratrices, collaborateurs et responsables hiérarchiques, et met l'accent sur la combinaison des objectifs individuels et des objectifs de l'office. De plus, la définition des objectifs est un instrument important en période de changement car elle offre de nouvelles perspectives et chances aux collaboratrices et aux collaborateurs en augmentant la clarté et la prévisibilité de la conduite. Renseignements pour journalistes: Gabrielle Merz Turkmani, Office fédéral du personnel, tél. 031 322 62 27 Département fédéral des finances DFF Communication CH-3003 Berne http://www.dff.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: