Das könnte Sie auch interessieren:

HPI-Wissenspodcast Neuland: Was macht überhaupt ein Data Scientist?

Potsdam (ots) - Sie sind begehrt bei Arbeitgebern verschiedenster Branchen und der Harvard Business Review ...

Neuer Doctor, neue Abenteuer - Die 11. Staffel der britischen Kultserie "Doctor Who" ab 31. Januar 2019 exklusiv auf FOX

München (ots) - - Alle 10 Episoden der 11. Staffel "Doctor Who" exklusiv ab 31. Januar donnerstags um ...

MCI schließt Abkommen mit Spitzenuniversität in Hongkong

Innsbruck (ots) - Unternehmerische Hochschule® mit weltweit top-gerankter Partneruniversität Das neue Jahr ...

13.01.2009 – 14:35

Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Georg Fischer licencie 10 pour cent de son personnel - Le président d'economiesuisse, M. Gerold Bührer, préfère licencier au lieu d'introduire le chômage partiel

    Bern (ots)

À ce jour, la majeure partie des entreprises qui connaissent des problèmes de carnets de commandes ont introduit le chômage partiel pour une période transitoire. Chez Georg Fischer SA, les choses sont toutes différentes : le conseil d'administration, au sein duquel siègent Messieurs Gerold Bührer (le « patron des patrons » et ancien président du parti radical) et Flavio Cotti (ancien conseiller fédéral PDC), n'y va pas avec le dos de la cuillère. Au lieu d'introduire le chômage technique, il a décidé de licencier 10 pour cent du personnel. Georg Fischer SA a largement profité de l'embellie économique. Depuis 2003, cette entreprise a augmenté ses réserves de 25 pour cent, si bien qu'elle a assez d'argent pour conserver ses collaborateurs et collaboratrices même en période de vaches maigres.

    Ces licenciements montrent que les responsables d'economiesuisse et les représentant(e)s de la droite ne veulent pas assumer leurs responsabilités à l'égard des salarié(e)s. C'est inacceptable ! La population suisse a déjà dû passer à la caisse pour les erreurs des membres du conseil  d'administration de l'UBS. Et maintenant, economiesuisse et la droite politique estiment qu'elle doit aussi supporter les conséquences de la crise financière...

    Si l'on veut faire obstacle à la montée du chômage en Suisse, on doit prendre des mesures efficaces, à savoir :

    - introduire le chômage partiel et favoriser la formation continue, au lieu de procéder à des licen-ciements, car les entreprises ont assez d'argent pour ce faire ;

    - renforcer le pouvoir d'achat des gens, augmenter les réductions des primes d'assurance-maladie et les allocations familiales ;

    - lancer un programme public d'investissement dans le domaine des transports publics ;

    - Et la Banque nationale doit combattre l'appréciation du franc suisse.

Contact: Daniel Lampart (031 377 01 16 ou 079 205 69 11), économiste en chef de l'USS, se tient à votre disposition pour tout complément d'information.

Alle Meldungen
Abonnieren Sie alle Meldungen von Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB
  • Druckversion
  • PDF-Version

Themen in dieser Meldung

Weitere Meldungen: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB