Swissmem

Année noire pour l'industrie MEM - la numérisation offre des opportunités

Un document

Berne (ots) - La nouvelle surévaluation massive du franc suisse s'est traduite en 2015 par une baisse significative des entrées de commandes (-14%) et du chiffre d'affaires (-7%) dans l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM). Le recul des marges fut encore plus dramatique et a fait tomber de nombreuses entreprises dans la zone des pertes. Par conséquent et après l'abandon du cours plancher de l'euro, les entreprises ont été forcées à réagir rapidement. Ceci a accéléré le changement de structure qui va encore laisser des traces en 2016. Néanmoins, si les cours des devises et l'évolution conjoncturelle ne se détériorent pas encore plus, nous pouvons nous attendre à une reprise de l'industrie MEM à moyen terme. C'est avant tout la numérisation qui apporte de nouvelles chances de croissance à l'industrie. La politique a aussi les ressources pour contribuer à un développement positif. Il faut maintenant préserver les accords bilatéraux, conclure de nouveaux accords de libre-échange, ne pas intervenir dans le marché du travail libéralisé et finalement renoncer à toutes nouvelles charges financières et nouvelles réglementations.

Suite à l'abandon du cours plancher de l'euro et par rapport à la même période 2014, les entrées de commandes dans l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) ont baissé de 13,4% au quatrième trimestre 2015. Par conséquent, l'indice des entrées de commandes a reculé à un niveau le deuxième plus bas des dix dernières années. Sur l'ensemble de l'année 2015, le chiffre d'affaires a diminué de 14% par rapport à l'année précédente. La situation est la même pour le chiffre d'affaires. Au quatrième trimestre 2015 et comparé à la période correspondante de l'année précédente, il a diminué de 7,3%. Sur l'ensemble de l'année, la diminution a été de 7,0%. Cette évolution négative touche aussi bien les entreprises de grande taille que les PME.

Exportations en recul sans exceptions

En 2015, dans l'industrie MEM pratiquement toutes les catégories de produits ont affiché un recul massif des exportations. La construction de machines (-7,2%) a le plus fortement été touchée, suivie du secteur de l'électrotechnique/électronique (-6,2%) et de la métallurgie (-5,5%). Seul le recul des exportations d'instruments de précision aura été quelque peu modéré (-1,6%). Globalement, les exportations de marchandises de l'industrie MEM ont diminué de 4,6% en 2015 pour atteindre une valeur totale de 63,1 milliards de francs. Les principaux marchés ont évolué de façon différente. Les exportations vers l'UE, le débouché de loin le plus important, ont diminué de 5,8%, celles vers l'Asie de 0,4%. A l'inverse, les exportations à destination des Etats-Unis ont sensiblement augmenté en 2015 (+4,9%). Selon les chiffres les plus récents de l'AFD, en janvier 2016, le recul des exportations de l'industrie MEM s'est poursuivi.

Effondrement massif des marges

Toutefois, l'effondrement le plus dramatique a été enregistré au niveau des marges. Les membres de Swissmem estiment qu'au niveau EBIT et sur la moyenne des entre-prises, cet effondrement était de 6%. Environ un tiers des entreprises est par consé-quent retombé dans la zone des pertes opérationnelles.

Finalement, l'année 2015 entrera dans l'histoire de l'industrie MEM suisse comme une année noire. La réévaluation brutale du franc suisse a constitué un handicap compétitif considérable sur le marché européen. Pour se faire une image de l'ampleur de ce désavantage, il suffit de jeter un rapide coup d'oeil sur l'industrie MEM allemande. Inspirées par la faiblesse de l'euro, les exportations ont pris l'ascenseur l'année dernière (1er trim.: +8,2% / 2e trim.: +10,7% / 3e trim.: + 6,9%). Ce boom s'est fait en particulier aux dépens des entreprises MEM suisses qui perdent du coup de précieuses parts du marché.

Les mesures vont porter des fruits

Après le 15 janvier 2015, les entreprises MEM ont réagi rapidement et engagé de nombreuses mesures pour absorber les conséquences négatives de la force du franc. Les entreprises ayant épuisé le potentiel des mesures d'efficience et de réduction des coûts, applicables à court terme après le premier choc du franc en 2011, ont été obligées de prendre des mesures encore plus drastiques. Globalement, nous avons constaté un changement de structure accéléré qui coûte des postes de travail. L'année précédente, les quelque 1'050 entreprises membres de Swissmem ont à elles-seules perdu 1,7% de leurs emplois, ce qui correspond à environ 2'500 postes de travail. Ce chan-gement de structure accéléré va se poursuivre encore cette année. Ce n'est que dans une année qu'il sera possible d'estimer combien d'emplois auront été victimes de ces changements.

L'évolution de la situation dans la branche MEM dépend fortement du cours des devises et du développement conjoncturel dans les marchés les plus importants. Pour autant que ces paramètres ne se détériorent pas plus, Swissmem pense que le creux de la vague pourrait être atteint cette année et qu'à moyen terme même une reprise sera possible.

Les chances de l'industrie MEM suisses restent intactes

Outre l'innovation et l'amélioration de l'efficience, la numérisation de l'industrie offre de bonnes chances à la branche MEM en Suisse. Fondamentalement, l'industrie suisse est très bien positionnée pour jouer un rôle déterminant dans la conception de ces développements technologiques et sociaux importants. La numérisation de toute la chaîne de création de valeur promet des augmentations de production considérables, crée la base pour des produits et prestations de services innovateurs et permet de mettre en place des nouveaux modèles commerciaux. Ceci est valable tant pour les grandes entreprises que pour les PME. C'est sur cet enseignement que les entreprises, la formation par l'Etat et la recherche aux hautes écoles, aux hautes écoles spécialisées ainsi que l'encouragement de l'innovation de la Confédération doivent miser.

La politique doit aussi apporter une contribution importante Afin que l'industrie puisse transformer ces conditions favorables en un succès économique, elle a besoin de bonnes conditions-cadres en termes de politique économique. Pour Swissmem, les quatre points suivants sont essentiels:

1. Maintien des accords bilatéraux avec l'UE: les accords bilatéraux doivent absolument être préservés pour assurer un libre accès aux débouchés les plus importants.

2. Conclusion de nouveaux accords de libre-échange: des nouveaux accords de libre-échange, par exemple avec les Etats-Unis ou l'Inde, assurent un accès privilégié aux marchés affichant actuellement les plus grands potentiels de croissance.

3. Pas d'interventions supplémentaires dans le marché du travail libéralisé: cela signifie qu'il faut maintenir la flexibilité du marché du travail en Suisse, notamment au niveau du temps de travail. Les anciennes réglementations ne sont pas conformes aux modèles de travail modernes.

4. Halte à la surréglementation: les dispositions fédérales à gérer par les entreprises ont atteint des proportions monstrueuses. Des facteurs de coûts et des obstacles administratifs toujours plus fréquents entraînent de nouveaux désa-vantages compétitifs et doivent par conséquent être évités.

La politique a les ressources pour encourager durablement les intentions d'investissement des entreprises MEM en Suisse en améliorant activement les conditions-cadres au niveau de la politique économique. En d'autres termes: il est grand temps que le Conseil fédéral, le parlement et l'administration donnent aux entreprises un signal cré-dible pour que les quatre points susmentionnés soient à l'ordre du jour de la politique.

Contact:

Philippe Cordonier, responsable Suisse romande
Tél.: +41 21 613 35 85 / Portable: + +41 79 644 46 77
E-mail: p.cordonier@swissmem.ch

Ivo Zimmermann, chef Communication
Tél.: +41 44 384 48 50 / portable: +41 79 580 04 84
E-mail: i.zimmermann@swissmem.ch



Plus de communiques: Swissmem

Ces informations peuvent également vous intéresser: