Schweizerischer Bauernverband

L'Union suisse des paysans propose un train de mesures pour renforcer l'agriculture suisse

      Brugg (ots) - L'Union suisse des paysans (USP) a présenté un
premier train de mesures visant à renforcer l'agriculture suisse
lors d'une conférence de presse tenue à Berne. Actuellement,
l'agriculture et notre politique agricole font de toute part l'objet
de fortes pressions (Politique agricole 2007, OMC, Accords
bilatéraux avec l'UE, mesures d'économies de la Confédération) et
sont tiraillées entre des intérêts diamétralement opposés. Dans
cette situation, il est indispensable de donner aux familles
paysannes suisses de nouvelles perspectives et d'encourager leur
esprit d'entreprise. C'est pourquoi l'USP s'efforce d'optimiser
certains segments d'activité, sans pour autant vouloir remettre en
question les acquis en matière d'écologie, de protection des animaux
ou encore de qualité.

    Dans son discours d'introduction, Hansjörg Walter, conseiller national et président de l'USP, a fait un bref portrait de la situation actuelle des familles paysannes suisses:

    «L'agriculture suisse traverse une phase particulièrement difficile. En politique intérieure, la Politique agricole (PA) 2007 progresse inexorablement. De nouvelles coupes budgétaires s’inscrivant dans les programmes d’allègement pourraient diminuer encore le montant des moyens financiers alloués à l’agriculture par la Confédération. En politique extérieure, les points marquants sont la mise en oeuvre des Accords bilatéraux avec l’UE et les concessions que la Suisse devra certainement faire dans le cadre du cycle déterminant de Doha de l’OMC. Quant aux négociations du volet agricole de l’OMC, elles seront certainement encore plus douloureuses et provoqueront des pertes supplémentaires en raison, notamment, d’un accès facilité aux marchés.»

    Hansjörg Walter a par ailleurs évoqué la pression que les milieux économiques exercent sur la politique agricole et commerciale suisse en vue d'une poursuite de la libéralisation et de l'ouverture des marchés, déplorant que «dans le même temps, les milieux de la protection de l’environnement, des animaux et des consommateurs continuent à faire énergiquement pression pour durcir leurs prescriptions». L'agriculture se trouve ainsi prise en sandwich entre deux pôles et deux tendances diamétralement opposés.

    L'USP réagit à ces pressions et relève ces défis en proposant une stratégie globale. Le Conseiller national John Dupraz et Joseph Dissler, les deux vice-présidents de l'USP, ont pour leur part présenté un premier train de mesures axé sur les points suivants:

    - Encouragement de la production d'énergie à base de matières premières renouvelables, c'est-à-dire des carburants à base végétale. - Simplification du droit en matière d'aménagement du territoire et de construction. - Simplification des formalités concernant le recrutement de main d’œuvre. - Déréglementation des marchés des moyens de production agricoles. - Simplification des prescriptions concernant la détention d'animaux. - Optimisations dans le domaine de la protection de l'environnement. - Coordination des contrôles. - Allègement des taxes fiscales grevant l'agriculture. - Soutien à la création d'une assurance récolte. - Octroi aux familles paysanne du droit de recevoir des aides sociales.

    Jacques Bourgeois, directeur de l'USP, a calculé que l'avantage financier qui découlerait d'une application complète des mesures proposées «devrait de loin dépasser les 500 millions de francs par an», assurant que l'USP s'engagera pour la mise en œuvre des mesures proposées et qu'elle veillera à ce qu'elles soient prises en compte dans la Politique agricole 2011. Mais pour cela, l'USP a besoin du soutien de politiciens de tous les partis et des autres organisations suisses.

    S'adressant aux personnes qui pourraient critiquer ce catalogue de mesures, M. Bourgeois a tenu à souligner qu'il ne saurait être question pour l'USP de «remettre en question les acquis dans les domaines de l’écologie, de la protection des animaux et de la qualité des produits» car les familles paysannes suisses dépendent en fin de compte des consommateurs et de leurs sensibilités.

    Les textes des exposés de Hansjörg Walter et de Jacques Bourgeois, de même que le catalogue détaillé des mesures proposées, peuvent être consultés sur le site www.sbv-usp.ch (rubrique «Médias»).

Renseignements: Hansjörg Walter, président, 079 404 33 92 John Dupraz, vice-président, 079 310 08 04 Josef Dissler, vice-président, 079 674 80 81 Jacques Bourgeois, directeur, 079 219 32 33 Urs Schneider,directeur adjoint et responsable Etat-major / communication, 079 438 97 17 Roland Furrer, responsable adjoint Etat-major / communication, 079 432 29 15

www.sbv-usp.ch



Weitere Meldungen: Schweizerischer Bauernverband

Das könnte Sie auch interessieren: