The International Osteoporosis Foundation (IOF)

Mise en garde de l'IOF: une avalanche de fractures de la hanche va s'abattre sur l'Asie

Hongkong (ots) - Un nouveau rapport publié aujourd'hui par la Fondation internationale contre l'ostéoporose (International Osteoporosis Foundation, IOF) attire l'attention sur une future hausse spectaculaire des fractures liées à l'ostéoporose dans la région Asie-Pacifique. Avec une augmentation prévue de 230 % et 144 % chez les personnes âgées de plus de 70 ans et de plus de 50 ans respectivement, le nombre de fractures de la hanche devrait au moins doubler d'ici 2050. Par conséquent, malgré l'augmentation de l'espérance de vie, la santé musculo-squelettique des populations sera gravement compromise, occasionnant des invalidités, des pertes d'autonomie et même des décès précoces. Et malgré l'encouragement d'un vieillissement actif et en bonne santé, les coûts socio-économiques vont également exploser.

Les fractures de la hanche, qui affectent généralement les personnes âgées de plus de 70 ans, constituent les fractures ostéoporotiques les plus graves et les plus coûteuses. Les pays d'Asie ont pour la plupart déjà enregistré une incidence des fractures de la hanche multipliée par 2 ou 3 au cours des 30 dernières années. Cette tendance devrait s'accentuer, avec 50 % du total des fractures de la hanche à l'échelle mondiale affectant l'Asie d'ici 2050. Dans le même temps, la population âgée de plus de 50 ans aura presque doublé. La Chine et l'Inde, qui sont les pays les plus peuplés au monde, compteront près de 430 millions de personnes âgées de 70 ans ou plus d'ici 2050.

En plus du coût élevé des soins intensifs, environ 33 % des patients sont totalement dépendants des soignants au cours de l'année qui suit l'apparition d'une fracture, et environ un patient sur cinq décède pendant cette première année. L'urbanisation de la région Asie-Pacifique exerce également un impact sur l'incidence des fractures, qui est plus élevée dans les milieux urbains, les modes de vie sédentaire et intérieur contribuant en effet à une carence en vitamine D généralisée et à une mauvaise santé osseuse et musculaire.

Les systèmes de santé seront-ils capables de faire face au besoin anticipé en soins intensifs et de longue durée associés aux fractures de la hanche ? Afin de réduire la probabilité de décès et d'invalidité, les patients atteints d'une fracture de la hanche doivent faire l'objet d'une intervention chirurgicale et d'une réhabilitation en temps voulu. Dans les régions d'Asie économiquement moins développées, les soins chirurgicaux sont souvent indisponibles ou non remboursés. Dans les pays comme le Vietnam, le Sri Lanka, les Philippines et le Pakistan, moins de 50 % des fractures de la hanche sont traitées chirurgicalement. Les patients qui doivent payer eux-mêmes leurs frais chirurgicaux peuvent être confrontés à la pauvreté ou, sans intervention chirurgicale, à un degré extrême d'invalidité.

Le prof. John A. Kanis, président de l'IOF, a déclaré: «À l'échelle mondiale, un femme sur trois et un homme sur cinq âgés de plus de 50 ans sont atteints d'une fracture osseuse imputable à l'ostéoporose. Il est donc d'une importance cruciale que les diagnostics et les traitements soient réalisés suffisamment tôt. L'IOF appelle les gouvernements de toute l'Asie à accélérer leurs efforts de prévention. L'ostéoporose et les maladies musculo-squelettiques devraient être des priorités dans les programmes de santé nationaux.»

En particulier, le rapport de l'IOF appelle les autorités à:

1. Résoudre le problème de la généralisation de la carence en
   vitamine D et des faibles niveaux de calcium au sein de la
   population. 

2. Encourager des mesures de prévention liées au mode de vie comme
   les activités physiques en plein air et la désaccoutumance au
   tabac. 

3. Rembourser les traitements de sorte que les personnes atteintes
   d'ostéoporose puissent réduire leur risque de fracture. 

4. Fournir des services de diagnostic suffisants et accessibles. 

5. Consacrer des ressources au développement d'une formation
   spécialisée sur l'ostéoporose à l'intention des médecins. 

6. Établir des Services de liaison pour fractures au sein des
   cliniques, afin de contribuer à l'identification et à la dispense
   de traitements aux patients atteints d'une fracture. 

7. Promouvoir la recherche et l'établissement d'archives des
   fractures dans le but de trouver des solutions nationales
   appropriées au problème. 

8. Sensibiliser le public à l'importance des exercices physiques et
   de la nutrition, en particulier auprès des personnes âgées.  

L'audit régional de l'IOF pour l'Asie-Pacifique est accessible à l'adresse : http://bit.ly/1dgbkgy

La production de l'audit a été soutenue par des subventions éducatives sans restriction de GSK, Fonterra et Servier.

À propos de l'IOF

La Fondation internationale contre l'ostéoporose (International Osteoporosis Foundation, IOF) est la plus grande organisation non gouvernementale au monde consacrée à la prévention, au diagnostic et au traitement de l'ostéoporose et des maladies musculo-squelettiques associées. Les membres de l'IOF incluent 216 sociétés, qui ?uvrent ensemble pour faire de la santé des os, articulations et muscles une priorité sanitaire à l'échelle mondiale. http://www.iofbonehealth.org

Contact:

Charanjit K. Jagait
Directeur des communications
Tél.: +41-22-9940102
Portable: +41-79-8745208
cjagait@iofbonehealth.org



Plus de communiques: The International Osteoporosis Foundation (IOF)

Ces informations peuvent également vous intéresser: