Bundesamt für Statistik

La statistique de l’aide sociale dans le canton du Jura

      (ots) - La statistique de l’aide sociale dans le canton du Jura

Les jeunes et les personnes seules dépendent davantage de l’aide sociale

    En 2003, dans le canton du Jura, quelque 1200 personnes ont bénéficié d’une prestation de l’aide sociale, soit 1,7% de la population. Les enfants et les jeunes jusqu’à 25 ans, les mères élevant seules leurs enfants ainsi que les personnes vivant seules sont le plus fortement tributaires de l’aide sociale. Voilà quelques- uns des résultats tirés des données collectées en 2003 par les trois services sociaux régionaux du canton du Jura dans le cadre de la statistique suisse de l’aide sociale réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Pour la première fois des résultats détaillés de la statistique de l’aide sociale, introduite en 2001 dans le canton du Jura, sont publiés. Les données sont collectées par le Service de l’action sociale et les Services sociaux régionaux de Delémont, Porrentruy et Le Noirmont qui instruisent toutes les demandes d’aide sociale dans le canton. Depuis lors, chaque année des données sociodémographiques sont récoltées sur les bénéficiaires de l’aide sociale, sur la durée des prestations et sur la situation familiale des bénéficiaires. Les centres particulièrement touchés D’après les chiffres, dans le canton du Jura, les villes sont particulièrement touchées : près de 60% des personnes soutenues se concentrent dans les villes de Delémont et Porrentruy, qui représentent 26% de la population du canton. Les personnes seules, jeunes ou de nationalité étrangère sont les plus exposées Le taux de ménages bénéficiaires de l’aide sociale (à savoir le rapport entre le nombre de ménages bénéficiaires de l’aide sociale et l’ensemble des ménages du canton) du canton du Jura se situe en dessous du taux d’autres cantons. Ce taux atteint 2,4% des ménages du canton du Jura (à titre de comparaison 4,1% pour Zurich et 3,1% pour Lucerne). Ces pourcentages sont nettement plus élevés parmi les ménages d’une personne (4,8%) et les familles monoparentales (6%). Si l’on considère l’état civil, on constate que les personnes mariées ou veuves sont moins exposées au risque de pauvreté (respectivement 0,7% et 0,3% des bénéficiaires de l’aide sociale). Les retraités aussi sont relativement à l’abri, grâce au système de prévoyance vieillesse et des prestations complémentaires en particulier. Parmi les personnes qui bénéficient de prestations de l’aide sociale, les enfants et les adolescents sont surreprésentés : 29% des personnes soutenues dans le canton du Jura ont moins de 18 ans, contre 25% des 36 à 50 ans. Si l’on considère le taux d’aide sociale qui mesure le risque de dépendre de l’aide sociale, il est le plus élevé pour les jeunes adultes (catégorie d’âge de 18 à 25 ans). Cela est valable aussi bien pour les jeunes habitant en ville que dans les autres communes. Toutefois le phénomène est plus marqué dans les centres urbains. 52% des personnes soutenues sont de nationalité suisse, et 48% de nationalité étrangère. Etant donné que les étrangers représentent 12% de la population du canton, ceux-ci sont nettement plus exposés au risque de dépendre de l’aide sociale que la population de nationalité suisse. Les données de la statistique exploitées n’expliquent pas ce phénomène, mais ce risque est probablement déterminé en grande partie par le niveau de formation, les restructurations du secteur secondaire et la taille de la famille. Si l’on considère le taux d’aide sociale des étrangers répartis selon les deux villes et les autres communes, on remarque que la part des étrangers qui dépendent de l’aide sociale est plus élevée en ville qu’à la campagne. Des actifs occupés dépendent aussi de l’aide sociale Environ 25% des bénéficiaires de l’aide sociale de plus de 14 ans sont des personnes actives occupées. 45% d’entre elles travaillent à plein temps. Les personnes touchées qui exercent une activité à temps partiel n’ont souvent pas la possibilité de travailler à plein temps, si elles veulent pouvoir assurer l’éducation de leurs enfants. Environ un tiers des bénéficiaires de l’aide sociale sont sans emploi et cherchent du travail. 42% des bénéficiaires font partie de la population non active et ne cherchent pas de travail. Dans la majorité des cas, ces personnes sont en incapacité de travail et dans l’attente de prestations AI. Les raisons qui conduisent à l’interruption de l’aide sociale Pour 46% des situations, la durée de l’aide sociale est inférieure à un an. Les principales raisons citées pour expliquer l’interruption de l’aide sociale sont le commencement d’une activité rémunérée (17%), l’augmentation du revenu (11%) et l’octroi d’une prestation des assurances sociales couvrant les besoins vitaux (49%).

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

    La statistique suisse de l’aide sociale Fruit d’une étroite collaboration entre la Confédération, les cantons et les communes, la statistique suisse de l’aide sociale, réalisée par l’Office fédéral de la statistique, est introduite progressivement dans tout le pays. Le canton du Jura a été parmi les premiers cantons à commencer à relever ses données en 2001. Les données 2003 sont les premières à avoir fait l’objet d’analyses statistiques détaillées. Le relevé concerne toutes les communes jurassiennes. Le taux des bénéficiaires de l’aide sociale (ou taux d’aide sociale) est un indicateur important de la statistique de l’aide sociale. Ce taux indique la part de la population qui bénéficie de prestations de l’aide sociale. L'ensemble considéré peut être la population totale ou un sous-groupe défini selon des critères sociodémographiques. Le taux des bénéficiaires est un indicateur du risque de tomber dans la précarité et de dépendre des prestations de l’aide sociale. La nouvelle statistique de l’aide sociale permet d’identifier les groupes à risque, de connaître le contexte sociodémographique et, en particulier, la situation familiale des bénéficiaires et de chiffrer le montant ainsi que la durée de l’aide fournie. Elle offre une base fiable et objective pour observer la situation et l'évolution de l'aide sociale et constitue ainsi un instrument important de la politique sociale des cantons.

Renseignements: Robert Fluder, OFS, section Sécurité sociale, chef de section, tél. : 032 713 65 78 Corinne Pfeuti, OFS, section Sécurité sociale, responsable du projet statistique de l’aide sociale pour le canton du Jura, tél. : 032 713 63 17

Canton du Jura Jean-Marc Veya, Chef du Service de l’action sociale du canton du Jura, tél. : 032 420 51 42

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Weitere Meldungen: Bundesamt für Statistik

Das könnte Sie auch interessieren: