World Engineers' Convention (WEC) 2011

Les ingénieurs se font entendre
Avec 1800 participants, issus de 85 pays, la World Engineers' Convention 2011 qui s'est déroulée à Genève, est devenue le rendez-vous international du monde de l'énergie

Genève (ots) - Du 4 au 9 septembre 2011, les experts du monde entier se sont penchés sur l'une des questions les plus urgentes du moment: comment pouvons-nous mettre à disposition de toutes les personnes sur terre suffisamment d'énergie, tout en préservant notre environnement pour les générations futures? Lors de son discours d'inauguration de la World Engineers' Convention (WEC) 2011, la conseillère fédérale Doris Leuthard a rappelé qu'il était nécessaire de tout mettre en oeuvre afin de réduire la consommation de ressources. Au cours de ces dernières années et décennies, le perfectionnement des technologies déjà existantes a déjà permis de faire des progrès. «Mais nous devons faire encore davantage. Nous devons nettement améliorer les conditions cadres en faveur d'une forte performance novatrice dans le domaine du cleantech. Cela signifie qu'il faut surtout investir dans les domaines de la formation et de la recherche, ainsi que dans le transfert de connaissances des Hautes écoles aux entreprises. Il nous faut des produits financièrement viables pour les consommateurs. Et il nous faut de nouvelles solutions technologiques, tant au niveau des transports, de la production et de l'approvisionnement d'énergie, qu'au niveau de la communication.»

L'Appel de Genève

L'ensemble des ingénieurs a répondu à cette question en adoptant l'Appel de Genève. Ruedi Noser, conseiller national et président de la WEC 2011: «Toutes les ressources énergétiques disponibles doivent être prises en considération. De plus, l'utilisation efficace de ces énergies est un élément déterminant.» L'Appel affirme également que les technologies nécessaires sont déjà disponibles ou font l'objet d'expérimentations pilotes. Désormais, la politique doit également s'impliquer, explique Ruedi Noser: «Le passage à un approvisionnement énergétique faible en émissions CO2 va engendrer des coûts. Il faut désormais s'efforcer de le rendre attrayant, afin que les coûts puissent être assumés.»

La jeune génération s'engage

L'Appel est également encouragé par les jeunes ingénieurs; ils étaient plus de 400 à Genève. Une partie d'eux s'est d'ailleurs déjà penchée sur des questions concrètes : dans le cadre de groupes internationaux, ils ont élaboré des solutions qui ont été primées à la WEC 2011.

En plus des nombreux exposés et discussions articulés autour de sept thèmes principaux, comme la production et l'utilisation de l'énergie, les bâtiments et les «Megacities», jusqu'à la mobilité, des sessions spéciales ont eu lieu, par exemple au sujet des récents événements de Fukushima ou de la situation au Chine et aux États-Unis.

Lieu de rencontre pour les ingénieurs du monde

Des organisations internationales, telles que la WFEO, FEANI et EYE ont eu l'occasion de se rencontrer lors de la WEC 2011. Ainsi, les organisateurs, à savoir la SIA, Swiss Engineering, Electrosuisse, FTAL et SATW, ont réussi à réunir pendant une semaine les ingénieurs et les chercheurs du monde entier et de les faire rencontrer des représentants du monde politique et économique.

Un DVD présentant un film étonnant ainsi que les impressions de la WEC 2011, sera disponible d'ici peu. Commande: Corinne Tavernier, SIA, corinne.tavernier@sia.ch .

Kit médias, Geneva Declaration, photos sous:
www.wec2011.org/Media_Corner 

Contact:

Christa Rosatzin
Sprachwerk GmbH
8005 Zurich
Tél.: +41/44/445'19'94
E-Mail:media@wec2011.org
Internet: www.sprachwerk.ch



Plus de communiques: World Engineers' Convention (WEC) 2011

Ces informations peuvent également vous intéresser: