Verein "Nein zur 2. Gotthardröhre", "Non au 2e tube au Gothard", "No al raddoppio del Gottardo"

La réfection est une arnaque coûtant des milliards à la Suisse

Berne (ots) - La votation sur le Gothard du 28 février 2016 est une énorme escroquerie. On veut faire croire au peuple que le tunnel routier existant doit être rénové de toute urgence alors qu'il pourrait être exploité sans problème après avoir subi de minimes travaux d'entretien, tel que le communiquaient les autorités fédérales récemment. L'assainissement n'est rien d'autre qu'un prétexte pour percer un 2e tunnel et de doubler les capacités routières au Gothard. L'association « Non au 2e tunnel au Gothard », qui a lancé le référendum contre le 2e tunnel, soutenait ce point de vue lors d'une conférence de presse à Berne. Très rapidement, 2 millions de camions en transit traverseront la Suisse et feront de notre pays un enfer de transit. Ce qui déprécierait énormément les investissements faits au Gothard. Le plus long tunnel ferroviaire du monde sera inauguré cette année encore.

Le projet de loi du Gothard repose sur de fausses suppositions. C'est l'Office fédéral des routes OFROU lui-même qui a modifié ces dernières semaines les bases décisionnelles qui avaient permis au Conseil fédéral et au Parlement à prendre une décision. De toute évidence, le tunnel du Gothard est en bien meilleur état qu'il avait été admis jusqu'alors. Selon l'OFROU, le tunnel peut être exploité pendant au moins 20 ans sans problème sans devoir être fermé la journée. « Les informations à l'intention du Parlement et maintenant de la population sont trompeuses, contradictoires et peu sérieuses », critiquait Evi Alleman, conseillère nationale bernoise et présidente de l'Association transports et environnement ATE.

Jon Pult, président de l'Initiative des Alpes et coprésident de l'association « Non au 2e tunnel au Gothard » affirmait que le projet soumis à la votation était une attaque frontale à la Constitution. « Des faits en béton et acier seront créés et le transit routier encouragé. Personne ne croit sérieusement que seules deux des quatre voies seront exploitées pleinement une fois construites. » Le Conseil fédéral et le Parlement sabote la politique des transports pratiquée jusqu'à aujourd'hui qui vise le transfert des marchandises de la route au rail. Au lieu de cela, les capacités routières seront doublées et bientôt 2 millions de camions traverseront la Suisse.

Plutôt que de gaspiller trois autres milliards pour une construction superflue au Gothard, les ressources limitées devraient être mises à disposition des régions urbaines où les pendulaires restent quotidiennement bloqués dans des embouteillages - et non au Gothard où le nombre de véhicules n'est pas plus élevé que dans le centre d'une petite ville suisse. « Si l'argent est englouti pour une variante de luxe au Gothard, il manquera pour résoudre les immenses problèmes de circulation dans les agglomérations, constatait Daniel Brélaz, syndic de Lausanne et conseiller national, qui ajoutait que cela n'était pas seulement valable pour la Suisse romande mais pour toutes les villes suisses. »

Mario Branda, maire de Bellinzone, a lancé un appel à une solidarité véritable avec le Tessin : un 2e tunnel routier serait un « cadeau empoisonné ». Le Tessin a toujours voté non au 2e tunnel. Ce n'est pas par hasard si les maires bourgeois de Chiasso et Mendrisio eux-aussi rejettent clairement un 2e tunnel. Aujourd'hui déjà, la pollution atmosphérique au Tessin est telle que toute augmentation de trafic détériorerait massivement la qualité de la vie et ferait s'accroître le nombre des affections dues à la pollution. Pour cette raison, Mario Branda espère instamment que le reste de la Suisse se montre solidaire et vote NON.

« Un deuxième tunnel au Gothard n'est pas compatible à une époque où tous les Etats du monde se sont engagés à atteindre des objectifs climatiques ambitieux », souligne Thomas Vellacott, CEO du WWF Suisse. Sur la voie pour atteindre ses propres objectifs climatiques, le doublement du nombre de camions au Gothard représenterait pour la Suisse un sérieux revers.

La Suisse a investi des milliards dans les NLFA afin de transférer au rail le transport de marchandises en transit par les Alpes tel que le requiert le peuple depuis des années. « Les chemins de fer ont les moyens et leur personnel a la volonté de transporter les marchandises et les voyageurs par le rail », expliquait Giorgio Tuti, président du Syndicat du personnel des transport SEV et vice-président de l'USS, Union syndicale suisse.

L'invité surprise Pedro Lenz, écrivain bernois et membre du collectif d'écrivains « Bern ist überall » veut éviter que la Suisse ne se fasse du tort à elle-même. L'auteur du livre « Der Goalie bin ig » (Le gardien c'est moi) a lu un texte et plaidé pour un NON le 28 février.

Le référendum contre le 2e tunnel routier au Gothard a été remis début 2015 avec plus de 125 000 signatures au lieu des 50 000 nécessaires. De nombreuses signatures provenaient des cantons du Gothard, Uri et le Tessin. Plus de 50 organisations se sont regroupées au sein de l'association « Non au 2e tunnel au Gothard ».

Contact:

- Caroline Beglinger, coprésidente de l'association « Non au 2e
tunnel au Gothard » et codirectrice de l'ATE, 079 310 11 86
- Jon Pult, coprésident de l'association « Non au 2e tunnel au
Gothard » et président de l'Initiative des Alpes, 076 508 16 33
- Daniel Brélaz, syndic de Lausanne et conseiller national, 021 315
22 00
- Evi Alleman, conseillère nationale, présidente de l'Association
transports et environnement ATE, 079 560 72 94
- Mario Branda, maire de Bellinzone, 091 825 27 50
- Giorgio Tuti, président du SEV et vice-président de l'USS, 079 221
45 64
- Thomas Vellacott, CEO WWF, 079 291 95 72



Plus de communiques: Verein "Nein zur 2. Gotthardröhre", "Non au 2e tube au Gothard", "No al raddoppio del Gottardo"

Ces informations peuvent également vous intéresser: