ARTCOSS

L'interruption de grossesse est une affaire qui nous concerne tous, elle doit être remboursée par l'assurance de base

Monthey (ots) - Nous, les conseillères et conseillers en santé sexuelle de l'ARTCOSS, nous opposons à l'initiative qui veut supprimer le remboursement de l'interruption de grossesse. Nous sommes indignés-es par le manque de solidarité qu'elle exprime.

La connaissance des multiples réalités que nous rencontrons lors des entretiens dans les services de planning familial nous permet d'affirmer que personne n'est à l'abri d'une interruption de grossesse. Elle concerne des femmes de toutes religions, de tous âges, de toutes classes sociales, de toutes convictions. La fertilité des femmes dure entre 35 et 40 ans et n'est pas toujours facile à gérer. Aucune contraception n'est sûre à 100%, maîtriser sa fécondité est illusoire sauf dans le choix d'une abstinence.

Aucune femme, aucun couple, ne se met intentionnellement dans la situation de devoir décider de garder ou d'interrompre une grossesse. Cette décision est complexe; la plupart des femmes rencontrées disent n'avoir jamais imaginé devoir la prendre, «cela ne pouvait pas leur arriver»! Quelle femme, quel couple paierait donc une assurance complémentaire dans cette éventualité?

Grâce à la prévention et à l'accès à la contraception, la Suisse a le taux le plus bas d'Europe avec 6,8 interruptions de grossesse pour 1'000 femmes de 15 à 44 ans et leur remboursement ne représente que 0,02% des dépenses de santé. Nous revendiquons donc de continuer à accepter et à partager le poids social que représentent les interruptions de grossesse dans toute société: elles ont toujours existé et existeront toujours; de rester solidaires entre hommes et femmes, entre les personnes qui ont un parcours de fertilité sans accident et celles qui se trouvent face à une grossesse imprévue.

Contact:

ARTCOSS
Eliane Launaz
Mobile: +41/79/207'14'52


Ces informations peuvent également vous intéresser: