Arbeitgeber Banken

«Les banques en Suisse: la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée s'accroît»

«Les banques en Suisse: la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée s'accroît»
Barend Fruithof, président d?Employeurs Banques, met en garde contre l?accroissement de la pénurie de main-d??uvre qualifiée dans le secteur bancaire (Journée Employeurs des banques en Suisse 2016 du 9 septembre 2016, Hôtel Baur au Lac, Zurich). L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous ...

Bâle/Zurich (ots) - Foisonnement réglementaire, situation économique et réforme de la prévoyance vieillesse: tels sont les trois plus importants défis posés aux responsables du personnel des banques en Suisse selon le sondage du Moniteur Employeurs Banques 2016. Par ailleurs, la pénurie de main d'oeuvre qualifiée s'est accrue, alors même que les banques prennent de nombreuses mesures pour mieux exploiter le potentiel offert par la main-d'oeuvre indigène. La Société des employés de commerce lancera dès 2017 le programme «Arbeitskompetenz 4.0» («Compétence professionnelle 4.0») en collaboration avec Employeurs Banques. Ce programme est principalement axé sur le renforcement du potentiel des collaborateurs plus âgés.

La deuxième Journée Employeurs des banques en Suisse a réuni aujourd'hui des représentants du monde politique et économique, avec, comme invité d'honneur et conférencier, Jörg Gasser, le Secrétaire d'Etat aux questions financières internationales. Thème principal: les résultats du sondage du Moniteur Employeurs Banques 2016, qui montre que les craintes des responsables du personnel des banques en Suisse évoquées l'an dernier se sont accrues en 2016.

«La pénurie de main-d'oeuvre qualifiée dans le secteur bancaire s'est une nouvelle fois considérablement accrue par rapport à l'année dernière. Par conséquent, les banques ont plus que jamais besoin de conditions-cadres libérales de qualité», explique Barend Fruithof, président d'Employeurs Banques. «Citons à ce titre des simplifications et des adaptations à la réalité du travail actuelle. Un premier pas dans cette direction a été franchi: la nouvelle Convention sur la saisie du temps de travail rencontre un écho très favorable parmi nos membres.»

Le foisonnement réglementaire comme principal défi

La principale source d'inquiétude pour les banques demeure le foisonnement réglementaire, raison pour laquelle Employeurs Banques continuera de s'opposer aux nouvelles interventions étatiques sur le marché du travail. L'avenir de la prévoyance professionnelle vient au deuxième rang des craintes des responsables du personnel. Mais, parmi toutes les réformes de politique intérieure, c'est dans ce domaine qu'ils perçoivent le potentiel le plus élevé. Employeurs Banques s'oppose clairement à l'initiative AVSplus et considère que le financement à long terme de l'AVS doit être assuré dans le cadre du projet de réforme «Prévoyance vieillesse 2020». La situation économique générale occupe la troisième position, avec, comme corollaire, l'avenir des bilatérales et le maintien de la libre circulation des personnes.

S'il veut maintenir son rang au niveau international, le secteur bancaire suisse ne pourra pas se passer de collaboratrices et collaborateurs étrangers hautement qualifiés. La pénurie de main-d'oeuvre qualifiée pour les banques s'est une nouvelle fois considérablement accrue par rapport à l'an dernier. Les responsables du personnel ressentent cette pression et éprouvent des difficultés pour le recrutement de personnel qualifié, cette tâche devenant de plus en plus chronophage.

Renforcer l'employabilité des collaborateurs

Aujourd'hui déjà, les banques s'engagent résolument pour un recours accru au potentiel de main-d'oeuvre indigène. Ce dernier est toutefois limité: le secteur bancaire compte plus de postes à pourvoir que de chômeurs. L'utilisation du potentiel national requiert notamment un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle ainsi qu'une volonté de travailler au-delà de l'âge de la retraite. Le Moniteur Employeurs Banques 2016 montre cependant que peu de collaborateurs sont intéressés à rester plus longtemps dans la vie active.

Afin de renforcer de façon ciblée l'employabilité des collaborateurs du secteur bancaire, et plus particulièrement des collaborateurs plus âgés, la Société suisse des employés de commerce et Employeurs Banques lancent le cours «Arbeitskompetenz 4.0» («Compétence professionnelle 4.0»), sanctionné par un certificat. Cette formation composée de différents modules englobe le perfectionnement individuel en finance, les compétences de travail et d'apprentissage numériques, l'autogestion associée aux tendances du marché et une analyse de potentiel ainsi qu'un coaching en développement portant sur le savoir-faire requis par le marché du travail. Le cours compte quelque 180 heures de formation et sera proposé pour la première fois en 2017 à Zurich (puis à Baden et Bâle). Les collaborateurs bancaires intéressés bénéficient des subventions aux frais de cours accordées par Employeurs Banques.

Employeurs Banques

Employeurs Banques représente tous les groupes bancaires dans toutes les régions de Suisse, défend les intérêts patronaux des banques et milite en faveur de conditions cadres attrayantes et compétitives sur la place financière suisse. Pilier de la convention collective de travail du secteur bancaire, l'association assure la paix sociale. Employeurs Banques est membre de l'Union patronale suisse (UPS). www.employeurs-banques.ch

Indication: Des images sont distribuées aujourd'hui à 12h30 par KEYSTONE et peuvent être téléchargées sous: http://www.presseportal.ch/fr/nr/100060289

Contact:

Balz Stückelberger, Directeur, responsable Droit et Partenariat 
social, balz.stueckelberger@arbeitgeber-banken.ch, tél. 079 628 20 28

Pia Guggenbühl, Directrice adjointe, responsable Communication et
Public Affairs, pia.guggenbuehl@arbeitgeber-banken.ch, tél. 079 566
60 10

Fichiers multimédias
3 fichiers

Ces informations peuvent également vous intéresser: