PwC

PwC Étude: 'Risque accru de pannes d'électricité'

Zurich (ots) - En Europe et en Amérique du Nord, les entreprises de production et d'approvisionnement en énergie craignent une hausse des pannes d'électricité ces prochaines années. Suite aux besoins croissants en énergie, le gaz gagnera du terrain. Largement insuffisante, la réduction de la consommation des combustibles fossiles dans les années à venir ne permettra pas d'atteindre les objectifs climatiques en 2030. Telles sont les conclusions de la dernière édition de l'étude «Annual Global Power & Utilities Survey» conduite par la société d'audit et de conseil PwC dans 43 pays, auprès de 72 entreprises de production et d'approvisionnement en énergie.

En matière de production électrique, la branche et les gouvernements sont face à un trilemme qui consiste à trouver un juste équilibre entre coûts, sécurité et durabilité. Les entreprises de production et d'approvisionnement en énergie interrogées pensent que le risque de pannes d'électricité augmentera en Europe et en Amérique du Nord ces prochaines années. Une crainte qui, selon l'étude, s'explique par une pénurie croissante de combustibles, principalement en Europe et en Amérique du Sud, mais aussi par un manque accru d'investissements, en particulier dans les projets d'infrastructure.

Objectifs climatiques menacés

D'après les chiffres de l'Agence internationale de l'énergie, la demande en énergie passera de 17 200 térawatt-heures (2009) à plus de 31.700 en 2035. Pour couvrir les besoins, les entreprises du secteur énergétique investiront deux fois plus dans les centrales à gaz que dans le charbon et le nucléaire. Mais cela ne suffira pas à opérer une véritable « révolution » dans la branche : la part du gaz dans le mix énergétique global passera de 29 % actuellement à 33 % en 2030. Parallèlement, la part des combustibles fossiles reculera de 66 à 57 %. « Une réduction bien inférieure à ce qu'il faudrait pour limiter le réchauffement climatique global à 2°C en moyenne » déclare Marc Schmidli, associé et responsable du secteur d'activité Énergie et approvisionnement chez PwC Suisse.

Investissements dans les «Smart Grids»

Les entreprises de production et d'approvisionnement en énergie se disent prêtes à investir dans des réseaux intelligents ou « Smart Grids ». Ceux-ci devraient leur permettre de développer des réseaux économiques, écologiques, sûrs et durables. Mais du côté des consommateurs, la branche se heurte tantôt à l'indifférence, tantôt au refus. «Bon nombre de consommateurs s'inquiètent de l'utilisation de leurs données. Ce qui explique que le potentiel des nouvelles technologies ne soit pas encore pleinement exploité» explique Marc Schmidli.

Énergies renouvelables sans subvention

Une grande majorité des entreprises de production et d'approvisionnement en énergie interrogées se montre optimiste en ce qui concerne les énergies renouvelables. Pour 80% d'entre elles, l'énergie éolienne, la biomasse et l'énergie solaire seront compétitives sans subvention en 2030, du fait d'une demande croissante. Les trois cinquièmes pensent, par ailleurs que, dans 20 ans, la voiture électrique représentera une part importante du volume de véhicules dans le monde. Mais pour les entreprises d'approvisionnement, développer en conséquence les infrastructures devrait constituer un autre défi de taille.

Contact:

Marc Schmidli
Associé, responsable du secteur
Énergie et approvisionnement PwC Suisse
E-Mail: marc.schmidli@ch.pwc.com

Roswitha Thurnheer
Communications Manager
PwC Suisse
E-Mail: roswitha.thurnheer@ch.pwc.com



Weitere Meldungen: PwC

Das könnte Sie auch interessieren: