Bundesamt für Gesundheit

BAG: Sûreté alimentaire - Rapport annuel 2002 : Décalage entre la perception du risque et la menace réelle

      (ots) - Le Rapport annuel Sûreté alimentaire de l’Office fédéral de
la santé publique paraît pour la deuxième fois dans une nouvelle
mise en page plus conviviale. Le Rapport annuel répertorie les
principaux thèmes qui ont été traités par la Sûreté alimentaire en
2002 et donne un aperçu de la diversité des tâches dont s’occupe
cette autorité fédérale, en collaboration avec de nombreux
partenaires, afin de garantir que les denrées alimentaires soient
sûres en Suisse. Les experts sont unanimes pour dire que les denrées
alimentaires n’ont jamais été plus sûres qu’aujourd’hui. Toutefois,
l’effort qui doit être déployé pour garantir cette sécurité augmente
de plus en plus, entre autres parce que l’offre de marchandises se
globalise.

    En effet, en 2002 les consommateurs ont manifesté leurs craintes de ne plus pouvoir se nourrir sans soucis, compte tenu de la présence de résidus dans les aliments : contaminations par des substances indésirables, discussions sur les thèmes du train de révisions 98/02 et découverte d’acrylamide dans les röstis, les pommes frites, les snacks, le café et d’autres denrées riches en hydrates de carbone ont fait la une des journaux et suscité beaucoup d’insécurité. Le Rapport annuel place les principaux évènements dans un contexte plus large et indique où résident les véritables risques avec les denrées alimentaires, à savoir dans de mauvaises habitudes alimentaires et dans le manque d’hygiène. On constate qu’il existe une grande différence entre la perception du risque (l’urgence apparente) et la situation de risque réelle (les priorités à long terme). Ce décalage n’est pas sans provoquer des effets sur le comportement individuel et la politique. On remarque, par exemple, que d’un côté la surveillance des résidus chimiques est à un haut niveau, mais que de l’autre côté, la suppression de la formation sur l’hygiène alimentaire dans les écoles entraîne la perte d’un savoir précieux. Dans le domaine de l’alimentation, nous n’avons jusqu’ici accompli que les premiers pas, et à l’heure actuelle, la situation continue de se dégrader.

    La surcharge pondérale des Suisses vient à peine d’être reconnue comme véritable facteur de risque : 42% des hommes et 28% des femmes sont concernés ; récemment l’OMS a même déclaré que l’excès de poids constitue le risque sanitaire n° 1. La surcharge pondérale nuit non seulement au bien-être des individus concernés, mais pèse également sur les coûts de la santé. Fort du projet Suisse Balance, l’OFSP, en collaboration avec Promotion Santé Suisse, a réalisé un pas important dans l’encouragement d’une alimentation équilibrée associée à de l’exercice physique. Ces prochaines années, les questions relatives à l’alimentation et aux habitudes alimentaires, préoccupant les autorités sanitaires, ne se restreindront toutefois pas seulement à la surcharge pondérale. Les mauvaises habitudes alimentaires des enfants et des jeunes seront tout autant thématisées que le manque de connaissances concernant la manipulation hygiénique des denrées alimentaires. Dans ces domaines, le travail d’information ne fait que commencer.

    En plus des questions sur l’alimentation et des problèmes des résidus indésirables dans les denrées alimentaires, la globalisation du commerce représente un nouveau défi pour toutes les instances concernées. Elle engendre une énorme diversité de l’assortiment et exige de ce fait la création de nouvelles bases légales et l’amélioration de la traçabilité et du contrôle des denrées alimentaires. Pour maîtriser ces tâches, en partie nouvelles ou plus étendues, il est indispensable de pouvoir compter, en toute confiance, sur une collaboration étroite entre toutes les instances nationales et internationales.

Le rapport est disponible sur internet : http://www.bag.admin.ch/verbrau/f/index.htm

Office fédéral de la santé publique Communication

Renseignements : Sabina Helfer, tél. 031 322 95 05



Weitere Meldungen: Bundesamt für Gesundheit

Das könnte Sie auch interessieren: