Travail.Suisse

Réviser le mécanisme du frein à l'endettement pour investir pour l'avenir

Bern (ots) - Travail.Suisse, l'organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, regrette que le Conseil fédéral s'entête non seulement à vouloir mettre en oeuvre coûte que coûte son programme de stabilisation 2017-2019 mais veuille aussi déjà cet automne proposer des mesures d'économies en plus. Il faut en revanche saluer le réexamen du mécanisme du frein à l'endettement qui pourrait avoir comme effet d'assouplir un peu la politique financière.

Pour Travail.Suisse, la situation actuelle des finances de la Confédération ne justifie pas les mesures d'économies en cours. On a jusqu'ici mis en avant le mécanisme du frein à l'endettement pour justifier l'impossibilité de dépenser davantage. Ce mécanisme prévoit de stabiliser la dette et non pas de la réduire. Or, depuis l'introduction du frein à l'endettement en 2003, la dette brute de la Confédération a été réduite d'environ 20 milliards de francs. Avec 17% du PIB, le taux d'endettement de la Confédération est désormais très bas et laisse une grande marge de manoeuvre pour dépenser et investir pour l'avenir. C'est pourquoi Travail.Suisse s'oppose aux mesures d'économie qui, de surcroît, arrivent à un mauvais moment en raison des incertitudes conjoncturelles que le Brexit vient encore renforcer. La révision du frein à l'endettement, si elle se fait dans le sens souhaité, représente néanmoins à moyen terme une lueur d'espoir concrète pour une politique financière moins rigide.

Contact:

Denis Torche, Responsable de la politique financière et fiscale, tél.
031 370 21 11 ou 079 846 35 19, www.travailsuisse.ch



Plus de communiques: Travail.Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: