Pro Juventute

Le «sexting», un risque pour les jeunes: Pro Juventute lance une campagne nationale de sensibilisation
Une enquête représentative révèle un besoin urgent d'information sur les risques liés à Internet

Le «sexting», un risque pour les jeunes: Pro Juventute lance une campagne nationale de sensibilisation / Une enquête représentative révèle un besoin urgent d'information sur les risques liés à Internet
La campagne de sensibilisation de Pro Juventute montre de manière provocante que la diffusion abusive de photos intimes peut avoir des conséquences néfastes./ Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch. L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: ...

Zurich / Lausanne (ots) - En Suisse, il existe un besoin urgent de sensibiliser la population aux nouveaux risques pour les jeunes, comme le montre un récent sondage représentatif: 8 Suisses sur 10 ne savent pas ce qu'est le sexting. Pas étonnant donc que la plupart des familles ne parlent jamais de ce genre de cyberrisque. Cette situation est préoccupante, car les abus liés au sexting peuvent avoir des conséquences graves sur les jeunes. C'est pourquoi Pro Juventute lance aujourd'hui lundi la première campagne nationale de sensibilisation sur le thème du sexting. Cette campagne vise à éduquer les jeunes aux dangers liés au sexting et à les informer sur le numéro d'urgence 147. Les parents et les établissements scolaires dans toute la Suisse reçoivent des informations sur l'aide qu'ils peuvent apporter aux jeunes.

Sous le slogan 'Le sexting peut te rendre célèbre. Même si tu ne le veux pas du tout', l'organisation souhaite souligner avec cette campagne les risques que représente le sexting. En effet, la diffusion abusive de photos et de vidéos intimes faites par des jeunes est l'une des formes les plus graves de cyber-mobbing. Urs Kiener, psychologue pour enfants et jeunes et responsable produits chez Pro Juventute: «Pour les jeunes concernés, cela peut devenir extrêmement oppressant de voir des photos intimes circuler sur Internet. Ce genre de photos engendre une dynamique personnelle dangereuse et les jeunes concernés se sentent extrêmement démunis et désespérés.» Au moyen d'affiches et d'un spot télévisé, la campagne de sensibilisation montre de manière provocante que la diffusion abusive de photos intimes peut avoir des conséquences néfastes, pour la personne lésée comme pour l'auteur des faits. A l'aide d'une application Facebook développée spécialement pour la campagne, les jeunes peuvent vérifier si leur profil peut leur faire courir des cyberrisques.

Les jeunes et les parents pourront trouver des informations à ce sujet sur la plate-forme de la campagne (www.projuventute.ch/sexting). Du matériel d'information est fourni à toutes les écoles de Suisse pour attirer l'attention des jeunes sur l'existence du numéro d'urgence 147 de Pro Juventute.

Le sondage dévoilé aujourd'hui révèle un besoin urgent d'information et d'éducation

Une enquête représentative montre que la population a un besoin urgent d'être sensibilisée: 8 Suisses sur 10 (79%) ne savent pas ce qu'est le sexting . Un sur deux (47%) ne sait pas où les personnes concernées par le sexting peuvent trouver des informations . Il est particulièrement nécessaire de lever le tabou sur ce sujet: 7 personnes sur 10 (73%) indiquent parler rarement, voire jamais, des risques du sexting avec les jeunes de leur famille ou de leur entourage. 11% affirment en parler souvent, et seulement 1% des personnes interrogées en discutent très régulièrement . Par ailleurs, la population demande une meilleure éducation des jeunes à ce sujet: plus de la moitié (59%) pensent que les jeunes ne peuvent pas évaluer les conséquences du sexting . Enfin, une personne interrogée sur trois (29%) ne sait pas que les conséquences peuvent également se révéler néfastes pour l'auteur des faits: en effet, la diffusion d'images à caractère pornographique représentant des mineurs de moins de 16 ans n'est pas un acte anodin. Bien au contraire, il est punissable par la loi .

Le sexting, une activité risquée qui peut entraîner intimidation et sextorsion

L'envoi de photos intimes sur Internet, Whatsapp ou par texto représente des risques graves pour les jeunes. Ce qui commence comme un simple échange de photos avec son petit ami ou sa petite amie peut vite avoir des conséquences incontrôlables. Si ces photos sont transmises à d'autres personnes, voire diffusées sur Internet, les personnes concernées peuvent subir une grave cyberintimidation. Dans d'autres cas, il s'agit d'adultes inconnus, cachés sous des pseudonymes, qui entrent en contact avec des jeunes dans des chat rooms, leur demandent des photos d'eux nus et les font ensuite chanter avec ces images. Il s'agit de nouvelles formes de danger liées à la sexualité et aux médias et qui nécessitent en toute urgence des actions ciblées. La campagne de prévention contre le cyber-mobbing menée l'année dernière a ainsi montré que la forme la plus grave de cyber-mobbing était la diffusion abusive de photos et de vidéos intimes faites par des jeunes. Dans le même temps, le sexting est apparu, et les jeunes comme leurs parents n'ont pas suffisamment conscience des risques liés à ce nouveau phénomène. Les nouvelles technologies comme la messagerie instantanée permettent à des images d'être diffusées, souvent involontairement, et de circuler sur Internet en quelques secondes seulement.

Les résultats de l'actuelle étude James, révèlent que 6% des jeunes interrogés ont déjà envoyé des photos ou des vidéos érotiques d'eux-mêmes via leur téléphone mobile . L'étude Optimus montre quant à elle que la forme la plus fréquente d'abus sans contact physique a lieu par média électronique interposé: près d'une fille sur trois a déjà été confrontée à des remarques désobligeantes, a reçu des photos ou des films pornographiques, a été invitée à pratiquer des actes sexuels devant une webcam, etc. Seul un garçon sur dix a vécu des expériences similaires.

Le numéro d'urgence à composer en cas de cyber-mobbing: Pro Juventute Conseils + aide 147

Avec le service Conseils + aide 147 de Pro Juventute, les enfants et les jeunes obtiennent une assistance pour faire face à de nouveaux problèmes, tels que le sexting, la cyberintimidation ou la sextorsion. Ces sujets, encore inconnus il y a quelques années, font aujourd'hui partie du quotidien des conseillers. Au numéro d'urgence 147, des spécialistes sont à disposition des enfants et des jeunes pour les aider 24 heures sur 24. Les jeunes qui ont besoin d'aide peuvent bénéficier de conseils par téléphone ou par SMS en composant le numéro 147 ou peuvent chatter sur www.147.ch . L'association propose dorénavant via Facebook et la nouvelle plate-forme de la campagne www.projuventute.ch/sexting lancée aujourd'hui des informations complètes sur les cyberrisques ainsi que les adresses de centres spécialisés.

La prévention par la compétence médiatique

Parallèlement aux interventions, Pro Juventute mise aussi sur la prévention: les jeunes doivent apprendre à manipuler les nouveaux médias pour savoir comment se protéger sur Internet. Ils doivent également savoir que le sexting peut avoir des conséquences indésirables très graves. Pro Juventute propose des ateliers médias sur les risques liés à Internet dans les établissements scolaires. Dans ces modules, les experts médiatiques forment les élèves à utiliser les nouveaux médias avec circonspection. Les experts soutiennent également les parents dans le cadre de manifestations spéciales parents (www.projuventute.ch/medienprofis).

La campagne actuelle est menée au moyen d'affiches, d'un spot télévisé, de Facebook, de relations publiques et de campagnes d'information dans toutes les écoles de Suisse. Informations, illustrations et spot télévisé: www.projuventute.ch/sexting

Matériel pour download

- images 'sensibilisation' sur le sujet de Sexting: 
www.projuventute.ch/Bilder-und-Video-der-Kampagne.2482.0.html?&L=1
- spot télévisé: 
www.projuventute.ch/Aufklaerungskampagne-Sextin.2494.0.html?&L=1
- plate-forme de la campagne: www.projuventute.ch/sexting 

Contact:

Pro Juventute
Urs Kiener, Responsable Produits
Thurgauerstrasse 39
8050 Zurich
Tél. 044 256 77 77

Pro Juventute
Marianne Affolter, Responsable Communication
Tél. 044 256 77 74
Mobile 079 659 67 33
E-Mail: marianne.affolter@projuventute.ch

Fichiers multimédias
2 fichiers

Plus de communiques: Pro Juventute

Ces informations peuvent également vous intéresser: