Travail.Suisse

Le Parlement ne reconnaît pas pour les familles les signes du temps

Bern (ots) - Une fois de plus, le Parlement est déphasé par rapport à l'exigence de plus de congé pour chacun des parents. Travail.Suisse, l'organisation indépendante des travailleurs et travailleuses, regrette que le Conseil national ait rejeté aujourd'hui l'initiative parlementaire qui demande 14 semaines de congé parental pour les personnes devenant mères et pères. Mais cette requête reste d'actualité.

Le Conseil fédéral et le Parlement se prononceront bientôt sur l'initiative « Pour un congé paternité raisonnable » que Travail.Suisse et d'autres organisations ont déposé avec succès le 4 juillet 2017. Les 20 jours de congé paternité payé que demande l'initiative représentent un pas nécessaire, minimal et facile à réaliser pour les familles. « Le rejet d'aujourd'hui de l'initiative parlementaire par le Conseil national montre toute l'importance que ce soit le peuple qui ait la possibilité de parvenir à des réglementations adaptées à notre époque en faveur des jeunes familles », indique Matthias Kuert Killer, responsable du dossier de politique sociale à Travail.Suisse et secrétaire de l'association « Le congé paternité maintenant ! ». Le fait que la politique n'arrive pas à créer des conditions-cadres appropriées et conformes à l'évolution de la société reporte la facture dans d'autres domaines. Ainsi, le besoin de financement supplémentaire de l'AVS est la conséquence notamment du très bas taux de natalité existant depuis des années. Investir pour les familles est ainsi une politique sociale prévoyante.

Contact:

Matthias Kuert Killer, responsable à Travail.Suisse du dossier de
politique sociale et secrétaire de l'association « Le congé paternité
maintenant ! », 079 777 24 69



Plus de communiques: Travail.Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: