Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO

La population suisse pratique une bonne hygiène buccale

Médecin-dentiste SSO au travail / Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch. L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "obs/Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO"

    Berne (ots) -

    - Indication: Des images peuvent être téléchargées sous:
        http://www.presseportal.ch/fr/pm/100007849 -

    L'enquête d'opinion que mandate tous les dix ans la SSO confirme une tendance de longues années: la population suisse pratique une bonne hygiène buccale. Les deux tiers des patients font contrôler régulièrement leur dentition et sont très satisfaits de leur médecin-dentiste. 1129 personnes âgées de 15 à 74 ans ont été interrogées dans le cadre de cette enquête.

    La toute dernière enquête d'opinion de la Société suisse des médecin- dentistes (SSO) le confirme: la population suisse veille à la bonne santé de sa dentition. Le nombre des consultations dentaires est stagnant depuis vingt ans. En 2010, 96% des personnes interrogées ont indiqué se faire soigner les dents par un médecin-dentiste. Les Romands et les personnes de moindre formation scolaire sont plus nombreux à éviter le cabinet dentaire. Les trois quarts des personnes interrogées ont suivi un traitement dentaire depuis moins d'un an. Entre-temps, les deux tiers de patients se sont rendus chez le médecin-dentiste pour un simple contrôle, un quart en raison de douleurs et moins d'un cinquième voulaient «mettre toutes leurs dents en ordre». Au cours des trente dernières années, le nombre de ces assainissements d'ensemble de la dentition ont diminué de plus de la moitié.

    Consultations dentaires à l'étranger

    Un cinquième des personnes interrogées ont répondu par l'affirmative à la question de savoir si elles avaient déjà une fois consulté un médecin-dentiste à l'étranger. Principaux motifs indiqués: tourisme dentaire, emploi frontalier, consultation dentaire dans son pays d'origine et urgences. Les touristes dentaires souhaitent bénéficier des prétendus avantages de prix. Les frontaliers préfèrent se faire soigner à leur domicile, surtout dans le canton de Genève où plus d'une personne interrogée sur deux s'est déjà fait traiter à l'étranger. L'augmentation de la population résidente d'origine étrangère favorise les consultations dentaires hors de Suisse: 36% des migrants interrogés préfèrent se faire soigner dans leur patrie d'origine. Les destinations préférées pour les traitements dentaires à l'étranger sont l'Allemagne, la France et l'Italie. La Hongrie suit l'Italie au quatrième rang. Un quart des patients qui ont suivi un traitement à l'étranger ont indiqué qu'à l'avenir ils ne se feraient plus soigner à l'étranger.

    Excellent rapports de confiance entre médecins-dentistes et patients

    L'enquête d'opinion montre que les patients sont satisfaits de leur médecin-dentiste: 96% des personnes interrogées se sont déclarées «satisfaites» à «très satisfaites», les femmes encore plus que les hommes. La patientes et les patients sont conscients des normes qualitatives élevées de la SSO: les personnes traitées par un médecin-dentiste SSO se déclarent significativement plus satisfaites que celles qui ont été soignées par un non membre. La communication et les rapports humains sont importants: les patients accordent un grand prix à l'amabilité. De plus, ils attendent de leur médecin- dentiste et de son équipe que leur soient expliquées les étapes d'un traitement, qu'ils soient informés de son coût et que du temps leur soit consacré. Les principaux motifs d'insatisfaction avec un traitement sont les factures excessives, l'anxiété ou les insuffisances du traitement. L'étroitesse de la relation avec le médecin-dentiste est attestée par la fidélité maintenue à son ancien médecin-dentiste en cas de changement de domicile: plus de la moitié des personnes interrogées ne changeraient pas de médecin-dentiste. Lorsqu'un patient en choisit un nouveau, il se fie en premier lieu aux recommandations de ses proches ou de ses connaissances.

    Hygiène buccale et prophylaxie

    La plupart des personnes interrogées ont connaissance des mesures de prophylaxie usuelles telles que le brossage des dents, l'évitement du sucre, le recours aux fluorures et les contrôles dentaires. Plus de la moitié d'entre elles ont indiqué se brosser les dents deux fois par jour, la plupart du temps le matin et le soir. Un tiers pratique même plus fréquemment le brossage des dents, c'est-à-dire après chaque repas. La part des personnes qui ne se brossent les dents qu'occasionnellement ou une fois par jour est en constante diminution depuis 1980. Depuis lors, ce sont 30% des personnes interrogées qui utilisent maintenant une brosse à dents électrique. En 2010, la tendance à l'emploi accru de fil dentaire s'est confirmée. Les femmes et les personnes dont le niveau de formation est élevé utilisent plus souvent les produits destinés aux soins dentaires. Plus de 80% des personnes interrogées savent que la carie dentaire peut être évitée, et la tendance est ascendante. C'est également la connaissance du fait que les maladies des gencives (gingivite) et de l'appareil de maintien (parodontite) qui s'est affirmée au cours de ces vingt dernières années. Les personnes interrogées qui se font soigner par des médecins-dentistes membres de la SSO et qui se rendent auprès d'une hygiéniste dentaire sont significativement mieux informées sur le caractère évitable des maladies des gencives.

Contact: Felix Adank Service de presse et d'information de la SSO Tél.: +41/31/310'20'80



Weitere Meldungen: Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO

Das könnte Sie auch interessieren: