Leclanché SA

DGAP-Adhoc: Leclanché SA: Prise de position du Conseil d'Administration de Leclanché SA

Leclanché SA  / Mot-clé(s): Prise de position/Weiteres Schlagwort

14.08.2013 07:00

Publication d'un communiqué ad hoc en vertu de l'article 53 du RC
---------------------------------------------------------------------------

Prise de position du Conseil d'Administration de LECLANCHE S.A.

à la requête du Groupe Precept et à la requête du Groupe Bruellan relative
à l'octroi d'une dérogation de l'obligation de présenter une offre publique
d'achat en rapport avec l'assainissement de LECLANCHE S.A.

Le 19 juillet 2013, Precept Fund Management SPC, Iles Cayman, agissant pour
Precept Fund Segregated Portfolio ('Precept') et Precept Investment
Management Limited (îles Cayman), Venice Investment Management Limited
(îles Vierges), RIDAS AKTIENGESELLSCHAFT (principauté du Liechtenstein)
PMServices Aktiengesellschaft (principauté du Liechtenstein) et la
fondation Prinz Michael (principauté du Liechtenstein) (ensemble le 'Groupe
Precept') d'une part et Bruellan Corporate Governance Action Fund, Iles
Cayman ('Bruellan') et la société affiliée à Bruellan, Bruellan SA Genève
et Bruellan Holding SA Chermignon/Crans-Montana (ensemble le 'Groupe
Bruellan', d'autre part, et ensemble avec le Groupe Precept les
'Requérants') ont chacun déposé une requête à la Commission des offres
publiques d'acquisition qu'il leur soit octroyé une dispense de présenter
une offre publique d'achat pour toute les actions disponibles dans le
public de la Société LECLANCHE S.A. ('Leclanché' ou 'la Société') dans la
mesure où dans le cadre de l'assainissement de la Société ou comme
conséquences des mesures d'assainissement de la Société, elles
dépasseraient individuellement chacune le seuil de 33 1/3% des droits de
vote de la Société ou ensemble comme groupe organisé au sens de l'art. 31
de l'Ordonnance FINMA sur les bourses.

Le Conseil d'administration prend conformément à l'art. 61 al. 3 OOPA comme
suit position aux requêtes:

         1. Situation de départ

Leclanché est une société anonyme suisse avec siège à Yverdon-les-Bains. Le
capital-actions de la Société se monte à CHF 28'150'725 et est divisé en
5'630'145 actions nominatives d'une valeur nominale de CHF 5.00 chacune
(les 'Actions-Leclanché'). A la date de la publication de cette prise de
position, la société a en suspens un capital-actions conditionnel de CHF
1'617'925 (art. 3ter des statuts) et de CHF 5'241'415 (art. 3 sexies des
statuts), ainsi qu'un capital autorisé de CHF 1'098'435 (art. 3 quater des
statuts). Les Actions-Leclanché sont cotées à la SIX Swiss Exchange.

Dans le cadre d'une réorganisation stratégique, Leclanché a acquis en 2006
un Spin-off de la société Fraunhofer et s'est développé d'un fabricant
traditionnel de piles en un développeur et fabricant de cellules en
lithium-ions et fournisseur de solution de stockage électrique pour les
énergies renouvelables en Europe. Cette réorganisation a nécessité des
investissements importants dans la construction et l'extension des
équipements de production, lesquels ont été financés par la Société par
trois augmentations de capital. Cette réorganisation stratégique a
toutefois conduit à des pertes de CHF 6.6 mio dans l'année 2009, CHF 12.6
mio en 2010, CHF 11.6 mio en 2011 et CHF 14.9 mio en 2012.

Le 5 novembre 2012, Leclanché a communiqué un retard dans la mise en
service des nouvelles lignes de production et de l'introduction des modules
de mémoire de même que d'une entrée de commende inférieure aux attentes.
Simultanément, la Société a annoncé que compte tenu des difficultés de
production un manque de liquidité menaçait et que sans nouveaux moyens,
l'entreprise ne pourrait être continuée que jusqu'à mi-décembre 2012. Un
assainissement, respectivement une recapitalisation de Leclanché devenait
(et est) dès lors indispensable. Le cours de l'Actions-Leclanché est
descendu en conséquence sous la valeur nominale de CHF 5.00.

La situation financière précaire de Leclanché a nécessité des mesures
immédiates. Entre autres, Leclanché a réduit les temps de travail et de
roulements dans la production. Des options stratégiques et financières ont
été examinées pour assurer les besoins financiers à court et moyen termes.
Le 23 novembre 2012, la Société a finalement pu annoncer que Bruellan a
octroyé à sa filiale allemande Leclanché GmbH des crédits-relais garantis
jusqu'à hauteur de EUR 5 mio jusqu'au 31 mars  2013. Les Parties ont
considéré que le remboursement du crédit interviendrait par des moyens
nouveaux que la Société lèverait sur le marché des capitaux. Par ailleurs,
il avait été concédé le droit à Bruellan de convertir alternativement son
crédit-relais en Actions-Leclanché, conversion dont les conditions seraient
décidées ultérieurement. La durée du crédit-relais a été ultérieurement
prolongée par Bruellan au 30 juin 2013 puis au 31 juillet 2013.

Le crédit-relais de Bruellan a permis à la Société de continuer sa
production pendant environ quatre mois et de lui procurer le temps
nécessaire pour trouver des solutions d'assainissement. La recherche de
possibles investisseurs intervenait en priorité. A cet effet, la Société a
engagé Kepler Corporate Finance comme conseiller financier. De plus, le
Conseil d'administration a mandaté Talisman Infrastructure Ventures LLP
('Talisman') comme conseiller pour le processus de redressement. Le plan de
redressement, qui a été développé par Talisman conjointement avec le
Conseil d'administration prévoit notamment des mesures de réductions de
coûts, de renforcement des fonctions de gestion, en particulier dans les
domaines de la distribution et de la production, de hausse des
contributions de résultats dans les domaines d'activités existantes et
l'entrée sur le marché.

Le 20 mars 2013, la Société a publié l'invitation à l'assemblée générale
ordinaire 2013. Malgré des efforts intensifs, la Société n'a pas pu
communiquer à ce moment-là des solutions d'assainissement. Afin de garantir
à la Société le plus de flexibilité possible, le Conseil d'administration a
soumis à l'assemblée trois variantes de financement qui consistaient pour
l'essentiel en une réduction de la valeur nominale des actions de CHF 5.00
à CHF 2.00 liée à une augmentation du capital-actions en trois tranches,
l'émission d'obligations convertibles ou un autre instrument de financement
externe lié à l'émission de bons de participation ou l'émission d'emprunt
lié à l'émission de droit d'option sur des actions ou l'émission de bons de
participation. Finalement, le Conseil d'administration a décidé de
soumettre à l'assemblée la réduction de la valeur nominale des actions liée
à une augmentation du capital-actions en trois tranches (une tranche pour
des nouveaux investisseurs institutionnels au moyen de placements privés en
supprimant le droit de souscription préférentiel, une tranche pour Bruellan
en supprimant le droit de souscription préférentiel pour la conversion du
crédit-relais et une tranche souscrite par les actionnaires actuels).
L'assemblée générale ordinaire a accepté le 10 avril 2013 les propositions
de ce concept d'assainissement. De plus, l'assemblée générale a accepté
l'augmentation du seuil légal pour l'obligation de soumettre une offre
publique d'achat de 33 1/3% à 49% des droits de vote (soit opting-up). Le
Conseil d'administration avait demandé l'opting-up à l'assemblée générale
afin d'obtenir plus de flexibilité durant l'assainissement.

Au moment de l'assemblée générale ordinaire l'augmentation de capital en
particulier au moyen de placements privés auprès d'investisseurs
institutionnels avait été perçue comme la variante la plus prometteuse pour
obtenir du capital. Par la suite, il est apparu cependant qu'un
assainissement ne pourrait pas être atteint sur cette base ; il n'avait été
trouvé aucun investisseur disposé à participer à une augmentation du
capital de la Société. Dès lors, les mesures de capitalisation décidée par
les actionnaires n'ont pas pu être exécutées.

Parallèlement, le Conseil d'administration a poursuivi ses efforts afin de
trouver des autres solutions d'assainissement pour la Société. Pour éviter
la mise en faillite de la Société et afin de donner plus de temps à la
Société pour trouver des capitaux, Bruellan a augmenté le 21 mai 2013 son
crédit-relais du EUR 1.5 mio ('le Crédit-relais Supplémentaire'). Peu de
jours avant, la Société avait pu signer une lettre d'intention non
contraignante avec Precept pour un prêt convertible. Le 28 juin 2013, la
Société a fait savoir que les liquidités ne suffiraient probablement que
jusqu'à mi-juillet 2013. Le 8 juillet 2013, Leclanché a finalement pu
signer avec Precept un accord sur un prêt convertible à hauteur de CHF 17
mio à un taux de 2% (majoré de frais d'un montant de CHF 500'000) et
immédiatement après a pu tirer une première tranche de CHF 4.7 mio et
conclure avec Bruellan un contrat au sujet de la conversion des
crédits-relais en Actions-Leclanché.

Le 12 août 2013 la Société a annoncé que la direction allait être
partiellement remplacée. La fonction de Chief Executive Officer (CEO) va
désormais être exercée par M. Joseph Mangion, qui sera soutenu par M. Eric
Wilkinson en tant que vice-CEO. M. Andrew Firmston-Williams sera désormais
Chief Financial Officer (CFO). En tant que partenaire de Talisman, M.
Mangion et M. Wilkinson ont soutenu d'une manière déterminante le conseil
d'administration pendant la mise en Œuvre du plan de redressement. La
relation de la Société avec Talisman va prendre fin le 31 août 2013 et
celle avec Talisman Infrastructure International Ltd dès que les décisions
de l'assemblée générale extraordinaire du 26 août 2013 seront effectuées,
si tout de fois celle-ci sont acceptées par les actionnaires.

         2. Mesures d'assainissement

Grâce au prêt convertible de Precept et à la conversion des crédits-relais
de Bruellan en Actions-Leclanché,  la Société peut à l'heure actuelle être
durablement assainie. En particulier, il a été convenu ce qui suit:

     a. Prêt convertible Precept: Le prêt convertible des CHF 17 mio est
        remboursable au 30 juin 2016. Precept peut jusqu'au plus tard au 30
        juin 2016 convertir entièrement l'ensemble du montant du prêt (y
        compris intérêt et frais) en Actions-Leclanché au prix de
        conversion CHF 1.50. Le contrat de prêt convertible interdit à
        Leclanché sans l'accord de Precept de prendre certains engagements
        et de conclure certaines affaires (par ex. engagement financier
        au-delà de CHF 1 mio; acquisition ou vente d'actifs hors du cours
        normal des affaires) et requiert pour certaines décisions du
        Conseil d'administration (par ex. Acceptation de nouveaux
        engagements financiers, acquisition ou vente d'actifs au-delà de
        CHF 2.5 mio, nomination des membres de la Direction) une décision à
        une majorité qualifié des trois-quarts des membres. En vue de
        garantir l'ensemble des obligations de Leclanché en vertu du
        contrat de prêt convertible, Leclanché a cédé à Precept ses
        prétentions découlant des comptes bancaires, de ses relations
        d'affaires (y compris les prétentions sur les débiteurs) et des
        prêts de groupe et a nanti en faveur de Precept ses demandes de
        brevet et ses droits sur les marques. En outre, Leclanché s'est
        engagée à nantir en faveur de Precept ses participations dans sa
        filiale Leclanché GmbH ce afin de permettre que Leclanché GmbH
        puisse céder à Precept, après la conversion de son crédit-relais,
        ses actifs actuels ou futurs en capital. Selon le contrat, le prêt
        convertible ne peut servir qu'au remboursement du Crédit-Relais
        Supplémentaire, mais non pour le remboursement du crédit-relais
        initial. Le contrat de prêt convertible prévoit de plus que Precept
        peut immédiatement résilier son obligation d'octroyer des tranches
        de prêts supplémentaires et demander le paiement de tous les prêts
        d'ores et déjà tirés au cas où l'assemblée générale extraordinaire
        du 26 août 2013 ne devait pas approuver les propositions du Conseil
        d'administration (voir ci-dessous, lit.c) où au cas où la
        Commission des offres publiques d'acquisition ne devait pas
        octroyer la demande de dérogation du Groupe Precept de faire une
        offre publique d'achat. La première tranche de CHF 4.7 mio que
        Leclanché a déjà tiré sur le prêt convertible sera selon le concept
        d'assainissement convertie après l'assemblée générale
        extraordinaire du 26 août 2013 au prix de conversion de CHF 1.50 en
        Actions-Leclanché.

     b. Conversion du crédit-relais de Bruellan: Leclanché a, par un
        contrat de reprise de dette et de conversion conclu avec Bruellan,
        repris les engagements de remboursement de sa filiale Leclanché
        GmbH des crédits-relais initiaux (majorés d'intérêts et de frais
        d'un montant de EUR 500'000) et ainsi créé les conditions pour une
        libération par compensation dans le cadre de la conversion des
        crédits-relais. Cette obligation est soumise à la condition que
        l'assemblée générale extraordinaire du 26 août 2013 crée le capital
        nécessaire pour ce faire (voir ci-dessous, lit.c). Dans le même
        contrat, Bruellan s'est engagée en retour à convertir le
        crédit-relais initial à hauteur de EUR 5 mio (plus intérêts et
        frais) en Actions-Leclanché à condition que la Commission des
        offres publiques d'acquisition accepte la requête du Groupe
        Bruellan d'octroyer une dérogation à l'obligation de présenter une
        offre publique d'achat.

     c. Propositions à l'Assemblée générale extraordinaire: Pour réaliser
        les mesures d'assainissement, le Conseil d'administration soumet à
        l'Assemblée générale extraordinaire du 26 août 2013 les
        propositions suivantes:

  - Réduction de la valeur nominale de CHF 5.00 à CHF 2.11 par actions liée
    à l'augmentation du capital-actions en deux tranches (appelé coup de
    l'accordéon). Compte tenu du prix de conversion convenu et du fait que
    les Actions-Leclanché sont négociées sur le marché sous la valeur
    nominale de CHF 5, la réduction du capital-actions est une condition
    nécessaire de l'augmentation du capital;

  - Augmentation ordinaire du capital-actions Tranche A pour un montant de
    CHF 9'710'720.07 (création du capital pour la conversion des
    crédits-relais Bruellan majorés d'intérêts et de frais): les actions
    sont émises à la (nouvelle) valeur nominale de CHF 2.11. Bruellan est
    autorisée à souscrire les nouvelles actions au moyen d'une libération
    par compensation pour un prix de CHF 1.50 alors que CHF 0.61 par
    nouvelle action sera libéré par du capital propre à libre disposition
    de la Société. Le droit de souscription préférentiel est supprimé en
    faveur de Bruellan;

  - Augmentation ordinaire du capital-actions Tranche B pour un montant de
    CHF 6'630'432.35 (création du capital pour la conversion de la première
    tranche de CHF 4.7 mio majoré d'intérêts selon le contrat de prêt
    convertible Precept): les conditions sont les mêmes que pour la Tranche
    A. Le droit de souscription préférentiel est supprimé en faveur de
    Precept;

  - Création d'un capital conditionnel et d'un capital autorisé pour la
    conversion des tranches supplémentaires du prêt que Leclanché peut
    tirer sur la base du contrat de prêt convertible Precept;

  - Dispense statutaire de l'obligation de déposer une offre publique
    d'achat au sens de l'art. 32 de LBVM (opting-out). En raison de la
    décision de la Commission des offres publiques d'acquisition concernant
    l'octroi d'une dispense de présenter une offre publique d'achat pour
    Precept et Bruellan, le conseil d'administration, avec le consentement
    préalable de Precept, se réserve le droit de retirer sa proposition
    d'opting-out;

  - Election de deux représentants de Precept au conseil d'administration.

Les prises de décisions susmentionnées concernant la réduction de la valeur
nominale, l'augmentation du capital-actions ordinaire (tranche A et B) et
les votes sont liées de tel sorte, que les propositions ne peuvent être
qu'acceptées où rejetées dans l'ensemble.

Precept disposera vraisemblablement après la conversion de la première
Tranche de CHF 4.7 mio (majoré d'intérêts) 23.5% et Bruellan après la
conversion des crédits-relais (majorés d'intérêts et de frais) de 34.4% des
droits de vote de Leclanché. A supposer que l'entier du prêt convertible
soit tiré à la fin du contrat de prêt et que l'ensemble (y compris les
frais et les intérêts d'un montant de CHF 500'000) du montant soit converti
à la fin du délai de conversion, Precept détiendrait alors une
participation de 54.3% de la Société alors que la participation de Bruellan
(sous réserve de ce qui précède) serait réduite à 20.6%. En date de la
présente prise de position, selon leurs propres indications, ni Bruellan,
ni Precept ne détiennent d'Actions-Leclanché.

Le conseil d'administration estime que, grâce à ce concept d'assainissement
la société est en mesure de poursuivre ses activités sur une base
d'exploitation pendant au moins douze mois supplémentaires. En outre le
conseil d'administration estime, que grâce à ce concept d'assainissement (à
condition que les propositions soient acceptées pendant l'assemblée
générale extraordinaire du 26 août 2013) la société sera capable
d'atteindre le seuil de rentabilité au cours de l'année 2015 (avant charges
financières, impôts, amortissements et corrections de valeurs), à condition
que le plan de redressement soit poursuivi et que le lancement de l'offre
fixe de produits soit réussi.

         3. Prise de position du Conseil d'administration

Le Conseil d'administration de Leclanché soutient les propositions à
l'unanimité, ce pour les raisons suivantes:

      - Les accords avec Precept et Bruellan sont, comme la montré la
        recherche intensive d'investisseurs, la seule solution pour une
        recapitalisation durable, respectivement un assainissement de
        Leclanché. Elle garantit les besoins urgents en capital pour la
        poursuite de la production et pour la réalisation du plan de
        redressement. Une autre solution que le concept d'assainissement
        avec Precept et Bruellan n'a pas pu être réalisée. Dès lors le
        concept d'assainissement est dans l'intérêt de tous les
        actionnaires de même que de tous les autres groupes d'intérêts de
        Leclanché.

     b. Une conversion du crédit-relais Bruellan en capital-actions de
        Leclanché est une mesure nécessaire, car Leclanché n'est pas en
        mesure de rembourser le crédit-relais. Le prêt convertible Precept
        ne peut pas être utilisé pour le remboursement du crédit-relais
        initial de EUR 5 mio.

     c. Le concept d'assainissement conclu avec Precept et Bruellan prévoit
        que les Requérants ne doit pas soumettre d'offre publique d'achat.
        Ceci constitue une condition prévue par Precept et Bruellan dans le
        contrat de conversion respectivement dans le contrat de reprise de
        dette et conversion même. Une offre publique d'achat ne serait
        néanmoins pas dans l'intérêt des actionnaires dans la mesure où ils
        n'auraient pas la possibilité de participer à une récupération du
        cours de l'action. Afin que la recapitalisation de Leclanché puisse
        être un succès, le Conseil d'administration soutient entièrement la
        Requête.

         4. Intentions des actionnaires avec plus de 3% des droits de vote

D'après le conseil d'administration les actionnaires suivants détiennent à
la date de la publication de cette prise de position plus de 3% des droits
de vote de la société (les déclarations de publicité du groupe Precept et
du groupe Bruellan n'ont pas été considérées):

     a. Groupe autour de The Energy Holding AG, St-Gall: 5.68%

     b. Hans Ruedi Spillmann, Londres, à travers Universal Holdings
        Investors Ltd, Tortola, les îles vierges: 4.8%

     c. Julius Baer Multipartners SAM Smart Energy Fund et autres fonds
        gérés par Swiss & Global Asset Management AG, Zurich: 3.71%

Le groupe autour de The Energy Holding AG (lit. a) ainsi que Hans Ruedi
Spillmann (lit.b) ont informé le conseil d'administration qu'ils
soutiennent le concept d'assainissement, qui sera présenté à l'assemblée
générale extraordinaire du 26 août 2013. Les intentions de Julius Baer
Multipartner SAM Smart Energy Fund et autres fonds gérés par Swiss & Global
Asset Management AG (lit. c) en rapport avec l'assainissement
respectivement la recapitalisation de Leclanché ne sont pas connues du
conseil d'administration.

         5. Conflits d'intérêts potentiels

Le conseil d'administration se compose des membres suivants: Stefan A.
Müller, Armin Weiland et Antoine Spillmann.

Rolf Eckrodt a démissionné du conseil d'administration avec effet au 31
juillet 2013. Depuis le 1er août 2013 le conseil d'administration sera
présidé par Stefan A. Müller. Monsieur Eckrodt n'a pas reçu d'indemnité de
départ.

Antoine Spillmann est aussi membre du conseil d'administration de Bruellan
SA et membre du conseil d'administration ainsi qu'actionnaire de Bruellan
Holding SA. Bruellan SA est le gestionnaire de placement de Bruellan
Corporate Governance Action Fund. Il existe un accord entre Bruellan
Corporate Governance Action Fund et Precept aux termes duquel Bruellan
Corporate Governance Action Fund s'est engagé à soutenir toutes mesures
nécessaires pour permettre à Precept de convertir la totalité de son prêt
convertible en Actions-Leclanché. Afin d'éviter tout conflit d'intérêts,
Antoine Spillmann s'est récusé pour la délibération et la prise de décision
concernant la présente prise de position et un comité se composant des
autres membres du conseil d'administration (Stefan A. Müller et Armin
Weiland), sous la présidence de Stefan A. Müller, a été formé. Les membres
de ce comité ne se trouvent dans aucun rapport spécial avec les Requérants,
susceptibles d'entraîner un conflit d'intérêts selon l'art. 32 de
l'Ordonnance sur les OPA.

Les membres de la direction de Leclanché ainsi que Talisman ne se trouvent
dans aucun rapport spécial avec les Requérants, susceptible d'entraîner un
conflit d'intérêts selon l'art. 32 de l'Ordonnance sur les OPA .Talisman
collaborait dans le temps avec Precept sur quelques projets
d'investissements, qui finalement n'ont pas abouti.

Dans le cadre de la recapitalisation de Leclanché convenue avec Precept et
Bruellan aucun accord n'a été conclu entre les membres du conseil
d'administration respectivement les membres de la direction d'un côté et
Precept respectivement Bruellan de l'autre. La recapitalisation n'a aucune
influence sur le stock des actions et options tenues par les membres du
conseil d'administration et les membres de la direction.

Selon le contrat concernant le prêt convertible, les représentants de
Precept doivent être capables de disposer d'un tiers des sièges du conseil
d'administration, tant que le prêt convertible est dû. Lors de l'assemblée
générale extraordinaire datée du 26 août 2013 le conseil d'administration
de Leclanché propose le vote de Bryan Urban et Jim Atack en tant que
représentants de Precept dans le conseil d'administration.

         6. Décision de la Commission des offres publiques d'acquisition

Par décision du 14 août 2013 (publiée sur www.takeover.ch), la Commission
des offres publiques d'acquisition a décidé ce qui suit:

     1. Precept Fund Management SPC, Precept Investment Management Limited,
        Stephen Barber, Jeffrey Flood, Venice Investment Group Corp., RIDAS
        AKTIENGESELLSCHAFT, PMServices Aktiengesellschaft et la fondation
        Prinz Michael ainsi que Bruellan Corporate Governance Action Fund,
        Bruellan SA et Bruellan Holding SA sont octroyé à titre individuel
        ou en tant que groupe une dispense de présenter une offre publique
        d'achat dans le cadre de l'assainissement de LECLANCHE SA selon le
        contrat d'assainissement du 12 juillet 2013. Cette dispense est
        subordonnée à la charge que le conseil d'administration de
        LECLANCHE SA retire sa proposition d'introduire un opting-out lors
        de l'assemblée générale extraordinaire du 26 août 2013.

     2. La Commission des offres publiques d'acquisition n'entre
        provisoirement pas en matière sur la réquête concernant la
        restriction du droit de consultation d'éventuels actionnaires
        qualifiés ayant la qualité de partie.

     3. LECLANCHE SA doit publier la prise de position de son conseil
        d'administration ainsi que le dispositif de cette décision et
        l'indication du droit de faire opposition jusqu'au plus tard le 15
        août 2013.

     4. Cette décision sera publiée sur le site internet de la Commission
        des offres publiques d'acquisition le jour de la publication de la
        prise de position du conseil d'administration.

     5. Les frais à charge des Requérants sont fixés à CHF 40'000, en vertu
        de la responsabilité solidaire.

         7. Droit d'opposition

Un(e) actionnaire apportant la preuve d'une participation d'au moins 3% des
droits de vote de la société visée, exerçable où non (actionnaire
qualifié(e)), qui n'a pas participé(e) à la procédure, peut faire
opposition contre la décision mentionnée au paragraphe 6 de cette prise de
position.

L'opposition est à déposer auprès de la Commission des offres publiques
d'acquisition (Selnaustrasse 30, case postale, CH-8021 Zurich,
counsel@takeover.ch, fax: +41 58 499 22 91) dans les cinq jours de bourse,
qui suivent la publication du dispositif de la décision mentionnée au
paragraphe 6 de cette prise de position dans les journaux. Le délai
commence à courir le premier jour de bourse suivant la publication.

L'opposition doit contenir une requête et une brève motivation ainsi que la
preuve de la participation de l'opposant(e) selon l'art. 56 de l'Ordonnance
sur les OPA.

Yverdon-les-Bains, le 14 août 2013

Pour le conseil d'administration:

Stefan A. Müller, Président


14.08.2013 Communiqué transmis par l'EQS Schweiz AG.
La responsabilité du contenu du communiqué incombe à l'émetteur.

EQS publie des communiqués régulatoires, des communiqués aux médias
en référence aux marchés des capitaux ainsi que des communiqués de presse.
Le groupe EQS diffuse des informations financières pour plus de
1 300 entreprises cotées en bourse, en original et en temps réel.
Archives médiatiques sur les sites suivants: www.equitystory.ch/communiques

---------------------------------------------------------------------------

Langue:                 Français
Entreprise:             Leclanché SA
                        Av. des Sports 42
                        1400 Yverdon-les-Bains
                        Schweiz
Téléphone:              +41 (24) 424 65-00
Télécopie:              +41 (24) 424 65-20
Email:               investors@leclanche.com
Internet:            www.leclanche.com
ISIN:                   CH0110303119, CH0016271550
Numéro valeur:          A1CUUB, 812950
Bourses:                SIX

Fin du message                                  EQS Group News-Service

---------------------------------------------------------------------------

 

 


Plus de communiques: Leclanché SA

Ces informations peuvent également vous intéresser: