Forum Helveticum

Trop de suisse-allemand menace la cohésion nationale
Le Forum Helveticum veut dépasser la controverse « dialecte contre allemand »

Documents et informations

Lenzbourg/Berne (ots) - Le dialecte tout comme l'allemand font partie de l'identité linguistique de la Suisse alémanique. Lors d'un colloque du Forum Helveticum, qui a réuni lundi 80 spécialistes à Berne, un certain nombre de mesures concrètes permettant de dépasser la controverse dialecte-allemand ont été évoquées. Les Hautes écoles pédagogiques de Suisse alémanique pourraient par exemple inciter les futurs enseignants à s'exprimer dans un allemand « suisse ». Les médias électroniques ont également un rôle important à jouer.

80 spécialistes provenant de toutes les régions linguistiques ont participé le 24 juin à Berne au colloque « MULTILINGUA - DIALECTE ET COMPRÉHENSION INTERCULTURELLE ». Plusieurs mesures importantes destinées à améliorer les aspects problématiques de la thématique dialecte-allemand, tirées d'un catalogue de propositions, ont été adoptées dans le cadre d'ateliers et d'une table ronde prestigieuse. Les discussions ont montré que des mesures urgentes sont nécessaires, surtout dans les domaines de la formation, de l'école et des médias électroniques, afin que la Suisse ne soit pas confrontée à de sérieux problèmes liés aux langues et à la compréhension interculturelle, aussi bien au niveau national qu'international. Le Forum Helveticum entamera la concrétisation des premières mesures lors de la deuxième moitié de 2013.

Avec le projet « Multilingua », prévu sur le long terme, le FH se consacre - en tant que « Forum pour la compréhension linguistique et culturelle » et en collaboration avec ses partenaires - aux nouveaux développements à la croisée du dialecte, de l'allemand et de la compréhension entre les régions linguistiques. La variété et la vitalité des dialectes en Suisse constituent indéniablement une richesse pour notre pays. Cependant, de bonnes connaissances en allemand permettent un contact aisé avec tout l'espace germanophone, sont un atout professionnel et renforcent les contacts entre Suisses et donc la cohésion nationale. C'est pourquoi plusieurs propositions du catalogue de mesures portent sur la promotion de l'allemand et un usage décomplexé de cette langue en Suisse alémanique.

Dans les ateliers, il y avait consensus sur le fait que dialecte et allemand ne doivent pas être considérés comme des antagonistes et que sur cette base il est possible de trouver des solutions allant au-delà du débat polarisé sur les relations entre dialecte et allemand. Parmi les mesures prioritaires à adopter nous trouvons la formation (continue) du corps enseignant en Suisse alémanique. Celui-ci devrait apprendre et enseigner une approche décomplexée de l'allemand et « avoir le courage de parler un allemand suisse ». La proposition s'adresse aux Hautes écoles pédagogiques et aux associations d'enseignants. Une autre priorité concerne la sensibilisation dans toutes les régions linguistiques sur le fait que le plurilinguisme (et en Suisse alémanique aussi l'allemand) est une importante valeur ajoutée et que l'enseignement des langues nationales reste un pilier fondamental de l'identité suisse. Le rôle essentiel de la SSR a également été relevé dans tous les ateliers, avec le souhait que des mesures supplémentaires soient prises concernant la thématique dialecte-allemand, par ex. au niveau des émissions télévisées de SRF, dans lesquelles les deux variantes linguistiques sont mélangées. En même temps, les nouveaux efforts de la SSR dans le domaine des échanges interculturels ont été appréciés.

Les participants de la table ronde ont rebondi directement sur certaines propositions issues des ateliers. Beat Zemp, président central de l'association faîtière des enseignants alémaniques, trouvait par ex. que la thématisation de la diglossie alémanique avec ses variantes de dialecte et d'allemand devrait faire partie de la formation de base des enseignants alémaniques. De même Hans Ambühl, secrétaire général de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique, souhaiterait une attitude plus consciente envers ce thème de la diglossie dans les écoles alémaniques, ainsi que le développement d'instruments didactiques pour le plurilinguisme au niveau suisse. Verio Pini, secrétaire de la Députation tessinoise aux Chambres fédérales, apportait le point de vue d'une minorité linguistique. Il a confirmé le reproche souvent entendu que l'utilisation irréfléchie du dialecte constitue un obstacle certain pour la communication interculturelle. Un travail de sensibilisation dans toutes les régions linguistiques et un enseignement des langues nationales conséquent pourraient cependant apporter des signaux positifs dans l'ensemble du débat, a conclu Pini.

Le catalogue de mesures et d'autres documents se touvent sur le site www.forum-helveticum.ch

_____________________________________________________________________ 

Affirmations et revendications tirées du catalogue de mesures:

- Le recours à l'allemand doit devenir un fait naturel en Suisse 
alémanique, comme cela convient à ce qui est la première langue 
nationale du pays ! 
- De bonnes compétences en allemand dans la population alémanique 
sont essentielles pour la cohésion nationale ! 
- Un travail de sensibilisation doit avoir lieu dans toutes les 
régions linguistiques ! 
- A l'école enfantine, il s'agit de trouver un bon équilibre entre 
allemand et dialecte ! 
- La SSR peut prendre des mesures supplémentaires concernant la 
thématique allemand-dialecte ! 
- La thématique doit être prise en compte dans la formation 
(continue)
du corps enseignant ! 
- Le dialecte doit être partie intégrante du débat sur l'enseignement
des langues en Suisse ! 

Contact:

Paolo Barblan, directeur du Forum Helveticum
Case postale
5600 Lenzbourg 1
Tél: 062 888 01 25
Fax: 062 888 01 01
E-Mail: info@forum-helveticum.ch
Web:www.forum-helveticum.ch



Plus de communiques: Forum Helveticum

Ces informations peuvent également vous intéresser: