Eidg. Finanz Departement (EFD)

La réforme NOVE-IT s'achève sur un succès

      Berne (ots) - 25 fév 2004 (DFF) La réforme NOVE-IT, qui visait à
réorganiser l'informatique de la Confédération, s'est achevée à la
fin de 2003 après cinq ans de travaux. On peut affirmer sur la base
des premières évaluations que les objectifs ont été pour la plupart
atteints. Une manifestation de clôture, qui a eu lieu au "Kultur
Casino" de Berne, a marqué aujourd'hui d'une pierre blanche la fin
d'une aventure pour les nombreuses personnes ayant participé à cette
réforme. Mais en même temps ce point final représente le début d'une
ère d'après NOVE-IT, consacrée à la poursuite des efforts visant à
augmenter l'efficience de l'informatique fédérale. A l'occasion de
cette manifestation, le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz a plaidé
en faveur d'autres projets semblables à NOVE-IT qu'il faut avoir le
courage de lancer, en s'accommodant d'inévitables erreurs, pour
atteindre des objectifs ambitieux.

    NOVE-IT est le nom donné au programme de réorganisation complète des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans l'administration fédérale, qui a été mené de 1997 à fin 2003. Ce programme avait pour objectif d'accroître l'efficience de 23 % et de libérer ainsi annuellement près de 130 millions de francs pour permettre l'accomplissement de nouvelles tâches au moyen des TIC. Il visait également une plus grande souplesse, permettant de répondre à de nouvelles exigences ainsi qu'à des standards plus élevés en matière de qualité et de sécurité. L'objectif d'efficience est pleinement atteint et les autres le sont dans une large mesure. Telle est la conclusion d'une analyse des résultats menée par les départements et la direction du programme au sein de l'Unité de stratégie informatique de la Confédération (USIC). Cette analyse sera vérifiée et complétée d'ici à l'automne 2004 par le biais d'une évaluation indépendante effectuée par des entreprises externes et un institut universitaire.

    Ces résultats ont été obtenus en prenant les mesures suivantes:

    - Une séparation entre bénéficiaires et fournisseurs de prestations informatiques ainsi que la mise sur pied d'un pilotage stratégique assurent que la commande de prestations se fonde exclusivement sur le critère du besoin exprimé par les unités administratives pour accomplir leurs tâches. Avant NOVE-IT, c'étaient avant tout les services informatiques qui dictaient l'orientation et le développement en matière de TIC.

    - Le nombre de fournisseurs de prestations a été réduit de 75 à 6, c'est-à-dire à un fournisseur par département au maximum. L'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT) fournit des prestations qui répondent à des besoins homogènes dans l'ensemble de l'administration fédérale (prestations interdépartementales).

    - L'infrastructure des TIC a été harmonisée et intégrée dans un modèle d'architecture global.

    - Une normalisation stricte et une concentration sur un ou deux produits seulement par tâches du même type remplacent le recours à une pléthore de matériels et de logiciels différents.

    - La définition de neuf processus informatiques a permis d'uniformiser, pour l'ensemble de l'administration fédérale, le déroulement des activités de commande et de fourniture de prestations. Pour accomplir ces processus, d'importants instruments ont été mis sur pied ou développés. On peut citer à cet égard l'instrument de conduite de projet HERMES, aussi reconnu en dehors de l'administration fédérale, et un instrument de contrôle de gestion informatique.

    - Une comptabilité analytique a été développée pour faire apparaître dès 2005 les coûts réels des TIC. Cette comptabilité représente également la condition nécessaire à la facturation des prestations. D'abord testée dans le domaine des TIC, cette facturation sera introduite avec le nouveau modèle comptable dans d'autres domaines, à partir de 2007 probablement.

    En 2000, le Parlement avait débloqué pour NOVE-IT un crédit-cadre de 200 millions de francs au titre des investissements et du soutien. Ce crédit aura été épuisé, à 1 million de francs près. Le crédit d'engagements de 30 millions de francs pour des mesures concernant le personnel n'a été utilisé qu'à moitié. Il n'a fallu recourir que rarement au plan social, parce que la croissance des tâches dans le domaine des TIC a compensé une partie des 300 suppressions de postes, parce que des collaboratrices et des collaborateurs se sont montrés suffisamment souples pour accepter de nouveaux emplois et parce que d'autres ont réussi à retrouver un poste en dehors de l'administration grâce à une situation encore très favorable sur le marché des informaticiens au début de la réforme NOVE-IT. En tout, une rentabilité des investissements (retour sur investissements) de 215 millions de francs a été atteinte à la fin de 2003 déjà.

    Présent au "Casino", le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz a adressé ses remerciements à toutes les personnes qui à l'intérieur ou à l'extérieur de l'administration ont participé de près ou de loin au projet. Il a loué l'exécution et le succès du programme, sans cacher que certaines erreurs avaient été commises. Il a exprimé le souhait que d'autres projets aux objectifs ambitieux et par là même liés à des risques soient lancés dans l'administration fédérale, sans que prédomine la peur de commettre des erreurs. Dans cette perspective, a conclu le conseiller fédéral Merz, cette manifestation ne devrait pas seulement être l'occasion d'exprimer satisfactions et critiques, mais également de donner le coup d'envoi aux futurs développements d'une informatique moderne et efficace dans l'administration fédérale.

    Renseignements pour journalistes:

Jürg Römer, Unité de stratégie informatique de la Confédération, tél. 031 325 98 98, tél. mobile 079 277 37 65

Département fédéral des finances DFF Communication CH-3003 Berne http://www.dff.admin.ch



Plus de communiques: Eidg. Finanz Departement (EFD)

Ces informations peuvent également vous intéresser: