Alle Storys
Folgen
Keine Story von Gesellschaft Schweizer Tierärztinnen und Tierärzte (GST) mehr verpassen.

Gesellschaft Schweizer Tierärztinnen und Tierärzte (GST)

Sécurité alimentaire : La Société des vétérinaires suisses SVS soutient les mesures de l'OVF

La Société des Vétérinaires Suisses (SVS) a pris connaissance avec
étonnement et déception de la réaction du groupe de travail pour
l'abaissement des charges administratives (Arbeitsgruppe zur Senkung
des administrativen Aufwand) de l'Union Suisse des Paysans au sujet
des mesures de contrôle proposées par l'office vétérinaire fédéral
OVF. Elle regrette que cette organisation ne réalise pas que ces
mesures sont l'occasion de regagner la confiance des consommateurs
et, de par-là, d'améliorer la situation de ses membres dans un marché
agricole particulièrement difficile.
Les mesures entrées en vigueur le 1er février dernier doivent
contribuer à augmenter la confiance des consommateurs envers les
denrées alimentaires indigènes d'origine animale. Elles prévoient en
particulier un contrôle périodique des exploitations par un
vétérinaire officiel, différents du vétérinaire traitant. Par ce
moyen les agriculteurs pourront faire encore mieux valoir la qualité
de leurs produits et le risque de conflit d'intérêt pour les
vétérinaires praticiens sera supprimé.
Le vétérinaire d'exploitation, dont le rôle a été défini par la
SVS comme le conseiller et le partenaire de l'agriculteur dans
l'ensemble des productions animales, pourra ainsi se consacrer
entièrement à cette tâche, laissant à son collègue officiel la charge
de contrôler que les normes exigées en matière de santé animale,
d'obligation d'annonce de l'emploi d'antibiotiques et de trafic
d'animaux sont respectées.
Ce système à deux niveaux peut, à première vue, paraître lourd
mais il garantit à la fois la qualité des produits et l'indépendance
des différents acteurs des productions animales.
La Société des vétérinaires suisses espère donc que l'Union Suisse
des Paysans reviendra sur les affirmations formulées par son groupe
de travail et comprendra que l'intérêt de la paysannerie suisse passe
par des contrôles indépendants effectués par des personnes
qualifiées. Elle souhaite également qu'un système de rétributions
équitables de ces tâches soit mis en place car la responsabilité de
tels contrôles doit également être honorée à sa juste valeur. Il en
va de la crédibilité de ces contrôles et, partant, de la survie à
long terme de l'agriculture suisse.

Contact:

Charles Trolliet, chargé de communication, tél. +41 21 731 13 56 ou
Olivier Flechtner, membre de la direction, tél. +41 76 343 03 78.
[ 003 ]