Eidg. Finanz Departement (EFD)

EFD: Assemblée annuelle 2004 du FMI et de la Banque mondiale

      Berne (ots) - 24 sep 2004 (DFF) Le conseiller fédéral Hans-Rudolf
Merz (chef de la délégation suisse), le président de la
Confédération Joseph Deiss et le président de la direction générale
de la Banque nationale suisse Jean-Pierre Roth participeront à
l'assemblée annuelle commune du Fonds monétaire international (FMI)
et du groupe de la Banque mondiale qui se tiendra à Washington les 2
et 3 octobre 2004. Les séances du Comité monétaire et financier
international (CMFI) et du Comité du développement (CD) porteront
principalement sur les perspectives de développement de l'économie
mondiale, sur les progrès accomplis en matière de prévention des
crises financières ainsi que sur différentes initiatives prises pour
lutter contre la pauvreté et progresser en direction des "objectifs
de développement pour le Millénaire".

    Dans le cadre du Comité monétaire et financier international (CMFI), les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales examineront les perspectives qui s'offrent à l'économie mondiale. Selon le FMI, la reprise de l'économie mondiale s'est confirmée et étendue. Cette évolution a dépassé les attentes, si bien qu'un taux de croissance économique globale de 4,9 % est prévu pour 2004. Les Etats-Unis sont toujours le principal moteur de la croissance économique, suivis de la Chine et du Japon. On constate également une accélération de l'activité économique des pays émergents. Une croissance économique globale soutenue (4,3 %) est attendue pour 2005. Ces perspectives favorables doivent cependant être nuancées par la prise en compte de certains risques qui ont tendance à augmenter: ainsi, la hausse attendue des taux d'intérêt et les incertitudes entourant l'évolution des prix du pétrole augmentent la pression sur les prix; par ailleurs, des déséquilibres des balances commerciales sont toujours présents au niveau international; enfin, le risque existe d'un brusque ralentissement de l'économie chinoise et d'un affaiblissement de la reprise économique japonaise.

    En matière de prévention des crises, les ministres et les gouverneurs du CMFI discuteront des progrès accomplis dans le domaine de la surveillance des politiques économiques. En tant que pays créancier et centre financier important, la Suisse considère la surveillance des politiques économiques comme la tâche prioritaire du FMI. En effet, une politique économique et budgétaire axée sur la stabilité constitue le meilleur moyen de prévenir les crises. Il s'agit surtout de soutenir les efforts visant à mettre en place dans tous les pays membres une surveillance étendue et transparente en axant systématiquement les discussions sur les problèmes macroéconomiques fondamentaux et sur les questions importantes du point de vue systémique.

    Les efforts du FMI et de la Banque mondiale en faveur de la lutte contre la pauvreté doivent être discutés au sein du CMFI et du Comité de développement sur la base du consensus de Monterrey relatif au partenariat entre pays développés et pays émergents. Alors que le CMFI s'intéressera principalement à la définition des instruments du FMI en fonction des besoins des pays pauvres, les discussions du Comité du développement porteront en priorité sur les efforts visant à augmenter l'efficacité de l'aide au développement et sur les propositions relatives à l'introduction de mécanismes novateurs de financement.

    En outre, les ministres réunis au sein du CMFI et du Comité de développement examineront à nouveau l'instrument proposé par la Banque mondiale et le FMI pour évaluer le niveau d'endettement supportable à long terme par chaque Etat pauvre. Ce dispositif doit permettre à l'avenir de déterminer dans quelle mesure un pays peut recevoir et absorber des crédits à taux d'intérêt réduit ou des aides de bailleurs de fonds bilatéraux ou multilatéraux. Un nouveau surendettement des pays pauvres doit de la sorte pouvoir être évité. La Suisse, qui s'engage depuis de nombreuses années en faveur du désendettement des pays les plus pauvres, soutient le développement de ce dispositif.

    Enfin, les ministres auront l'occasion de se prononcer dans le cadre du Comité de développement sur les dernières initiatives proposées par la Banque mondiale pour instaurer un climat plus favorable aux investissements, promouvoir les petites et moyennes entreprise (PME) et développer les infrastructures dans les pays émergents.

    La réunion annuelle permet à la Suisse de resserrer ses liens avec les représentants du FMI, de la Banque mondiale et d'autres Etats membres, en particuliers des pays de son groupe de vote.

DÉPARTEMENT FÉDÉRAL DES FINANCES (DFF) DÉPARTEMENT FÉDÉRAL DE L'ÉCONOMIE (DFE) DÉPARTEMENT FÉDÉRAL DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (DFAE)

Services de presse et d'information

    Renseignements pour journalistes:

Friederike Pohlenz, Administration fédérale des finances, tél. 031 322 64 63 Martin Rohner, Secrétariat d'Etat à l'économie, tél. 031 324 08 19 Christina Grieder, Direction du développement et de la coopération, tél. 031 322 34 89

Département fédéral des finances DFF Communication CH-3003 Berne http://www.dff.admin.ch



Plus de communiques: Eidg. Finanz Departement (EFD)

Ces informations peuvent également vous intéresser: