PRESSEPORTAL Presseportal Logo
Alle Storys
Folgen
Keine Story von ASIN - Action pour une Suisse indépenda mehr verpassen.

06.05.2006 – 12:00

ASIN - Action pour une Suisse indépenda

Les 20 ans de l'ASIN: Assemblée générale avec des conférenciers de haut vol - "Autonomie et créativité au lieu d'adhésion à l'UE"

Berne (ots)

L'Assemblée générale, à laquelle 1000 membres et
invités de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) ont
assisté le samedi 6 mai à Berne, était entièrement consacrée au
"domaine-clé" de l'ASIN, c'est-à-dire à la politique européenne de la
Suisse. Les trois conférenciers de haut vol invités par l'ASIN pour
le 20e anniversaire de son existence, le Dr. Klaus von Dohnanyi,
ancien ministre fédéral SPD et premier maire de Hambourg,
l'entrepreneur et financier Dr. Tito Tettamanti ainsi que le
Professeur Dr. Franz Jaeger de l'Université de St- Gall, ont analysé
l'essence des rapports entre la Suisse et l'UE et leurs relations et
ils ont mis le public en garde contre une intégration de notre pays à
l'UE tant dans une optique politique qu'économique. L'Assemblée a par
ailleurs adopté une résolution et donné le feu vert au Comité pour
élaborer une initiative populaire. Selon cette dernière, le Conseil
fédéral ne doit plus pouvoir signer des contrats qui intègrent notre
pays sur le plan institutionnel à des organisations internationales
et qui engagent la Suisse à reprendre la législation consécutive.
Le président de l'ASIN et Conseiller national Dr. Pirmin Schwander
a souligné dans la salle de l'hôtel "National" que les 20 années de
lutte de l'ASIN ( fondée en 1986 par Christoph Blocher et Otto
Fischer) en tant que lobby interpartis pour défendre la liberté,
l'indépendance et la neutralité ont porté leurs fruits. C'est en
grande partie le mérite de l'ASIN si l'on a réussi à éviter une
adhésion lourde de conséquences à l'EEE/UE et si on a pu renforcer de
la sorte la voie bilatérale. L'ASIN va poursuivre son combat aussi
longtemps que les biens les plus élevés de notre Etat sont mis en
danger par la politique d'alignement pusillanime, pratiquée à Berne.
Pour remplir le mandat constitutionnel, Schwander a revendiqué une
armée de milice moderne "dans le propre pays et pour le propre pays"
en guise d'instrument de défense et de protection également contre
les menaces modernes. L'ASIN s'oppose à "l'étape de développement
08/11" parce qu'elle est anticonstitutionnelle et inadéquate. Elle
demande également que l'on renonce à des engagements militaires
supplémentaires à l'étranger et que l'on mette un terme à "l'exercice
alibi Swisscoy" coûteux et insensé au Kosovo.
Dohnanyi: Oui à la bilatéralité créative, non au moloch Bruxelles
Selon le Dr. Klaus von Dohnanyi, la Suisse doit, en tant que pays
situé au coeur de l'Europe et microcosme de l'histoire européenne,
répondre à la question suivante: comment conserver devant
l'intégration européenne nos spécificités, sans nuire à nos intérêts
économiques? La réponse à cette question doit notamment prendre en
considération le fait que la Suisse a réussi depuis plus de 350 ans à
se tenir en dehors des conflits guerriers des grands voisins grâce à
une politique de neutralité systématique. Elle est devenue en lieu et
place le pays où la Croix-Rouge a vu le jour et elle est aujourd'hui
le site de nombreuses institutions d'entente entre les nations et
d'entreprises internationales de la finance et de l'industrie. Une
cause déterminante de ce succès unique d'une nation dans l'histoire
réside dans notre Constitution libérale-démocratique et dans le
principe de la responsabilité propre.
Dohnanyl a émis la mise en garde suivante: une adhésion à l'UE
"qui est une organisation dont les structures politique et de
direction sont incertaines encore aujourd'hui", détruirait
inévitablement les particularités uniques de la Suisse. À l'avenir,
les décisions ne seraient plus prises par les citoyens suisses, mais
par le "moloch bureaucratique à Bruxelles" ou un Parlement éloigné et
la Suisse pourrait perdre de la sorte ses avantages économiques. Il a
plaidé en faveur d'une stratégie intelligente vis-à-vis du processus
d'européanisation et de globalisation en cours. Cette voie doit se
poursuivre de manière bilatérale et créative en préservant les
intérêts suisses et en continuant à prendre ses décisions soi-même.
Tettamanti: le refus des réalités par les europhiles
Dans son optique d'entrepreneur, le Dr. Tito Tettamanti a plaidé
en faveur d'un non clair et net à une adhésion de la Suisse à l'UE.
Les Suisses désireux de rallier l'UE en proie à des crises - l'UE des
règlements, des impôts élevés et de l'impuissance -, souffrent d'un
refus des réalités. Les trois fondateurs de l'UE, le Français Robert
Schumann, l'Allemand Konrad Adenauer et l'Italien de Gasperi, avaient
à l'origine en tête un idéal élevé en revendiquant "Plus jamais de
guerre". "Mais le monde change et chacun le sait: cet objectif est
atteint, la France et l'Allemagne ne vont plus jamais se livrer de
guerre." L'UE fournit des réponses valides à un passé révolu depuis
longue date alors qu'elle est désemparée devant les défis futurs.
Tettamanti a cité notamment l'islamisme, la crise financière et
morale de l'Etat social, l'immigration et les superpuissances
émergeantes que sont la Chine et l'Inde: "Pour ces problèmes, l'UE ne
dispose d'aucune stratégie et ce sont les Etats nationaux qui
cherchent à maîtriser la nouvelle situation", a constaté Tettamanti.
Pour la Suisse, une adhésion à l'UE ne comporte pas d'avantages
économiques. Avec leur faible taux de chômage ainsi que leur
endettement et fiscalité comparativement modérés (taxe sur la valeur
ajoutée de 7,6 au lieu de 15% au moins), les citoyens suisses se
portent mieux que bien d'autres. Tettamanti a qualifié "l'adhésion
avec des exceptions" préconisée par le PS de rêverie diurne:
"Existe-t-il réellement des gens suffisamment naïfs pour croire que
450 millions de personne sont prêtes à modifier leurs règles durement
 acquises simplement pour faciliter la vie à sept millions de Suisses
aisés?" La question importante est la suivante: comment pouvons-nous
défendre le mieux les intérêts de notre petit Etat? La réponse de
Tettamanti est la suivante: "Si nous continuons à vouloir rester
indépendants et acceptons de travailler également à l'avenir plus que
d'autres, alors la Suisse a de bonnes chances de connaître un avenir
prometteur."
Jaeger: Diversification de la politique du commerce extérieur au
lieu de se fixer sur l'UE
En tant que professeur libéral en économique, le  Dr. Franz Jaeger
a plaidé résolument en faveur d'un "nouvel équilibre au niveau de la
politique du commerce extérieur". Il est un fait indéniable qu'en
comparaison avec les Etats membres de l'UE, la Suisse connaît une
prospérité économique au-dessus de la moyenne. Son intégration à la
zone Euro priverait notre pays de ses opportunités de croissance
globale. Jaeger a émis la mise en garde suivante: les risques
énormes qui en résulteraient pour les taux d'intérêt, d'inflation et
de chômage ainsi que ceux dans le secteur de l'endettement public
l'emporteraient largement sur les éventuels avantages que
comporterait pour la Suisse le marché intérieur de l'UE. En
sacrifiant le franc suisse en faveur de l'Euro, la Banque nationale
suisse déléguerait sa politique d'inflation, d'intérêts bas et de
stabilisation des cours de change très performante à la Banque
centrale européenne.
L'inflation et les intérêts seraient alors par la force des choses
appelés à s'a ligner au niveau sensiblement plus élevé dans l'UE. Les
dettes d'Etat et sociales, mais également nos dettes hypothécaires
énormes (qui atteignent bientôt un billion de francs) renchériraient
par la suite de 65%.
Jaeger a insisté sur le fait qu'il est en revanche nécessaire
d'envisager une libéralisation et une ouverture globales de notre
marché intérieur aux marchandises, prestations de service, capital et
travail. De plus, la politique du commerce extérieur suisse doit
renoncer à une fixation isolée sur l'UE et viser une ouverture
économique globale en direction du Proche-Orient, de la Scandinavie,
de l'Europe de l'Est, de l'Asie et de l'Amérique.

Contact:

Pirmin Schwander, Präsident AUNS, +41/79 /400'29'93
Hans Fehr, Geschäftsführer AUNS, +41/79/341'54'57
Werner Gartenmann, Geschäftsführer Stv., +41/79/222'79'73
E-Mail: auns@auns.ch
Internet: www.asin.ch
Konto: PC 30-10011-5

Weitere Storys: ASIN - Action pour une Suisse indépenda
Weitere Storys: ASIN - Action pour une Suisse indépenda