Travail.Suisse

Répartir équitablement les fruits de la croissance

Bern (ots) - Les salaires des managers les mieux payés se sont stabilisés à un niveau très élevé. Mais, dans de nombreuses entreprises, les salaires des managers se sont aussi envolés en 2012. Corollaire: une perte croissante de la confiance de la population dans l'économie.

Pour la neuvième fois de suite, Travail.Suisse, se basant sur les rapports annuels de 27 entreprises suisses, a pris sous la loupe les salaires de leurs managers et calculé les écarts salariaux qui apparaissent - donc le rapport entre le salaire le plus élevé et le salaire le plus bas. Le constat est amer: certes, depuis 2009 l'écart salarial ne s'est plus autant creusé qu'entre 2002 et 2008 dans les entreprises qui versent les salaires les plus excessifs à leurs managers, mais pour la plupart des autres entreprises concernées par l'analyse des salaires des managers, l'envolée a aussi été rapide en 2012.

En outre, il ressort d'une comparaison établie sur la durée depuis 2002 que dans des entreprises telles que Lonza, Clariant, Kuoni, Georg Fischer et Oerlikon, les salaires les plus élevés ont doublé voire presque triplé et que leur hausse a été démesurément forte par rapport à celle du salaire le plus bas. Cette envolée débridée des salaires les plus élevés est d'autant plus incompréhensible que la prestation économique de ces entreprises a été plutôt modeste durant cette période.

Cette répartition inéquitable des revenus induit une perte croissante de la confiance de la population dans les objectifs et la démarche de l'économie. Le oui catégorique à l'initiative sur les rémunérations abusives souligne clairement cette évolution.

Les politiques doivent endosser un rôle moteur

Par conséquent, non seulement les politiques doivent endosser un rôle moteur en ce qui concerne les salaires des managers, mais aussi trouver des réponses crédibles à la question de la répartition de la richesse, à savoir :

   - Limiter les salaires des managers et mettre fin au cartel des 
     salaires : en ce qui concerne les salaires des managers, une 
     limitation matérielle s'impose et entraîne un oui à l'initiative
     1:12. Travail.Suisse continue en outre de demander le vote 
     obligatoire des actionnaires, sur le salaire de chaque membre de
     la direction et du conseil d'administration d'un groupe. Mais 
     pour que le pouvoir des travailleurs et travailleuses, comme 
     celui des actionnaires, soit renforcé le personnel doit être 
     bien représenté au sein du conseil d'administration.
   - Protéger les salaires et les conditions de travail : la mise en 
     confiance nécessite non seulement un frein aux salaires des 
     managers, mais aussi la protection des salaires et des 
     conditions de travail des « simples » travailleurs et 
     travailleuses. Par conséquent, les politiques doivent garantir 
     des salaires minimaux par région et par branche et donner aux 
     partenaires sociaux de nouveaux outils leur permettant d'imposer
     ces salaires minimaux.
   - Mettre fin à une politique fiscale au service des revenus élevés
     et des bénéfices des entreprises : la politique fiscale 
     appliquée par les cantons profite avant tout aux managers qui 
     ont des revenus élevés et aux entreprises qui versent de tels 
     salaires. En parallèle, de nombreux cantons doivent faire des 
     économies et, lorsque l'argent manque pour les transports 
     publics, l'entretien des routes, les services de santé, la 
     formation, les garderies etc., ce sont avant tout la classe 
     moyenne et les personnes à bas revenus qui en subissent les 
     conséquences. 

Travail.Suisse réclame des mesures visant une Suisse prospère, au sein de laquelle toutes et tous bénéficient de sa prospérité croissante, une Suisse où l'économie rime avec plus d'égalité et non avec plus d'inégalité. L'endiguement des salaires excessifs des managers en est un élément incontournable.

Contact:

Martin Flügel, Président, tél: 031/370.21.11 ou 079/743.90.05
Josiane Aubert, conseillère nationale et vice-présidente, tél.
079/635.98.20
Dario Bucheli, collaborateur de projet, tél. 031/370.21.11



Plus de communiques: Travail.Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: